durée : 00:30:01 - Alla Breve, l'intégrale - par : Anne Montaron - * « Cinq pièces pour voix et électronique » de Jonathan Bell

Sur des poèmes de Robert Bell

Interprété par l’Ensemble De Caelis

Rediffusion de la création enregistrée le 6 avril 2012

Jonathan Bell a imaginé la musique de son Alla Breve (des miniatures pour voix et électronique) à un moment où il préparait un Doctorat de composition à la Guildhall School of Music and Drama de Londres.

Aujourd'hui, Jonathan Bell a ce diplôme en poche. Ce premier doctorat a été suivi d'un deuxième au sein de l'IRCAM à Paris, car Jonathan Bell appartient à la catégorie des Compositeurs - Chercheurs !

Le parcours de Jonathan Bell a oscillé entre Londres et Paris. Pourquoi Londres ? Parce qu'il souhaitait poursuivre là-bas son apprentissage de compositeur, en gagnant sa vie comme pianiste au sein d'une compagnie de danse. Il se trouve par ailleurs que Jonathan Bell a des racines en Angleterre du côté de son père disparu quand il avait 14 ans, le poète Robert Bell, et c'est précisément à ce père qu'il a souhaité rendre hommage seize ans plus tard avec sa suite de miniatures chantées par l'ensemble De Caelis.

Pour réaliser ce cycle vocal, Jonathan Bell est allé puiser dans différents recueils de son père. Une partie d'électronique, très subtile et délicate, se glisse sous les bribes de texte en langue anglaise.

L'électronique, c'est évident, contribue au climat onirique, voire hypnotique de la musique de Jonathan Bell.

Un autre élément participe de cette atmosphère d'étrangeté : la retenue des voix, et surtout l'écriture micro-tonale.

Il faut ajouter un autre trait marquant : les glissements d'un son à un autre, qui rappellent certaines musiques de Xenakis, un compositeur très important pour Jonathan Bell.

Cet Alla Breve fait entendre les voix chantées féminines de l'Ensemble De Caelis, mais aussi deux voix parlées masculines ; celle d'un ami Michael Picknett et celle de John Greaves, auxquelles s'ajoute au début du cycle un poème en langue persane d'Omar Rayam, un éloge de l'ivresse.

Et si un joueur de tar, le luth iranien, apparaît par ailleurs à la fin de ce cycle, c'est parce que Jonathan Bell s'est souvenu du lien de son père à la culture persane.

Ces cinq pièces ont été une étape important dans les recherches de Jonathan Bell autour d'une nouvelle façon de noter la musique et de l'interpréter. le compositeur explore la relation entre les sons produits par les voix en même temps que ces voix reçoivent d'autres sons par le moyen de casques. C'est le principe des audioscores ! (ici les poèmes de Robert Bell)

Programmation musicale

Toutes les pièces sont de Jonathan Bell

Archipel, pour harpe et électronique

Eloise Labaume (harpe)

Festival Manifeste

Ircam,

juin 2015

Au commencement, pour 12 voix et électronique

Ensemble Mangata, direction Hernan Alcala

juin 2016

De Joye Interdict, pour 5 voix a capella

Ensemble De Caelis, direction Hernan Alcala

Commande du Festival d'Île-de-France

Septembre 2014

Smartvox, pour choeur, 5 voix solistes, et électronique

Ensemble De Caelis, Schola Cantorum et Choeur de la Cathédrale de Nantes

Direction Laurence Brisset et Êtienne Ferchaud

Commande Festival Musique Sacrée à Nantes

Mars 2017 - réalisé par : Françoise Cordey