La croissance économique - que l’on mesure par une augmentation du P.I.B. par rapport à l’année précédente - traduit généralement une plus grande consommation de biens et services produits au sein d’une zone économique donnée (souvent un pays). Or produire toujours plus de biens et services, c’est extraire et transformer toujours plus de ressources, c’est atteindre chaque année plus tôt le jour du dépassement (1). Pourra-t-on faire toujours plus avec toujours moins de ressources ?

P.S. : Attention. Une croissance ponctuelle d’un secteur économique tel que le recyclage ne serait par exemple pas une mauvaise chose en soi. L’ennemi de l’environnement n’est donc pas la croissance, mais la croissance systématique et perpétuelle qui vient avec le capitalisme. L’ennemi de l’environnement est le fait que ce soit la quête de profits le principal moteur de notre économie, que le seul souci économique du pays soit que les gens consomment et que le capital rapporte.

(1) [Jour du dépassement] :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_du_dépassement

Source de la vidéo :
"Environnement, économie, effondrement : la quadrature du cercle ? - Pierre-Yves Longaretti" (Comprendre et Agir, 2017) de 10:50 à 11:18 et de 18:34 à 20:40.
https://youtu.be/0T8SP5jb3aI
"Qui crée l'argent? Et comment? - Heu?reka #6" (Heu?reka, 2015) de 8:53 à 9:18.
https://www.youtube.com/watch?v=lZ6CmwquKKQ