Nom de l'orateur

Titre : Je n'ai rien à cacher. Questions du public
Intervenant : Julien Vaubourg
Lieu : Séminaire MathC2+ - Inria Grand Est - Nancy
Date : Avril 2015
Durée : 25 min 12
Licence : Verbatim
Pour visionner la vidéo et le site de Julien Vaubourg

Transcription

Public : Bonjour. Mais juste, là d’accord on est surveillé partout et tout le temps, mais qu’est-ce qu’on peut faire ? Enfin c’est trop tard ! De toutes façons la majorité des gens ici ils ont tous un compte Facebook, peut-être Twitter, enfin voilà. Et qu’est-ce qu’on peut faire pour que justement ça s’arrête et qu’on puisse se rebeller face à tout ça ?

Julien Vaubourg : C’est très facile et c’est ça qui est intéressant, c’est qu’on a tous le pouvoir en fait. C’est-à-dire qu’à un moment donné, si tu n’es pas d’accord avec ce que fait Google ou Facebook sur toi, tu n’es pas obligée de les utiliser. Si tout le monde dit : « Moi Google, Facebook, j’arrête », ça veut dire que eux, à un moment donné, ils vont devoir réagir, parce que ce ne sont que des sociétés qui sont là pour gagner de l’argent, au final. Donc tu as l’entier pouvoir de ce qui se passe, tu n’es pas une victime, tu ne subis pas. Tu peux te positionner et dire : « Eh bien moi, Facebook, j’arrête ». Ou alors, faire un compromis. C’est-à-dire que plutôt que d’utiliser Facebook pour tout et n’importe quoi, plutôt que d’écrire en permanence à quelqu’un dans la messagerie instantanée de Facebook, eh bien je vais utiliser plutôt un e-mail, qui soit, de préférence, pas chez Google. Et petit à petit, comme ça, se sortir un peu de ce genre de service qui ne mérite pas notre confiance. On a tous les pouvoirs, sur beaucoup de choses, en fait.

Public : Vous avez dit que la NSA a des profils sur nous. C’est juste la NSA ? Ou il y a aussi quelque chose en France ou en Allemagne ? Plus proche ?

Julien Vaubourg : Effectivement on connaît bien la NSA parce qu’il y a eu les révélations d’Edward Snowden là-dessus, de Wikileaks à Julien Assange avant, et d’autres, et que c’est parce que c’est d’ampleur particulièrement impressionnante. Cela dit, effectivement, il ne faut pas se tromper, tous les pays rêveraient d’avoir plus ou moins ce que fait la NSA. Et ils l’ont à une échelle plus basse. On a eu des révélations, en France, il n’y a pas très longtemps, de ce faisait la DGSE et on sait qu’ils ont quelque chose qui est, au moins pour l’échelle française, plutôt similaire. En France, en ce moment, on est aussi sur le débat de la loi de renseignement, qui consiste à faire comme les États-Unis mais en plus, à le faire en légal. Donc, là, c’est ce que proposent nos députés, nos députés qui sont censés nous protéger, eh bien, en ce moment ils sont prêts à voter une loi qui va autoriser l’État à poser des boîtes noires sur tous les matériels des fournisseurs d’accès à internet. Ça veut dire que l’État va pouvoir, à un moment donné, espionner l’ensemble des communications des citoyens sur internet. C’est intolérable dans une démocratie et pourtant, nos députés vont peut-être voter ça dans quelques jours. Donc oui, en France, effectivement, on a le même problème.

Public : Les données que la NSA a, elles sont stockées où en fait ? Elles sont stockées où ? Où on peut les trouver si on veut, par exemple ?

Julien Vaubourg : Où exactement ça va être compliqué à déterminer. Cela dit il y a quelques centres de données qui sont connus, globalement ça va être dans ce qu’on appelle des data centers. Ce sont des grands, grands hangars, remplis d’ordinateurs, qui ont eux-mêmes tout plein de disques durs, et c’est là-dessus que c’est stocké. Donc c’est purement physique. Il y a des endroits, si on veut aller tout faire sauter on peut, et c’est bien pour ça que ces différents hangars ne sont certainement pas répertoriés sur une carte accessible à tous.

Public : La loi qui est en cours de vote actuellement, c’est juste une réédition, en fait, de la loi de Sarkozy d’il y a une dizaine d’années quand il était ministre de l’Intérieur, puisqu’il imposait déjà aux fournisseurs d’accès de stocker les informations pour cinq ans sur l’intégralité des clients.

Julien Vaubourg : Ouais, mais il y a une différence qui est fondamentale, c’est qu’effectivement on a nous a toujours demandé, pendant un an, de stocker l’ensemble de ces métadonnées. Et ensuite, c’est le gouvernement qui va faire des requêtes, dans le cadre d’une procédure judiciaire, pour savoir, pour obtenir des informations. Dons ça veut dire que les fournisseurs savent exactement ce qu’on leur demande, ils n’ont pas le droit de le divulguer, mais il y a une certaine forme de contrôle. Ici on parle de quelque chose de beaucoup plus proactif. Non seulement on va poser des boîtes noires, et vraiment le « boîtes noires » a été utilisé par Manuel Vals, c’est-à-dire qu’on va poser un équipement dont on n’a aucune connaissance de ce qu’il fait et c’est le gouvernement qui va pouvoir y accéder quand il souhaite pour espionner l’ensemble des communications. Donc on ne sait pas du tout ce qu’ils font avec, ni dans quelle mesure, et enfin, surtout très important, c’est que tout ça c’est sans juge.

Public : Avant c'était uniquement sur commission rogatoire. On est bien d'accord !

Julien Vaubourg : C’est ça. Donc là ils font ce qu’ils veulent et en plus, même s’ils veulent le faire légalement, eh bien ce n’est pas très compliqué parce qu’ils n’ont pas besoin de s’embêter. C’est le principe, presque, d’un État policier.

Public : Est-ce que justement, pour la loi de renseignement, là, il y a une lettre type qui existe, qu’on peut envoyer à nos députés, avec les argumentaires que tu as évoqués, avec les arguments que tu as évoqués. Parce que ça, ça se fait assez souvent, ça s’est fait pour d’autres lois. Les députés sont quand même assez réactifs sur ce que les citoyens qui les ont élus racontent.

Julien Vaubourg : Il y a tout un site qui existe qui s’appelle sous tiret surveillance point fr1, qui regroupe plein d’informations. Il y a notamment le piphone2. En fait c’est une initiative de la Quadrature du Net3, qu’ils ressortent malheureusement souvent, avec l’ensemble des députés qui sont référencés. On peut simplement cliquer et on peut appeler un député depuis internet, gratuitement, pour lui parler. Après des lettres types, il y en a qui existent. Le souci c’est que ça, ça passe vite dans les spams, les lettres types, parce qu’effectivement un député qui va recevoir cinquante fois la même lettre, c’est comme une pétition, ça perd très vite de sa valeur. Les députés c’est censé être notre accès local au gouvernement, donc c’est important d’aller les rencontrer et de leur parler les yeux dans les yeux pour leur demander : « Eh bien vous, qu’est-ce que vous votez ? Vous vous y êtes intéressé, qu’est-ce que vous en pensez ? » C’est vraiment l’argument de proximité qu’il faut privilégier, je pense.

Public : Les données qu’ils stockent, les profils, ils sont bien protégés alors, sûrement ? Est-ce qu’ils se sont déjà faits cracker une fois par quelqu’un ?

Julien Vaubourg : Pour la NSA, c’est dur de savoir, étant donné qu’on n’a aucune information sur ce qu’ils font. Du coup, on n’aura certainement pas l’information s’ils se font voler des choses. Cela dit ils se sont quand même fait voler des choses. Edward Snowden, c’est le principe, c’est qu’il a volé plein d’informations et les a données. Ça va que c’est un citoyen et qu’il a donné des choses qui protègent les citoyens. J’imagine qu’il aurait pu sortir des choses qui mettent à mal les citoyens. Après pour tous les intermédiaires, comme Google et Facebook, ça je l’ai dit, eux, par contre, ils se font régulièrement voler des données. Tout ce que vous leur confiez, toutes les choses qui concernent la moindre conversation que vous envoyez sur Facebook, ça arrive qu’ils se fassent voler tout ça. Et là on ne sait pas où ça part.

Public : Si on s’inscrit à la NSA et on se fait recruter par eux, on a accès à toutes ces données ?

Julien Vaubourg : Ça ne peut pas te répondre. J’imagine qu’ils ont des procédures en interne, qui font que la moindre personne qui est agent d’entretien dans la NSA n’a pas accès à toutes les données. Mais Edward Snowden qui est un informaticien, qui était un militant, il y a eu accès et c’est une bonne chose pour nous.

Public : Environ jusqu'à quel grade ilfaut monter alors pour avoir accès à plus ou moins de données ?

Julien Vaubourg : Pardon ?

Public : Jusqu'à quel grade il faut monter pour avoir accès ?

Julien Vaubourg : Je n’en sais rien du tout. Je ne peux pas. C’est aussi le problème, c’est que finalement tout ça c’est opaque. C’est un souci que je ne puisse pas te donner la réponse. C’est qu’à un moment donné, ils ont toutes les informations et, comme j’ai dit, c’est chez eux. On ne sait pas comment c’est protégé.

Public : En fait, dans les révélations de Snowden, il dit qu’il y a six niveaux d’autorisations différents, donc il faut arriver au dernier échelon. Donc il y a six échelons à monter. Du coup, pour continuer sur la loi de renseignement, il y a un petit argumentaire, l’argument, par exemple, des députés c’est de dire que s’ils ne votent pas cette loi, les prochains événements terroristes, en fait, ça sera de leur faute, parce qu’ils n’auront pas prévu de protéger les gens. Et il y a petit argument, en fait, qui est juste mathématique, c’est que dans ces boîtes noires, c’est prévu de faire du deep packet inspection4, c’est-à-dire d’inspecter tout ce qui passe, essayer de tirer un peu des profils typiques de terroristes. Et donc, si vous faites un test statistique, qui dit, par exemple, « cette personne-là, il y a 99 % de chances qu’elle soit terroriste ». Si en France il y a une personne sur mille qui est effectivement terroriste, quelle est la probabilité que la personne dont le test a dit : « Bon, celui-là c’est peut-être 99 % un terroriste », qu’elle soit vraiment un terroriste. C’est des probabilités, P de A sachant B, la loi de Bayes, et en fait, si vous avez un test qui dit « cette personne-là est peut-être terroriste », en fait elle ne le sera qu’à 9 %, avec une personne sur mille qui est terroriste, donc ça fait quand même 65 000 personnes terroristes en France. Donc les chiffres sont énormes. Comme quoi il y a des arguments. Et sur le site sous-surveillance, il y a un argumentaire pour appeler les députés. Alors ce n’est pas une lettre type. Il y a une lettre type, bien sûr, mais il y a des arguments auxquels on peut répondre quand, par exemple, les députés comme aujourd’hui, il y a Jean-Yves Le Déault, qui est un député de Meurthe-et-Moselle, qui vient de dire que « c’est bien parce que les metadata, de toutes façons, seront anonymes ». Sauf qu’on vient de le voir, les metadata ne sont pas anonymes. Et c’est notre député de Meurthe-et-Moselle qui le dit : « Ah, mais les metadata sont anonymes ». Donc qu’est-ce qu’on fait, du coup ?

Organisateur : Je voudrais reprendre son explication qui est très intéressante. Vous avez compris ce qui se passe, c’est que, comme il y a très peu de terroristes, même si le test se trompe rarement, comme c’est un événement rare, eh bien, quand vous faites la multiplication des probabilités, il va se planter. Et donc le problème, c’est qu’il n’y a pas assez de terroristes pour que le test soit efficace. Le deuxième élément, c’est que vous êtes peut-être surpris que dans un amphi scientifique, il y ait des chercheurs, ou d’autres collègues de la recherche, vous avez vu qu’il n’y a pas que des chercheurs qui se mobilisent. Eh bien, on est un peu concernés, parce qu’effectivement on ne se contente pas juste de faire nos équations. Et alors ensuite, j’ai deux mauvaises nouvelles. J’en ai une troisième, Julien, c’est qu’à mon avis toi maintenant tu vas être surveillé !

Julien Vaubourg : Oui, peut-être comme toi. Tu ne le sais pas !

Orgnisateur : La première mauvaise nouvelle, c’est qu'aujourd’hui, au moment où l'on vous parle, ils sont dans le Parlement en train de discuter la loi, et vous savez ce qui se passe, ils sont trente-cinq ! C’est-à-dire que ce qui se passe de très étonnant, c’est que le Parlement est vide. Et moi, je crois quelque chose, je crois que c’est une catastrophe, parce qu’en fait, ces députés n’ont jamais appris l’informatique à l’école. Et donc, s’ils ne sont que ça, je ne crois pas qu’ils soient plus méchants que les autres, je pense juste qu’ils ne comprennent pas du tout la loi qu’ils sont en train de voter. Une autre question pour continuer de se foutre les boules ?

Julien Vaubourg : Essaye de changer de voix à chaque fois.

Public : OK. Je vais changer de voix. Je voudrais savoir pour la loi en France, alors si elle se fait voter, est-ce qu’on aurait accès soi-même au profil reçu ?

Julien Vaubourg : Ça c’est assez compliqué. Je ne sais pas s’il y a cette information-là actuellement dans le projet de loi.

Organisateur : Tu peux résumer sa question parce qu’on n’a pas forcément tous compris vraiment bien.

Julien Vaubourg : C’est si la loi de renseignement, qui est actuellement en cours de débat, est effectivement adoptée, est-ce qu’on aura accès aux profils qui seront faits sur nous par le gouvernement français ? C’est dur à déterminer. Je ne sais pas s’il y a les informations qui sont dans le projet de loi qui permettent d’y répondre. Toujours est-il que, théoriquement, les fichiers comme le STIC que j’ai présenté tout à l’heure, on devrait aussi y avoir accès. Concrètement, ceux qui ont essayé savent que c'est extrêmement compliqué d'y avoir accès. Donc ce sera probablement quelque chose de similaire. On sait aussi que la France, en fait, c’est Le Monde qui l'a révélé il n'y a pas longtemps, a aussi un organisme de surveillance qui est rattaché à la DGSE et à beaucoup d'autres organismes, qui traitent aussi avec la NSA au passage, et qui font, en fait, déjà de la grosse surveillance, mais sans la loi. C'est-à-dire que c'est fait de façon illégale. La loi, d'ailleurs, n’encadrera pas plus que ça et donc tout ça, étant donné que ce n’est pas dans le cadre de la loi, eh bien on n’a accès à rien du tout. Donc probablement que non, tu ne sauras rien de qu'ils font sur toi.

Organisateur : Maintenant Julien ce que j’aimerais c’est qu’on ne quitte pas cette salle… Il y a des solutions alternatives. Et sans faire forcément de publicité pour telle ou telle, tu pourrais nous expliquer un petit peu à quel endroit on peut partager ? Il paraît que toi tu fais partie d'une association qui fait ça. Donc est-ce qu’aujourd’hui, pour des gens comme toi ou moi, on a des solutions qui remplaceraient, entre guillemets, Google et qui nous mettraient dans des situations beaucoup plus confortables ?

Julien Vaubourg : Alors on a beaucoup de solutions. Elles ne sont pas forcément extrêmement visibles parce que c'est le souci, c'est qu'on n'a pas les moyens de Google pour les rendre aussi visibles. Il y a pas exemple tout l’écosystème d’une association qui s'appelle Framasoft, sur framasoft.org5 qui va vous proposer d’avoir des réseaux sociaux qui sont respectueux de la vie privée, qui va vous permettre d'éditer des documents de façon collaborative, de façon respectueuse de votre vie privée, etc. Vous allez pouvoir faire tout plein de choses grâce à ces services-là, qui sont un exemple de ce qu'on peut faire sans Google et Facebook, et ce sont des services qui sont extrêmement performants.

Ensuite pour vos adresses e-mails vous avez aussi des associations. C’est extrêmement important d'avoir confiance en ceux à qui vous filez vos données. C'est-à-dire qu'à un moment donné, si vous partez en vacances, et que vous laissez vos clefs à un voisin pour qu'il consulte votre courrier papier, vous n'allez pas filer vos clefs à n'importe quel voisin. Vous allez avoir envie d'avoir confiance en lui. Eh bien là, c’est la même chose pour vos e-mails. Il faut aller chez des gens qu'on connaît, en qui on peut avoir confiance. Pour ça il y a des associations locales. Je vous avais donné, tout à l'heure, le lien ffdn.org6. Ça c’est une trentaine d’associations en France, et dedans vous pouvez en contacter une, et leur demander « est-ce vous fournissez une adresse e-mail » et du coup ils vous fourniront ce qu'il faut avec le même niveau de service que vous avez sur Gmail. Vous ne retrouverez pas forcément exactement toutes les fonctionnalités, mais en réalité ce n'est vraiment pas très grave. En plus ce sera cool, au lieu d’avoir @gmail.com, vous aurez @ votre nom de famille ou ce que vous voulez, .fr, .com, .net, ce sera beaucoup plus classe !

Public : Mais pour que ça soit efficace il faudrait que tout notre entourage ait ce genre de boîte mail, puisque vous avez dit, tout à l’heure, qu’on mettait en danger tout notre entourage, par exemple en ayant une boîte mail Google. Ça veut dire que si on envoie des messages à des personnes qui ont une boîte mail Google, même si notre messagerie est protégée, en quelque sorte, nos messages ne le seront pas.

Julien Vaubourg : Effectivement, c’est un vrai problème, c’est une excellente réflexion. C'est qu'à un moment donné, si je suis tout seul à militer, si je suis tout seul à faire attention à ma vie privée et que je ne communique qu'avec des gens qui sont, de toutes façons, sur des trucs pourris qu'ils surveillent, ça ne sert à rien. Cela dit, ça ne sert pas à rien, parce que toi, ça veut dire que dans ton écosystème, au milieu de tes amis, eh bien tu as une adresse qui n'est pas chez Gmail. Et donc il y a des gens qui vont te poser la question, qui vont te demander : « Eh bien pourquoi tu n’es pas sur Gmail ? » Et tu vas pouvoir leur répondre. Et il y en aura peut-être un deuxième qui va finir par faire la même chose, et puis un troisième, et puis un quatrième. C’est un peu le principe des 99 % et des 1 %, c’est-à-dire que ceux qui contrôlent tout, ce sont les 1 %, et nous, on est tous les 99 %. C'est-à-dire que, à nous tous, on a réellement ce pouvoir-là. Donc toi, tu vas commencer, tu vas être toute seule, tu vas être le 1 %, enfin le 0,001 % dans le 99 %. Mais ce n'est pas grave, parce qu'après, il suffit qu'il y ait une personne qui te suive, deux, s’il y a deux personnes qui suivent, chacune des personnes qui te suivent de façon exponentielle, très, très vite, tout le monde va quitter Gmail. C’est utopique, mais c’est comme ça, qu’en fait, toutes les grandes révolutions se sont faites, donc c’est aussi intéressant de les tenter.

Public : Tu parlais d’utopie. Je ne suis pas complètement convaincu par l’utopie, parce que, en particulier chez Google, ils avaient un service qui est Map et qui existe sur vos téléphones à tous, Google Maps, vous l’avez. Il y a approximativement cinq ans, je pense maintenant, ils avaient un service de localisation. C'est-à-dire qu’on acceptait certaines conditions, sur téléphone, et on était en permanence localisé et on localisait nos amis. C'est-à-dire que tu ouvrais ta carte Gmail, il y avait ton pointeur et il y avait le pointeur des gens que tu connaissais. Je ne sais pas si tu as connu le truc, ou pas, et ça a duré approximativement un an et demi puisqu'il y a eu une action collective, a priori en Allemagne, qui a justement mis en cause la sécurité des données, liée à ce phénomène-là. Et Google a retiré immédiatement ses applications, et aujourd’hui Maps ne fournit plus du tout ce genre de prestation, associé, justement, à l'aspect privatif de la position du téléphone. Donc de temps en temps, on peut même faire reculer des géants comme Google.

Julien Vaubourg : Oui bien sûr, je dis que ça peut paraître utopique, mais on fait énormément de choses et les lois européennes, en général, sont très bien pour casser, un peu, toutes les mauvaises pratiques de Google. Après, il faut aussi qu’on surveille ces lois-là parce que quand on voit ce qu'on vote en France, on se dit que ce serait bien qu'ils continuent à aller dans le bon sens et pas qu’ils se mettent à aller dans le mauvais. Effectivement, on peut faire beaucoup de choses. En réalité, on n'est pas du tout impuissant, au contraire, on a toute la puissance. Et ce sont nos choix qui font qu'ils existent : si personne n’utilise Gmail, Gmail n’existe pas, c’est aussi simple que ça.

Public : Y a-t-il aussi un moyen de recherche sur internet sans se faire surveiller, mais complètement. Comment Google encore, quand on ouvre internet ! Aucune surveillance ?

Julien Vaubourg : Il faudrait déterminer ce qu’on appelle aucune surveillance. Cela dit, ne pas se faire surveiller aussi grotesquement que ce qu’on se fait surveiller actuellement sur Google, il y a des services. Alors en l’occurrence il y a duckduckgo.com7. Moi c’est le moteur de recherche que j’utilise, qui est une alternative totale à Google et à ceux qui sont un peu du même acabit comme Bing et compagnie, qui fonctionne plutôt très bien. Ensuite il y a ceux qui fonctionnent en mode proxy, c'est-à-dire qui vont faire des requêtes pour vous chez Google et compagnie, mais finalement, on ne saura jamais que c'est vous, Google et compagnie ne sauront pas que c’est vous qui avez fait la requête à la base. Donc ça. Il y en a d'autres. Il y a Ixquick8, il y a plusieurs ce qu'on appelle des méta-recherches, qui existent. Il y a Framabee9 aussi. Je vous ai parlé de Framasoft, ça c’est leur solution à eux, pour faire ce genre de recherches.

Après, c’est peut-être aussi ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. C'est-à-dire qu'à un moment donné, si on considère que ces alternatives, qui sont peu connues, et parce qu'elles ne sont pas très connues, elles ne sont pas aussi puissantes que des solutions comme Google, etc., donc elles ne vont pas être forcément aussi pertinentes. Eh bien, ce n’est pas grave ! On peut, par exemple, si on va chez le Bing de Microsoft, alors Microsoft était dans la liste pour PRISM, il vous surveille bien comme il faut. Cela dit, si vous avez Android, que vous utilisez YouTube, Google Maps et compagnie, et que vous mettez le moteur de recherche Bing, eh bien, ça permet de diluer un peu quand même. C’est-à-dire, qu'à un moment donné, on ne donne quand même pas tout au même. Donc aller chez un autre méchant pour quitter un méchant. Si ce n’est pas le même méchant, et en plus, Google - Microsoft on sait qu'ils ne s'aiment pas trop, c’est toujours mieux que rien, c’est une solution. Mais sinon, duckduckgo.com, je vous invite à essayer. Je trouve ça plutôt cool.

Public : Moi j’ai deux questions. La première c’est quel est le modèle économique de Framasoft ? C’est-à-dire qu'on comprend bien que Google on ne paye pas parce que c’est nous le produit. Et Framasoft, comment il vit ?

Julien Vaubourg : Uniquement de dons. Donc ce sont les dons que font les gens. Si vous voulez faire un don, vous pouvez. Effectivement, c'est qu'à un moment donné, tous ces services-là, Google et compagnie, s'ils sont gratuits c’est parce que, derrière, ils revendent vos informations privées. Donc en fait, ils ne sont pas gratuits, vous les payez en nature avec vos informations privées. Donc, en fait vous les payez avec ce que vous avez de plus intime. En fait, c’est très cher Gmail et compagnie. Framasoft, eh bien à un moment donné, il y a des gens qui font simplement un virement bancaire, donc là c’est beaucoup plus rationnel et ça fonctionne bien. Cela dit, vous pouvez l'utiliser gratuitement et un jour, si vous voulez vous pourrez faire un don, mais ce n'est même pas obligatoire.

Public : Et ça passerait à l'échelle ? Parce que là, peut-être que le modèle économique par dons il tient le coup parce qu'il y a une petite frange de la population. Mais si on s'y mettait tous ?

Julien Vaubourg : Effectivement. Et le but n'est pas que Framasoft passe à l'échelle. Si Framasoft devenait énorme, aussi énorme que Google, il n'y a aucun souci qu'à un moment donné, les gouvernements feraient en sorte d’être chez Framasoft pour récupérer les données là où elles sont. Le but de Framasoft c'est de fournir des services, de montrer que ça fonctionne, de montrer que ce sont des alternatives crédibles, de les filer clefs en main, et qu'à un moment donné il y ait d'autres associations, d'autres structures qui reprennent tous les services et qui les refassent chez elles. Ça, c'est un truc qui est vachement important, c'est qu'ils n’utilisent que des logiciels libres, c'est-à-dire des logiciels que n'importe qui peut utiliser, n'importe qui peut lire, n'importe qui peut modifier, n'importe qui peut redistribuer, comme il le souhaite. Donc en fait, si vous avez un service chez Framasoft, que vous le trouvez particulièrement bien fait, eh bien simplement vous prenez le logiciel qu'ils utilisent, qui est en libre accès, vous l'installez sur une machine chez vous, et vous pouvez créer votre propre communauté. Et le but c'est d'avoir beaucoup, beaucoup de communautés, parce la décentralisation c'est toujours ce qu'il y a de plus sain quand on a ce genre de problèmes de surveillance.

Organisateur : Dis-nous en plus. Ce sont des logiciels donc que je peux prendre, mais ce sont aussi des logiciels que je peux lire. Donc tu peux peut-être vérifier dedans s'ils m'ont mis une saloperie ou s'ils sont vraiment clean ?

Julien Vaubourg : Effectivement, c'est ce qu'on disait tout à l'heure avec les boîtes noires, par exemple, sur la loi de renseignement. On va mettre des boîtes noires qui vont surveiller les accès, tous vos accès à internet, le problème c'est que ce soit une boîte noire ; c'est-à-dire que personne ne sait ce qu'elle fait à l’intérieur. C'est pareil pour les logiciels, quand vous utilisez un logiciel comme Windows, par exemple, vous n'avez aucune idée de ce fait ce logiciel-là avec vos données. À un moment donné, il peut décider de communiquer toutes vos informations, vous ne le saurez pas. Si vous utilisez des logiciels libres, ce sont des logiciels qui sont ouverts, que n'importe qui peut consulter. Alors vous, vous n'avez peut-être pas la capacité, actuellement, de le faire, encore que, mais en tout cas, vous pouvez vous reposer sur une base de bénévoles, de citoyens, de gens, de développeurs, qui eux, eh bien en permanence vont vérifier les codes sources de ces applications-là et, ne vous inquiétez pas, ils le diront s'il y a truc qui craint vraiment dedans. Donc en fait, quand vous utilisez des logiciels libres ce sont des logiciels qui, à priori, vous pouvez leur faire confiance parce que n'importe qui peut vérifier ce qu'ils font. Ce n'est pas le cas des autres logiciels que vous pouvez trouver, qu'on qualifie de propriétaires ou de privateurs.

Organisateur : Mais en fait, c'est entièrement de ta faute Julien ! Parce que ce sont des chercheurs en informatique qui ont permis à Google de monter leur produit. Et donc c'est à cause de mecs comme toi qu'on en est là, au niveau du numérique ! Non ?

Julien Vaubourg : Oui, éventuellement, c'est pour ça que c'est important d'avoir une éthique et de toujours se remettre en question, de réfléchir et de ne pas forcément aller à l’appât du gain, éventuellement.

Organisateur : À part l'un d'entre nous, est-ce que d'autres ont des questions ? Bitte Herr.

Public : Vous pouvez expliquer tous les domaines dans lesquels on peut utiliser Framasoft ?

Julien Vaubourg : Je ne vais pas te faire la liste complète parce que, et c'est plutôt une bonne nouvelle en fait, il y en a énormément. Je t'invite à aller sur framasoft.org et à regarder la liste toi-même. Il y a beaucoup d'outils, y compris des outils qu'on n'est pas habitué à utiliser. Par exemple faire un dessin de façon collaborative,c’est-à-dire qu'on va faire un schéma tous ensemble et, en fait, on pourra tous se connecter et le modifier. Ce sont les choses qui sont possibles. Il faut aller consulter.

Public : Est-ce que Framasoft et Framapad c'est la même chose ?

Julien Vaubourg : Framapad est un service de Framasoft. Tous les services de Framasoft commencent pas Frama. Framapad10, donc un pad, c'est un truc où on va pouvoir, du coup j'imagine que tu connais, mais pour les autres, ça va être une page sur laquelle on va voir tout le monde qui édite en même temps. C'est un peu ce qu'on retrouve dans Google Docs, sauf que là c'est en mode encore plus libre. Et n'importe qui peut ouvrir un document, il n'y a pas besoin de compte, il n'y a besoin de rien: On va pouvoir tous écrire en même temps, eh bien je ne sais pas, un rapport d'assemblée générale, un rapport pour un TP, pour un exposé, pour n'importe quoi. Et donc, effectivement, c'est un des services les plus connus que fournit Framasoft, de faire ça.

Organisateur : Est-ce que nous avons d’autres questions ? Je propose d'abord de remercier Julien.

Julien Vaubourg : Merci.

“Applaudissements.”