Direction logiciels libres

Titre : Surveillance numérique ; émission 1 : état des lieux
Intervenant·e·s : Audric Gueidan - Adèle Frantz
Lieu : Adèle surveille - Radio Agora - Nanterre, la wikiradio des initiatives citoyennes
Date : 16 juillet 2020
Durée : 40 min 52
Écouter le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Direction libre, Open-DSI - Licence Creative Commons Attribution 3.0 non transposé
NB : transcription réalisée par nos soins, fidèle aux propos des intervenant·e·s mais rendant le discours fluide.
Les positions exprimées sont celles des personnes qui interviennent et ne rejoignent pas nécessairement celles de l'April, qui ne sera en aucun cas tenue responsable de leurs propos.

Description

En compagnie d'Audric, médiateur informatique, Adèle s'interroge sur notre relation aux outils numériques. Dans quelles mesures représentent-ils un risque pour notre vie privée et nos libertés individuelles ? Pouvons-nous parler de « surveillance numérique » ?

Transcription (relu avec audio par véro)

Diverses voix off : Salut les Nanterriens.
La vie privée d’un athlète, ça se respecte même si Jean-Claude a peut-être tout essayé en matière d’aphrodisiaques et autres prothèses, en tout cas cela ne nous regarde pas.
Mon petit père, mets les cartouches dans le fusil, on lâche les chiens.
Ce n’est certainement pas à nous de divulguer les ragots comme quoi il serait homosexuel.
Tout à fait.
Cela ne nous regarde pas !

Adèle Frantzf : Deux évènements ont marqué mon confinement.
Le premier c’est quand j’ai reçu l’appel de ma vielle amie Annabelle — Salut Annabelle ! Avec Annabelle on a grandi ensemble en région PACA. Heureusement on n’a pas gardé notre accent en grandissant.

Voix off : Tu sais cet accent quand je parle tu sais d’où je viens.

Adèle Frantzf : Finalement moi j’ai préféré Nanterre et Annabelle est allée s’installer à Toulouse. Depuis, désolée Annabelle mais c’est vrai, elle a un chouille l’accent toulousain, mais bon !, on va lui pardonner.

Voix off : Traître !

Adèle Frantzf : Donc ce jour-là, en plein confinement, elle se baladait dans les rues de la ville rose avec son nouveau bébé tout neuf et son homme. Vous allez me dire mais que faisait-elle en plein confinement à flâner dans les rues avec son bébé alors qu’elle devrait être cloîtrée chez elle? Était-elle légitime d’être là ? Avait-elle rempli son autorisation ? Et le bébé avait-il une autorisation ? Ah ! Les Françaises sont quand même vraiment indisciplinées… Stop ! Déjà on se calme, je n’ai pas dit qu’elle flânait et puis la raison de son déplacement, cela ne nous regarde pas !
Toujours est-il qu’Annabelle a levé la tête quand elle a entendu une voix métallique voler au-dessus d’elle. C’était un joli drôle de drone qui flottait à quelques mètres de leurs têtes en susurrant : « Police nationale. Veuillez respecter les distances de sécurité ». Elle s’effraya d’abord « c’est quoi ce truc de taré ? », et puis elle a rigolé ensuite « c’est quoi ce truc de taré ? » Elle tourne la tête et voit un policier au coin de la rue faire son geek avec la manette, « mais c’est quoi ce truc de taré ? »
Et puis elle a oscillé comme ça un temps, entre le rire et l’angoisse.
Le deuxième évènement marquant de mon confinement c’est quand j’ai appris qu’une femme avait été mise en garde à vue non pas pour voir un clitoris mais pour avoir affiché une banderole sur la façade de sa maison avec écrit « Macronavirus, à quand la fin ? ». Dénoncée par un voisin ou tout simplement arrêtée après le passage d’une brigade, dans tous les cas l’ironie créative n’a pas plu. Ferme ta gueule, détour case prison, pan pan fessée, rentre au terrier. Confinée, oui, mais sois sage et n’insulte pas celui qui, à priori, est encore ton souverain auquel tu dois allégeance.

Ces deux drôles de drames m’ont fait l’effet d’une bombe.
Le premier me projeta directement dans 10/15 ans, quand le bébé d’Annabelle aura été biberonné aux bruits généralisés d’insectes robotisés et leurs gueules de mouches aux gros yeux voltant, furetant la moindre info, soumettant la populace au couvre-feu, surveillant les faits et gestes des révolutionnaires en herbes folles. Un temps où l’on deviendra mélancoliques du temps où le ciel était juste le ciel avec des nuages ou du bleu, peuplé de chants d’oiseaux, et le film La guerre des mondes nous semblera naïf et grotesque. Alors je prendrai le maquis, enfin, s’il reste des arbres, et je couperai le canon de la carabine du grand-père. Je jouis déjà à l’idée de tirer sur les drones avec mes balles de plomb et de les voir s’écraser au sol comme un amas vulgaire de fils et de vis. Je les finirai à coups de bâtons et je pendrai la micro-caméra encore à moitié opérante sous les yeux ronds de la Technopolice à l’autre bout. Oui, vous ne le saviez pas mais ça s’appelle la Technopolice, celle qui reste derrière les caméras de surveillance à Nice, caméras inutiles, caméras qui ont eu au moins l’avantage de faire de magnifiques images d’archives des attentats du 14 juillet. C’est l’Ina qui va être content. Mon bâton dans les mains et le drone tout penaud devant moi je dirai à la Technopolice [inaudible], avant de l’écraser lentement avec mon talon à la manière de Clint Eastwood avec sa cigarette. J’ai dit maquis, j’ai dit carabine, j’ai dit grand-père, Clint Eastwood, mais soyons clairs, je n’ai aucune mélancolie pour l’ancien temps.
Vous voyez, le coup de la banderole « Macronavirus », elle, me rappelle une surveillance à l’ancienne, celle de la Stasi. Le monde des croix gammées sur les murs, le monde sur écoute de La Liste de Schindler, le monde de la machine à écrire. « Macronavirus, à quand la fin ? » Les chiens de garde, depuis quelques années, n’ont même plus la décence de nous laisser l’illusion qu’on peut encore rire, critiquer et penser impunément. Mais bon ! Ça ce n’est pas nouveau.
Oui. La surveillance de masse du futur sera technologique. Je dirais même numérique, digitale.

Voix off : Vous parlez d’Internet, mais Internet c’est magique enfin ! C‘est la vie, c’est la libération, c‘est le cloud et tout ça. Je peux « zoomer » avec mes petits-enfants, je peux envoyer une photo de mes fraisiers à ma copine Germaine pour lui montrer que les miens sont mieux coupés.

Adèle Frantzf : Évidemment, une invention incroyable, ça dépend toujours dans quelles mains elle tombe. Parlez-en à feu Marie Curie qui n’aura pas vraiment idée de ce que les habitants d’Hiroshima subiront à la suite de sa découverte.
Donc le monde n’a pas attendu Internet pour surveiller et contrôler les plus réfractaires aux règles, mais cet outil apparaît comme l’outil idéal de surveillance de masse.
Oui, parce qu’il y a une entité qui me connaît mieux qu’un drone, mieux que mon voisin, mieux que la police, une entité qui sait que j’ai tapé « remèdes naturels contre les hémorroïdes » le 17 mai 2018 à 21 heures 18, même moi je ne m’en souvenais plus ! L’entité dont on parle, celle qui me connaît que moi, ce n’est pas que Google. L’entité, c’est cette liste des cinq géants du numérique, les GAFAM.

Voix off : C’est quoi ? Une mutuelle ?

Adèle Frantzf : Il s’agit de Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft.

Voix off : Ils ont créé Internet, ils savent tout ce que vous faites, quand vous mangez, pissez, pensez, à midi ou à 3 heures du mat. GAFAM, 1984 la nouvelle mini-série Netflix.

Adèle Frantzf : Les GAFAM, c’est joli sur le papier, c’est l’émancipation humaine, le savoir, le mélange des cultures, la communication entre les êtres, la liberté d’expression. Tout ça c’est la partie émergée de l’iceberg.

Voix off : Putain ! Merde !

Adèle Frantzf : Et quel putain d’iceberg !

Voix off : Merci. Iceberg droit devant ! Arrêtons tout !

Adèle Frantzf : Et si on plongeait ensemble dans le monde invisible de la surveillance du Net ? Pour cela, j’ai invité Audric Gueidan, grand spécialiste de la surveillance digitale. On va plonger ensemble dans un nouveau cortex. Suivez-moi.
Salut Audric.

Audric Gueidan : Bonjour Adèle.

Adèle Frantzf : Audric, il y a cinq ans, tu troquais ton ordinateur Mac contre un système d’exploitation en mode logiciel libre et tout le monde à l’époque, je me rappelle, te regardait vraiment bizarrement. Tu disais qu’on était surveillés. Même moi je me disais « il est quand même un peu parano le mec », alors que maintenant c’est comme la question de la viande. Les gens sont de plus en plus sensibilisés à cette question et toi tu passes pour un pionnier en fait, c'est la classe totale ! Et puis entre temps tu es devenu médiateur numérique. Déjà, Audric, c’est quoi ce métier un peu bizarre, médiateur numérique ?

Audric Gueidan : C’est un terme un peu fourre-tout dans lequel je mets plein de choses. Déjà le fait de faire de la médiation c’est servir d’intermédiaire entre deux ou plusieurs choses pour faciliter un transfert de connaissances, par exemple d’un individu à l’autre. Dans le cadre du numérique, en tout cas pour moi, l’objectif c’est d’accompagner un utilisateur ou plusieurs à maîtriser les différentes technologies, les enjeux, les usages, toutes ces questions de la culture du numérique, de la culture du Libre, il y a beaucoup de sensibilisation. Du coup je fais la médiation entre l’homme et la machine, entre l’usager et l’outil informatique.
Concrètement ça peut être plein de trucs. Ça peut être des cours d’informatique un peu classiques, le b.a.-ba de l’apprentissage de l’ordinateur : comment allumer une machine, comment se créer une adresse mail, envoyer un courrier, des pièces jointes, transférer des fichiers, toutes ces choses-là. Des choses un peu plus techniques : l’utilisation d’une tablette, l’intérêt d’un smartphone, les applications qu’on peut utiliser dessus, et également toute la partie sensibiliser les gens aux enjeux du logiciel libre dont on va reparler. Évidemment parler de la surveillance et de la protection des données, c’est un sujet qui m’anime depuis quelque temps. On peut également parler de robotique ou de fab labs, les fameux lieux de fabrication numérique dans lesquels les gens apprennent grâce à leurs pairs – p,a, i, r, s, pas les papas. On apprend ensemble, on s’échange des compétences, toujours avec l’idée d’accompagner les gens, le public, pour les rendre autonomes, leur permettre de mieux comprendre, de faire par eux-mêmes et de prendre des décisions, d’avoir le choix.

Adèle Frantzf : Justement, pour mieux comprendre, parce que là tu parles de surveillance, tu parles de logiciel libre, en fait c’est quoi le Libre ? Ça veut dire que nous on n’est pas libres et que toi tu es là un peu pour nous libérer ? Et pourquoi c’est aussi important pour toi cette différence entre libre et pas libre ?

Audric Gueidan : Il faut déjà définir ce qu’est un logiciel libre.
Un logiciel qui est considéré comme libre va respecter quatre libertés :

  • la liberté 0 qui est la liberté d’utiliser le logiciel pour quelque usage que ce soit ;
  • la liberté 1 c’est étudier le fonctionnement du programme et de pouvoir l’adapter à son besoin, c’est-à-dire pouvoir accéder au code source. J’accède à la recette de cuisine du logiciel ou du système ;
  • la liberté 2 c’est pouvoir redistribuer des copies à tout le monde, je peux partager mon logiciel, légalement, je n’ai aucun problème à faire ça et même les développeurs vont être plutôt contents parce que ça va leur faire de la publicité ;
  • la liberté 3 c’est la liberté d’améliorer le programme, le logiciel et de le repartager avec peut-être des modifications, des améliorations que j’aurais apportées.

Évidemment quand je parle d’adapter, de regarder le code source, ça sous-entend que je comprends un petit peu les choses, donc il faut être développeur pour faire ça. Moi je ne suis pas développeur, par contre je peux m’appuyer justement sur la communauté des développeurs, toutes les personnes qui ont ces compétences techniques. Je préfère faire confiance à une communauté qu’à une entreprise privée qui va fonctionner comme une boîte noire et dans laquelle je ne vais pas pouvoir regarder ce qui se passe.

Voix off : C’est aujourd’hui l’entreprise privée qui vaut le plus cher au monde. Dans l’après-midi, Apple a vu son action grimper et franchir des sommets. L’entreprise est aujourd’hui valorisée en bourse à plus de 1000 milliards de dollars.

Adèle Frantzf : Est-ce que tu aurais des exemples de navigateurs qui seraient libres par rapport à un navigateur pas libre, des applications qui peuvent remplacer, en fait, les usages un peu plus marchands ?

Audric Gueidan : Un navigateur qui n’est pas libre en général c’est celui qui est installé par défaut dans ta machine. Si on prend l’exemple d’un ordinateur qui tourne sur Windows, eh bien le navigateur Microsoft Edge ou, avant, Internet Explorer, qui sont les deux navigateurs de Microsoft, ne sont pas des navigateurs libres. Par contre, le navigateur libre que tu vas pouvoir installer par la suite, c’est Mozilla Firefox1. C’est une communauté qui a développé Firefox, n’importe qui peut regarder le code source, peut vérifier que le logiciel fait bien ce qu’il dit qu’il fait – c’est le principe d’audit, je peux regarder ; il ne va pas être géré par une entreprise qui va monnayer toutes les informations. Mozilla est une fondation qui gère ça. Il y a une partie fondation avec de l’argent, il y a une partie plus bénévole et les deux fonctionnent bien ensemble.
La même chose sur ton téléphone portable. Par défaut, sur un téléphone Android – les téléphones Android c’est à peu près 80 % des téléphones quand même – tu as Google Chrome, qui appartient à Google, qui est installé dessus, qui n’est absolument pas libre et qui va récupérer un paquet de données sur tout ce que tu fais, tout ce que tu regardes sur Internet.

Adèle Frantzf : Pourquoi, quand on parle de surveillance de masse, la surveillance numérique est-elle la plus redoutée ? C’est quoi les enjeux dans un État capitaliste ? C’est quoi les enjeux dans un État totalitaire ? C’est quoi les dangers, finalement ?

Audric Gueidan : D’un point de vue de l’utilisateur il n’y a pas vraiment de dangers, en fait c’est juste une technologie, c’est un outil donc ça dépend comment on s’en sert. Je peux avoir un couteau de cuisine et couper les tomates avec ou je peux aller planter ma voisine, ce ne sera pas la faute de l’outil c’est ce que j’en fais. Internet c’est un peu pareil.
Je pense qu’Internet est un outil qui fait peur aux politiciens parce que ça permet aux citoyens, au peuple, de se rassembler, de communiquer, de se mettre d’accord ensemble et parfois de manière cachée, justement, et c’est en réfléchissant en dehors de la meute qu’on va pouvoir expérimenter et proposer de nouvelles choses. Donc pouvoir faire ça à l’abri des regards c’est quelque chose qui fait peur. C’est pour ça que depuis de nombreuses années, tous les gouvernements essayent de cadrer Internet, de fixer des règles, des lois, des limites. En France, par exemple, on essaye souvent de mettre le CSA [Conseil supérieur de l'audiovisuel] dans la boucle, le CSA qui contrôle la télévision, mais Internet ce n'est pas la télévision. La télévision c’est on s’assoit sur le canapé et on regarde un flux qui nous est envoyé. On peut choisir le flux, mais c’est tout.
Internet, on est actif, on participe à ce flux. Tout le monde peut être à la fois émetteur et récepteur, donc tout le monde peut parler. C’est vraiment la mise en application de ce qu’on appelle la liberté d’expression qui, avant, était plutôt relative. Certes, depuis de nombreuses années, on sait lire et écrire, sauf que tout le monde n’a pas la capacité de diffuser son texte, d’écrire un livre et de le faire lire aux autres. Même si dans les différents journaux auxquels je peux l'envoyer au courrier des lecteurs, eh bien si ce que je dis ne plaît pas, je peux être censuré. Alors que si je le fais sur Internet, je fais mon site, mon blog, je peux le partager et du coup n’importe qui peut avoir accès à mes informations. Et ça, ça fait peur.
Ce qui fait peur aussi c’est qu’à partir du moment où il y a une information sur Internet, globalement elle ne disparaît pas. Du coup, il est possible de déterrer une information, fausse ou vraie, mais une information et de mettre un personnage public, politique, face à ses contradictions. Il y a x mois cet homme politique a dit ça sur Twitter, aujourd’hui il dit l’inverse, eh bien hop !, je peux lui ressortir ça directement, sans filtre, et je lui mets devant les yeux « vous avez dit une connerie il y a quelques x mois ». On ne va pas l’oublier comme ça.
On nous balance souvent le prétexte du piratage, de la menace terroriste ou des sites pédopornographiques pour censurer un maximum de choses. On agite un mouchoir pour dire « attention il y a ça » et, en fait, on essaye de faire passer plein de lois liberticides.
Ce qui a essayé de se passer récemment avec la loi Avia, qui a d’ailleurs été censurée finalement, une loi qui avait pour objectif de censurer de manière plus au moins automatique les contenus en ligne qui étaient haineux. Ça part d’une bonne intention, évidemment qu’il faut faire disparaître la haine d’Internet, mais on ne peut pas se baser sur des algorithmes parce qu’il y a énormément de ce qu’on appelle des faux positifs. On ne peut pas non plus donner ce pouvoir-là aux grandes plateformes, aux fameux GAFAM, parce qu’il n’y a que ces plateformes-là qui techniquement pourraient le faire, c’est-à-dire Facebook, Twitter, Google, c’est à eux qu’on donne les clefs de la justice.

Adèle Frantzf : Il y a justement une émission de Cash Investigation qui a révélé les conditions de travail des employés de prestataires de Facebook ou de Google, je ne sais plus, censés nettoyer Internet, et qui se retrouvent, pour un salaire indécent, à trier toute la journée des vidéos toutes plus violentes les unes que les autres, des décapitations, des lacérations ou bien des vidéos à caractère pornographique. Là où c’est vrai que les sociétés de nettoyage à domicile veulent, et les clients aussi, que le travail des femmes et des hommes de ménage soit invisible, c’est vrai qu’on ne se pose jamais la question du nettoyage d’Internet. C’est aussi ça qui nous permet finalement de naviguer tranquillement sans être attaqués par des images ou des vidéos à caractère très violent.
Le problème, comme tu dis, c’est que c’est la plateforme qui fixe ses propres règles et, par exemple, c’est Facebook qui va censurer des images artistiques parce qu’on voit un sein donc c’est jugé à caractère pornographique. C’est aussi Facebook aussi qui, malgré la révolte de ses employés, décide de ne pas censurer les propos d’appel à la haine d’un certain Donald Trump.

Audric Gueidan : Sur Internet, le problème c’est qu’on ne peut pas laisser les grandes plateformes décider de ce qui est légal, de ce qui ne l’est pas. Il y a déjà des choses qui sont écrites dans la loi concernant les contenus haineux, il n’y avait pas besoin de la loi Avia. Pour les faire appliquer il faut juste mettre des moyens, c’est facile à dire, dans la justice.
On nous dit souvent qu’on est anonyme sur Internet. En fait c’est très facile techniquement de remonter à la trace, à la source et de savoir. Techniquement on peut repérer qui est l’utilisateur qui se cache sous un pseudo, qui a proféré des menaces de mort concernant quelqu’un sur Twitter, et cette personne aura des problèmes. En fait, tout cela existe déjà.

Adèle Frantzf : Alors c’est quoi les données personnelles ? Est-ce que tu peux nous expliquer un peu mieux pourquoi, en fait, ça vaut de l’or tout ça ?

Audric Gueidan : Une donnée c’est un élément qui va permettre de t’identifier toi soit directement soit par recoupement, par croisement d’informations.
Des données on va dire faciles à avoir c’est ton nom, ton prénom, peut-être ton pseudo, ton âge, ton sexe, ton adresse, d’ailleurs il y a une partie de ces données-là qui sont déjà publiques parce que tu existes aux yeux de l’État, aux yeux de la loi.
Ensuite il y a beaucoup de données qui vont être récupérées en fonction de que tu fais sur Internet, en fonction des articles que tu lis, combien de temps tu passes dessus, sur quels liens tu as cliqué, qu’est-ce que tu as partagé sur les réseaux, tout ça, ça va donner une espèce de fiche d’identité numérique de toi, de tes goûts, de ton orientation politique, sexuelle ou religieuse et tout ça, ça peut se monnayer.
C’est là où les grandes plateformes, les GAFAM – Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft – s’en mettent plein les poches. D’un côté ça va permettre de t’envoyer de la publicité ciblée, vu qu’on sait qui tu es on peut vraiment t’envoyer quelque chose d’hyper-personnalisé. Je veux vendre un vélo, je vais déjà pouvoir regarder dans ma base de données l’âge des utilisateurs, on va dire que je veux quelqu’un qui a entre 30 et 40 ans, qui est sportif, qui habite à côté de Nanterre. Je peux cibler comme ça, envoyer ma publicité à ces personnes-là.

Adèle Frantzf : Concrètement, je prends l’exemple des chaussures allemandes Adidas. C’est un objet connecté, qui est assez pratique parce que, finalement, il donne des mesures sur l’activité physique, savoir si vous êtes en forme, ce que vous devez faire. En fait c’est quoi les avantages de ce truc ?

Audric Gueidan : Il y a des gens qui aiment bien savoir combien de kilomètres ils ont fait, quel était le parcours et partager tout ça aussi sur les réseaux.
Après, est-ce que j’ai envie que Adidas connaisse mon adresse, connaisse mon itinéraire préféré de footing ? On peut se dire « ouais ce n’est pas grave ! » Il y a une histoire assez rigolote. Il y a quelques mois des agents, j’ai envie des agents secrets, je ne sais plus exactement quel statut ils avaient, des personnes d’une agence du gouvernement américain avaient l’habitude de faire comme ça du footing autour de leur base. En fait, ils ont été identifiés comme ça. Peut-être qu’avec tes chaussures tu as, en plus, un bracelet connecté qui va prendre ton rythme cardiaque que ton assurance aimerait bien avoir. Si on se rend compte que « tiens, madame Machin a un problème cardiaque », du coup on va peut-être lui changer son tarif. Ça pose un autre problème.

Voix off : Découvrez la nouvelle brosse à dents électrique connectée Oral-B Smart Series et l’application Oral-B spécialement conçue pour des résultats de nettoyage optimaux. L’application est déjà en route pour vous guider en temps réel et vous aider à vous brosser les dents au moins deux minutes. Grâce au guide animé des quatre zones de votre bouche, vous pouvez être sûr d’avoir brossé de manière égale toutes les parties de votre bouche. Un indicateur de pression apparaît sur l’application lorsque votre brossage est trop vigoureux.
La page défilante, en bas de l’application, fait apparaître les actualités, la météo, des conseils pour la santé bucco-dentaire, des images de la nature, vos prochains rendez-vous sur votre calendrier et bien plus encore pendant votre brossage, tout en vous permettant de recevoir vos aides de brossage et le contrôle de la pression pour une expérience de brossage complet.

Adèle Frantzf : Fatigant, non ?

Voix off : Pourquoi ne pas prendre un petit moment pour vous-même avec l’application Petit Bouddha ? Détendez-vous. Reliez-vous directement aux pulsations de votre cœur. Nous savons que parler de réchauffement climatique ou de surveillance numérique et de tous ces sujets sensibles peut provoquer des montées de stress indéniables. Sachez que toute l’équipe de radio Agora est là pour vous. Respirez et détendez-vous. Bienvenue sur radio Agora.

Adèle Frantzf : Moi je sais que la publicité ciblée, par exemple, ça ne marche pas des masses sur moi, tu vois ! En fait, moi je vogue dans le cloud, tu sais, ce nuage tranquille et flou et du coup tout ça, cette surveillance de masse, ce n’est pas très réel en fait, ça reste dans mon ordinateur et j’ai toujours tendance à minimiser un peu l’impact des traceurs, des applis, des GAFAM, gnagnagna. Est-ce que pour toi, réellement, le virtuel a un réel impact, réel, sur la vie réelle ?

Audric Gueidan : Si je prends ton téléphone peut-être que dessus il y a l’application de ton parti politique, il y a peut-être une application de suivi de grossesse, une application médicale — je pense au suivi de diabète —, une appli de rencontre, toutes ces infos-là, pareil, ça permet déjà de te mettre dans une case. Est-ce que tu aurais envie que toutes ces infos soient marquées sur un panneau que tu trimballes toujours à côté de toi ? Est-ce que tu veux avoir marqué en gros pour qui tu votes, avec qui tu couches et ce que tu manges ? Je ne suis pas sûr.
Il y a une histoire qui est assez symptomatique de tout ça. Un site de rencontres adultères qui s’appelle Ashley Madison a été piraté il y a quelques années, ça doit faire trois/quatre ans, et la liste entière des utilisateurs s’est retrouvée sur Internet, comme ça, à la vue de tous.
Dans ce listing on retrouve des politiciens américains et également deux ou trois personnes qui sont, j’ai envie dire, dans la religion, je ne sais plus si ce sont des prêtres ou des pasteurs. Un certain nombre de personnes, du coup, se retrouvent affichées sur la place publique comme étant habituées d’un site de rencontres adultères. Il y en a plusieurs qui ont dit : « Non, ce n’est pas moi c’est faux », plusieurs qui ont avoué et il y en deux ou trois qui se sont suicidées. Donc oui, ça peut avoir un impact.

Adèle Frantzf : Moi, à part recevoir des amendes pour excès de vitesse, je ne fais de mal à personne et j’ai un peu rien à cacher !

Audric Gueidan : Peut-être que quelque chose que tu fais actuellement est légal, est normal, peut-être que dans quelques années ça ne sera plus le cas. Imaginons que je suis dans un système totalitaire, j’ai envie d’identifier et de faire disparaître tous mes opposants politiques, si je peux les identifier juste avec l’application du parti politique auquel ils ont adhéré ou le nombre de pages Facebook ou certains sujets qu’ils ont likés ou partagés, ça pose problème. Si on regarde aux États-Unis, Trump a pu identifier une partie de ses opposants via Facebook et via les caméras de surveillance qui étaient postées dans les rues pendant les manifestations. Si on regarde en Chine, si je commence à critiquer le gouvernement chinois je vais avoir des problèmes. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement avec Hong-Kong. Toutes les personnes qui s’expriment en mal sur le sujet sont immédiatement arrêtées.

Adèle Frantzf : Durant le confinement on a fait un peu connaissance avec le logiciel Zoom qui vaut maintenant plus cher en bourse que les sept plus grosses compagnies aériennes mondiales réunies et qui est quand même accusé d’avoir fait fuiter les vidéos vers Facebook notamment. Il y a eu le petit robot chien jaune qui surveille les Singapouriens, il y a eu StopCovid.
Justement, si on revient au contexte international de la pandémie COVID-19, ça me fait penser à la théorie de Naomi Klein, La Stratégie du choc, qui soutient qu’à l’occasion de désastres, que ce soit des attentats, des catastrophes naturelles, des coups d’État, des changements de régime, les gouvernements en profiteraient pour imposer des réformes économiques ultralibérales et super restrictives au nom de la sécurité d’un pays. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur la réaction des gouvernements face au choc de cette pandémie ?

Audric Gueidan : Tu l’as bien dit, à chaque fois qu’il y a un évènement important on en profite pour faire passer des lois ou des appareils de surveillance ; ça revient à ce que je disais tout à l’heure, en parlant notamment du prétexte du terrorisme.
On pense que la magie de la technologie va nous sauver, c’est ce qu’on appelle le techno-solutionnisme. On se dit qu’on va mettre en place une application, un appareil superbe qui va contrôler l’épidémie, gérer les personnes malades, peut-être en même temps identifier les manifestants.
En France, des drones ont été déployés par la police pour surveiller que les gens respectaient bien le confinement. Depuis, ces drones ont été considérés comme illégaux, ils n’ont plus le droit de voler, même si apparemment on en a vu certains pendant les manifestations. Bon ! Il y a des caméras de surveillance avec reconnaissance faciale qui ont été installées avec l’idée de savoir si tu portes ton masque ou pas alors que la CNIL [Commission nationale de l'informatique et des libertés] va dire « non il ne faut pas faire ça ». Certains maires se pensent au-dessus des lois !
Donc oui, on surveille, on flique, on file des amendes. Si on n’a pas notre papier pour sortir, pareil il y a eu un nombre important d’abus à ce niveau-là. On peut aller plus loin, d’ailleurs c’est ce qui s’est passé à Singapour. À Singapour ils avaient une application équivalente à StopCovid, sauf qu’ils se sont rendu compte que la population ne l’avait pas installée, ne s’en servait pas, exactement ce qui se passe en France d’ailleurs, du coup ils sont allés plus loin : quand tu rentres dans un bâtiment public tu dois scanner une espèce que QR Code qui à l’entrée avec ton téléphone, qui va t’identifier et qui va dire si tu es contaminé, contagieux et du coup qui va te permettre, ou pas ,de rentrer dans ce bâtiment.
On peut très bien imaginer ça en France en allant plus loin en disant que si tu n’as pas l’application StopCovid sur ton téléphone alors tu ne peux pas, je ne sais pas, rentrer dans la gare, tu ne peux pas aller faire tes courses.
Est-ce qu’on a envie d’aller vers ça ? Moi non.

Adèle Frantzf : Justement, qu’est-ce qui t’a choqué le plus ? Est-ce qu’il y a un évènement qui t’a vraiment choqué pendant cette période ?

Audric Gueidan : Le fait qu’en France on avance un peu avec des œillères, je pense notamment au chargé du numérique, Cédric O, qui a maintenu, qui y est allé à fond contre tous les avis des experts et des associations de défense des libertés individuelles en disant « on va faire notre application, on va faire un truc français. On ne veut pas s’appuyer sur ce qui existe, sur le protocole qui est utilisé par Apple et par Google, non, non, nous on va faire notre protocole à nous », qui ne fonctionne pas si bien que ça finalement.

Adèle Frantzf : Là tu parles de l’application StopCovid ?

Audric Gueidan : Oui, pour StopCovid. II y a un truc qui n’est pas logique : on dit « on veut du numérique souverain, du numérique français » et, en même temps, on voit par exemple que toutes les données de santé vont être hébergées par Microsoft. Bon ! On a envie de dire que ce n’est pas très logique !

Adèle Frantzf : Est-ce qu’il y a eu des choses bien pendant cette période ?

Audric Gueidan : Que la loi Avia ait été retoquée, je trouve ça bien.
En effet, que la police n’ait pas le droit normalement d’utiliser ses drones pour surveiller les gens je trouve également ça bien.
Je pense que ce qui est positif, par exemple, on va parler du télétravail : il y a beaucoup de personnes qui se sont rendu compte que oui, c’est possible de travailler à la maison et même souvent on travaille plus et mieux qu’en étant au boulot alors qu’il y avait beaucoup de patrons qui disaient « non, moi je ne veux pas que mes employés fassent du télétravail », ils avaient toutes les bonnes raisons. On voit que c’est possible. Il y a eu une espèce d’électrochoc en prouvant que le numérique ça peut aider, ça peut être bien ; même chose pour les jeux vidéos d’ailleurs. Il y a quelques mois l’OMS disait « attention, ça y est, le jeu vidéo est considéré comme une addiction » et en même temps, pendant le confinement, ils ont dit : « Oui, on avoue, les jeux vidéos permettent de calmer les enfants, c’est bien de jouer une à deux heures par jour ». Il y a, comme ça, plusieurs articles qui sont sortis, que j’ai trouvés intéressants.
On voit également qu’il y a un nombre important de personnes qui sont vraiment en grande difficulté face au numérique. On parle en moyenne de 20 % de la population qui n’est pas connectée ou qui a vraiment des difficultés.

Adèle Frantzf : C’est sûr qu’à 80 ans, à la vitesse où ça va, si je n’ai pas d’amis ou de la famille qui s’y connaît, je deviendrai incapable d’être à la page et on voit la Caf, la SNCF, qui ferment de plus en plus de guichets humains et l’État compte maintenant de plus en plus sur les associations qui sont en grande partie bénévoles pour rattraper le coup, en fait, et aider les personnes à apprivoiser le numérique. Finalement ces associations crient aussi au manque de moyens.

Audric Gueidan : Dans les associations je pense par exemple à Emmaüs Connect2 qui fait partie de Emmaüs, qui va être là pour former une partie de la population et accompagner les personnes qui sont en difficulté. Ça a été un petit peu accentué pendant le confinement et plusieurs initiatives ont été lancées pour essayer justement de pallier à ces différents manques que ça soit pour les étudiants, les écoliers qui se sont retrouvés à devoir travailler de chez eux ; que ça soit pour les indépendants ou les salariés qui, du jour au lendemain, doivent faire du télétravail alors qu’ils n’en ont jamais fait et ça ne se fait pas comme ça, ce n’est pas évident.

Adèle Frantzf : Aujourd’hui, est-ce que tu pourrais nous donner des noms d’associations, d’institutions étatiques, qui sont les garants de notre liberté numérique ? Qui est-ce qui se bat, en fait, pour que justement on ait plus accès au logiciel libre, qu’on puisse savoir un tout petit mieux comment nos données fuitent ? Vers qui se tourner en fait ?

Audric Gueidan : On peut imaginer qu’on pourrait se tourner vers notre pays qui est censé être garant de nos libertés. Pour moi c’est un petit peu compliqué de ce côté-là quand on parle de numérique parce que les États sont noyautés par les entreprises privées, on peut reparler de Microsoft qui est vraiment partout : en France, Microsoft est à la Défense, il est à la Culture, il est à l’Éducation, déjà ça pose un problème. Il y a ce qu’on appelle des back doors, on va dire que c’est la porte de derrière qui permet à l’entreprise d’aller voir discrètement ce que tu fais sur ta machine. Est-ce qu’il faut que les ordinateurs de l’armée française soient connectés en permanence aux serveurs de Microsoft qui est une entreprise américaine ? Je n’en suis pas certain.
Est-ce que j’ai envie que les collégiens, les étudiants soient formatés à utiliser des logiciels privés et payants : toute la suite office et compagnie est gratuite quand ils sont à l’école, mais lorsqu’ils sortent de l’école ils vont devoir acheter leurs logiciels — la première dose est gratuite et après c’est à vous de payer ! Je ne suis pas certain que ça soit une bonne chose, surtout quand il existe des associations ou des organismes qui vont se battre, qui vont prouver que c’est possible. Je pense notamment à Framasoft3 qui une association de promotion du logiciel libre qui met en place différents services. En 2013 ils avaient lancé la campagne « Dégooglisons Internet »4 pour prouver qu’on peut se passer de Google, on peut trouver des équivalents qui fonctionnent aussi bien et qui vont être éthiques, qui vont respecter notre vie privée, qui vont être libres, c’est-à-dire qu’après tout le monde peut les utiliser, les employer pour faire sa propre version. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé : le Collectif des CHATONS5 a émergé de ça après, c’est le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires. Ça permet en plus de faire de l’Internet on va dire local : je peux aller dans l’association de ma ville, récupérer des services numériques, une boîte mail, un hébergement de fichiers, de la même manière que je serais allé à l’AMAP du coin récupérer mon panier de fruits et légumes et ma boîte d’œufs. En plus, là je sais qui s'en occupe, je peux discuter avec ces personnes-là, je peux m’investir et monter en compétences si j’ai envie, si j’ai le temps, je peux devenir acteur de ma vie numérique.

Adèle Frantzf : Finalement, c’est un peu la même chose que dans l’agriculture, c’est-à-dire qu’on veut surtout du local et on veut de l’éthique. On veut du Libre, du bio, quoi ?

Audric Gueidan : C’est ça, sauf que pour passer au bio il faut être un petit peu sensibilisé, il faut quand même se renseigner, ce n’est pas forcément évident comme transition parce qu’on ne va pas trouver exactement la même chose, peut-être pas au même prix, peut-être pas en même quantité.
C’est la même chose de passer à des outils libres, éthiques, open source. On va dire que c’est un travail de tous les jours parce que certains outils, à un moment donné, vont être très bien et puis hop !, l’organisation va se faire racheter et finalement c’est devenu moins bien, maintenant il y a des trackers dedans, donc il ne faut plus utiliser cette application. Il y a besoin de faire de la veille à de sujet-là, globalement les gens n’ont pas le temps de faire ça, donc les associations le font.
La Quadrature du Net6 fait du bon travail pour sensibiliser les gens à cette question-là et pour prouver que le numérique sort de la sphère de l’ordinateur et du smartphone, ça touche toute notre vie, toute notre vie est numérique maintenant.
Je pense à ce qu’on appelle les GULL qui sont les groupes d’utilisateurs Linux et logiciels libres. Pareil, on va en trouver un petit peu partout en France. Ce sont des groupes de bénévoles qui vont être là pour vous encadrer, vous apprendre à utiliser Linux [GNU/Linux], si vous voulez passer à Linux qui est le système d’exploitation libre, qui vont globalement essayer de vous former.
On peut aller dans ce qu’on appelle les Cafés vie privée. Ce sont des lieux de formation, ça peut se passer partout, ça peut être dans un café comme le nom l’indique ou dans un restaurant, dans une bibliothèque, où on veut, et là on va apprendre à utiliser des outils qui protègent nos données, on va comprendre comment laisser moins de traces.
On peut aller dans sa bibliothèque de quartier, il y a beaucoup de bibliothécaires qui sont sensibilisés à ces questions-là.
Donc il y a du monde qui est présent sur le terrain pour justement garantir qu’on respecte au maximum nos libertés numériques.
L’idée, toujours, c‘est de pouvoir reprendre la main sur la machine, sur l’outil, sur le logiciel, comprendre comment ça marche et pouvoir faire des choix éclairés.

Diverses voix off : La NSA a placé sous surveillance tous les portables du monde.
Les Américains ne rêvent pas d’être libres, ce qu’ils veulent c’est la sécurité.
Oui, sauf que malheureusement les gens ignorent qu’ils ont passé un marché.

Adèle Frantzf : Tu sais comme moi que certains réalisateurs de films d’horreur ou de thrillers disent souvent que la réalité est bien pire que la fiction. Pour toi, quels films se rapprocheraient le plus de la dystopie qui pourrait nous attendre si on ne fait pas gaffe ?

Audric Gueidan : Un film qui est bien, qui est d’ailleurs adapté d’un livre à la base, Minority Report. Ça se passe dans un monde futuriste où il y a une brigade d’intervention qui peut arrêter les personnes avant qu’elles aient commis un crime. C’est ce qu’on appelle du prédictif. Il y a déjà eu, en tout cas en Chine, des arrestations préventives grâce ou à cause, ça dépend dans quel sens on se place, de ce qu’on appelle le big data, de toutes ces données qui vont être récupérées, qui vont permettre à des algorithmes d’imaginer que potentiellement cette personne va commettre un crime, donc on l’arrête en amont.
Un autre film qui est intéressant, qui pourrait faire peur, c’est WALL-E. C’est tout mignon, c’est tout joli, mais quand on regarde ce que les humains sont finalement devenus dans WALL-E, ils sont complètement dépendants des machines, ils sont juste rivés à leur écran, ils ne sont même plus capables de marcher par eux-mêmes et de réfléchir, ils ne savent plus comment ça fonctionne.
Un algorithme ce n’est pas une invention magique, il y a quelqu’un à la base qui a fait des choix et qui a décidé que le logiciel pouvait faire ça ou ça. Lawrence Lessig7 dit Code is Law, « Le code c’est la loi » et en effet le robot, l’algorithme, la machine, va suivre ce qui a été écrit dans son code.
Après pour sortir du film, il y a une série qui est très bien, tous les épisodes ne se valent pas, c’est Black Mirror, il y a certains épisodes où, en fait, ce n’est même plus le futur, on est vraiment déjà dedans.

Voix off : Comment ça fonctionne ?
Cette puce va accéder à vos engrams, à vos souvenirs relatifs à l’évènement.
Je ne suis pas intéressée par ce que vous auriez pu faire dans votre chambre sur votre temps libre.
Ce qui est privé doit rester privé.

Audric Gueidan : Voilà ce que je peux un petit peu conseiller.

Adèle Frantzf : Nous arrivons à la fin de cette première émission numérique. Merci beaucoup à toi Audric.

Audric Gueidan : Merci à toi.

Adèle Frantzf : Ne dites plus Twitter, dites Mastodon8. Ne dites plus YouTube, dites PeerTube9. Instagram devient PixelFed10, Zoom devient Jitsi11. Gmail devient Mailo12 ou Disroot et Google docs devient Framapad13. Ça, c’est la classe !
Reprenez la main sur la machine, le trafic, le contenu.
À Nanterre il y a l’Electrolab, il y a Nanterre Digital. Il y a Évelyne Jardin qui donne des formations à l’Agora. Il y a Lien intergénération 92, il y a La Ligue de l’enseignement qui avait diffusé notamment, je me souviens, un docu très facile à visionner, qu’on va mettre en lien sur le site de l’Agora, Nothing to Hide, « Rien à cacher », et il y a le Centre social Arc-en-ciel très actif notamment sur le festival Nanterre Digital.
À Rueil, il y a Rueil Digital et le Chaton le plus proche est à Courbevoie, il s’appelle Tedomum.
Enfin il y a la FFDN14, la Fédération des Fournisseurs d'Accès à Internet associatifs.
Évidemment la liste n’est pas exhaustive. Si vous voulez partager votre expérience aux Rencontres numériques nantériennes n’hésitez pas à laisser un commentaire sur radioagora-nanterre.fr.
J’en profite pour remercier toute l’équipe de radio Agora de cette opportunité qui nous est faite de nous exprimer librement. Bisous les Nantériens.Prochaine émission le mois prochain.