Les plateformes digitales s’intéressent de plus en plus au podcast. Ce nouveau mode d’expression audio a trouvé son public, les géants de la consommation en ligne cherchent maintenant à en faire un produit rentable.

Avec le confinement le podcast s’est répandu dans tous les foyers. Avant, avant la pandémie, on écoutait volontiers ce format proche de celui de la radio pendant ses déplacements, c’est maintenant une distraction bienvenue à la maison, en faisant son sport, son repassage ou son jardinage. L’écoute passive est en train de supplanter la consommation des écrans. Cela n’a pas échappé aux plateformes qui rachètent en ce moment les outils ou les acteurs de cet univers pour offrir un nouveau service en ligne, consultable sur son smartphone ou tout autre support numérique. Cette année sera celle du podcast, c'est la blague récurrente parmi ceux qui méprisent encore ce nouveau support anecdotique en termes de revenus et pourtant très présent au quotidien.

Amazon vient de racheter l’un des derniers éditeurs indépendants, l’Américain Wondery podcast

C’est la rançon du succès : les indépendants disparaissent les uns après les autres. De quoi inquiéter les créateurs. Ils redoutent la fin de l’open podcast, un univers sans contrainte où on peut écouter un programme sans être abonné à une chaîne. Aux Etats-Unis où se concentre 40% de l’écoute, il y a encore beaucoup d’acteurs attachés à cette formule, c’est le cas du New York Times qui développe une offre quotidienne d’info sur podcast très populaire. Au passage rappelons à nos auditeurs que RFI propose un bouquet de podcast d’info ou de divertissements. L’information est le genre le plus répandu, devant la comédie et les sujets de culture ou de société. Wondery apporte à Amazon ses 9 millions d’auditeurs et son catalogue. Parmi ses pépites, Dirty John, qui raconte la vie réelle d’un escroc, une série tellement populaire qu’elle a été adaptée à la télévision, par Netflix. Amazon veut renforcer son offre face à Spotify, la plateforme qui a probablement le plus grand auditoire de podcast.

Le géant suédois de la musique en ligne se voit en futur YouTube du format audio

Depuis deux ans il investit à fond sur ce segment. Avec des produits d’appel phare. Le podcast de Michelle Obama, celui de l’ex-prince Harry et de son épouse Meghan Markle sont disponibles sur Spotify. Spotify qui vient d’acheter l’entreprise Megaphone. Cette start-up va lui permettre de mieux rentabiliser son offre de podcast.  En ciblant les publicités en fonction du profil de l’auditeur, de son âge, de son sexe, ou de ses programmes favoris.

Est-ce que le podcast est une activité rentable ?

Ce n'est pas encore le jackpot pour les auteurs, on ne voit pas émerger des podcasters stars sur le modèle des youtubeurs. Pour les éditeurs et les plateformes, les revenus sont encore négligeables. Le podcast génère seulement 1% du chiffre d’affaire de Spotify. Le marché mondial estimé aujourd’hui à une dizaine de milliards de dollars devrait exploser dans les prochaines années. C’est pour cette raison que toutes les plateformes s’y mettent. Apple, Google et Facebook ont aussi leur propre offre de podcast. Twitter vient de racheter une application de partage de podcast pour l’intégrer bientôt à sa messagerie. 

►En bref

YouTube vient de suspendre la chaîne de Donald Trump

Au moins pour sept jours, c’est-à-dire jusqu'à l'investiture du président Biden. La chaîne qui appartient à Google se met au diapason des autres médias sociaux.

Les applications de messagerie Signal et Télégram battent des records de téléchargement au détriment de WhatsApp

La messagerie ne sait plus comment enrayer la fuite de ses abonnés depuis qu'elle rend obligatoire le partage de leurs données avec Facebook, sa maison mère. Signal et Télégram, toutes les deux gratuites et indépendantes, garantissent la plus grande confidentialité des échanges et refusent le partage de données.