Comment les sites touristiques s’adaptent-t-ils à la crise du coronavirus ? Comment sauver la saison estivale ? Suite de notre série d’été avec une destination française, l’île de Ré. Située en Charente-Maritime, sur la côte Atlantique, l’île de Ré est réputée pour ses plages et ses pistes cyclables. Moins de 18 000 habitants à l’année, 120 000 en moyenne pendant l’été. En tout cas pour les saisons habituelles. Qu’en est-il cette année ?

Vingt trois kilomètres de long, cinq kilomètres de large, et plus de 100 kilomètres de pistes cyclables. A l’île de Ré, on va de village en village à vélo. Ici, la saison commence habituellement dès mars-avril mais cette année, avec le confinement, rares sont ceux qui ont vu le printemps réchauffer les marais salants.

Pour contrecarrer ce début de saison douloureux, les collectivités ont mis en place divers dispositifs : les touristes qui choisissent l’île de Ré peuvent se faire rembourser 100 euros sur leur séjour, des campagnes de communication ont été déployées, les professionnels ont reçu des aides... Une stratégie apparemment payante : dès les premiers jours des vacances, la fréquentation de l’île a explosé.