Au festival international de la bande dessinée qui a ouvert ses portes le 28 janvier 2016 à Angoulême, les éditeurs ont le sourire grâce aux bonnes ventes de 2015. L’année dernière le neuvième art a été l'un des moteurs de l'embellie du livre.
Le livre le plus vendu l'année dernière c'est Le Papyrus de César, le dernier album d'Astérix, avec 1,62 million exemplaires écoulés. Les ventes de BD ont progressé de 10 % en 2015 quand le livre, tous types confondus, a vu son chiffre d'affaires augmenter de 1,5 % après plusieurs années de déclin. Ce sont les héros de papier adulés par les lecteurs comme les irréductibles Gaulois, le jeune Titeuf de Zep ou encore L'Arabe du futur de Riad Sattouf qui dynamisent ce marché. Les élus sont finalement assez peu nombreux.
Sur les 5 000 titres sortis l'année dernière, 88 seulement réalisent de gros tirages, de l'ordre de 50 000 exemplaires. La plupart des auteurs ont d'ailleurs du mal à vivre de leur art. La bande dessinée représente environ un cinquième du chiffre d'affaires du livre, sa vitalité a contribué à enrayer la chute des ventes, mais ce n'est pas la seule explication.
Des ventes aux effets partagés à cause des attentats
Après les attentats contre Charlie Hebdo les ventes se sont envolées, +4,5 % au cours des six premiers mois de l'année. En quête d'explications, en quête de sens, les Français se sont précipités dans les librairies à la recherche d'ouvrages pédagogiques. Les attaques de novembre ont cassé cet élan. Sous le choc, les gens ont préféré rester chez eux, ils ont suspendu leurs achats pour les reprendre de plus belle avant Noël.
Le dernier roman de Michel Houellebecq Soumission, très controversé à cause de son sujet - l'arrivée au pouvoir en France d'un président islamiste - a réalisé les meilleures ventes au rayon littérature avec 560 000 exemplaires. C'est aussi celui qui est sorti le plus tôt, au lendemain des attentats. Les essais concernant le monde arabe, la religion se sont bien vendus également. Bien sûr, la littérature d'évasion a aussi alimenté le rebond des ventes. Le dernier roman de Delphine de Vigan, D'après une histoire vraie, le quatrième tome de Millenium ou encore After, le roman érotique d'abord publié sur Internet, font partie des titres les plus populaires de l'année 2015.
Le papier l'emporte toujours sur le numérique ?
Les ventes de livres numériques progressent fortement, mais elles ne représentent que 5 % environ du total. Contrairement à l'industrie musicale qui est toujours en déclin à cause du streaming, celle du livre résiste plutôt bien. Et les libraires indépendants en profitent. Leur chiffre a augmenté de +2,5 % en 2015. La bonne santé retrouvée du livre devrait se confirmer cette année.