La statue de Zeus à Olympie par Quatremère de Quincy (c) BNF

La statue de Zeus à Olympie par Quatremère de Quincy (c) BNF

Dans la Grèce Antique, on est avant tout un citoyen de sa Cité. On est athénien, spartiate ou encore corinthien.
Mais, il est un évènement qui fait se réunir toutes les cités, où tous les grecs se sentent appartenir à la même culture! Cet évènement, ce sont les Jeux Olympiques.

Tous les 4 ans, des athlètes des 4 coins de la Grèce se réunissent à Olympie, sous le regard de la statue de Zeus, l’une des sept merveilles du monde. Ces Jeux Olympiques marquent une trève dans la guerre entre les cités. Cette trève permet aux athlètes de traverser la Grèce en sécurité pour rejoindre le lieu de l’évènement.

Les premiers Jeux Olympiques ont (probablement) eu lieu en 776 avant Jésus-Christ et ils vont s’étendre sur plus d’un millénaire. Ils seront interdits par l’empereur Théodose Ier en 394 après Jésus-Christ.

Les Jeux Olympiques sont les plus prestigieux et les plus anciens des concours athlétiques.

Mais, ce ne sont pas les seules compétitions sportives de l’Antiquité.

Les Jeux Olympiques sont réservés aux hommes grecs. Les femmes ne peuvent donc pas y participer. Néanmoins, dès le VIème siècle avant Jésus-Christ, les femmes vont avoir leurs propres jeux. On les appelle les jeux héréens car ils sont en l’honneur d’Héra, la déesse protectrice de la femme. Ces jeux se déroulent deux semaines après la fin des Jeux Olympiques.

De plus, devant le succès des Jeux Olympiques, d’autres cités commencent à proposer leur propre concours. 3 d’entre eux sont particulièrement renommés.
– A Delphes sont organisés les jeux pythiques. Ces jeux sont dédiés à Apollon.
– Près de Corinthe, ce sont les jeux isthmiques dédiés à Poséidon.
– les jeux néméens près de Némée, dédiés à Zeus.

Ces jeux se calent sur le calendrier olympien. Par exemple, les jeux pythiques se déroulent aussi tous les quatre ans en décalage de deux ans avec les Jeux Olympiques.
Ces jeux avaient parfois une composante artistique, comme, dans les jeux pythiques, où était organisé un concours de cithares.
En ce qui concerne les épreuves athlétiques, elles étaient similaires aux épreuves des Jeux Olympiques.

Évoquons quelques épreuves que l’on pouvait retrouver dans les jeux antiques.
– tout d’abord: la course de stade: un stade fait une longueur d’environ 192 mètres. C’est la course la plus prestigieuse, l’équivalent de nos 100 mètres aujourd’hui.
– ensuite: le penthatlon qui regroupe 5 épreuves dont la course du stade, lancer de disque, jet du javelot, saut en longueur et lutte.
– le pancrace: qui est une discipline où tous les coups sont permis ou presque. A priori, les deux seules interdictions: aveugler et mordre son adversaire… Pour gagner, il faut forcer l’adversaire à lever le doigt en signe d’abandon…
– le quadrige: une course de chars tirés par quatre chevaux. Ce sont généralement des esclaves qui conduisent les chars, mais ce sont les propriétaires des chevaux qui sont honorés.

Les athlètes qui participaient à ces concours n’étaient pas des amateurs, mais plutôt des professionnels. En effet, presque toutes les cités organisaient leur propres compétitions et les athlètes pouvaient donc montrer l’étendue de leurs talents lors d’évènements moins célèbres.

Certains athlètes ont réalisé des performances remarquables. Par exemple, le lutteur Milon a un palmarès incroyable:
– cinq victoires olympiques
– cinq aux jeux pythiques.
– six aux jeux isthmiques
– neuf aux jeux néméens!

On l’a vu, les Jeux Olympiques étaient initialement réservés aux hommes Grecs. Mais avec la conquête romaine du IInd siècle avant Jésus-Christ, les jeux vont s’ouvrir aux romains. Parmi les champions olympiques romains, on peut citer l’empereur Néron qui a remporté une course de chars tirés par dix chevaux… Une performance toute relative: il était le seul concurrent!

A l’exception de Sylla, aucun empereur romain ne va avoir l’idée de transférer les Jeux Olympiques vers Rome… Par contre, les romains vont aussi créer leurs propres concours, mais aucun ne connait la renommée des Jeux Olympiques.

Les Jeux Olympiques ont été une source d’inspiration dès l’Antiquité, mais aucun évènement, aucune compétition n’a réussi à les égaler…

Pour écrire cet épisode, je me suis inspiré de deux articles:
1. L’article de Pierre Lagrue publié dans l’Encyclopédie Universalis en ligne et intitulé « Jeux Olympiques, Grèce antique »
2. L’article de Clément Imbert publié dans le dossier sur la Grèce Antique du magazine Géo Histoire d’octobre/novembre 2014. Cet article est intitulé « le sport, plus fort que la guerre »

Je vous invite aussi à découvrir l’épisode de Batooba sur Pierre de Coubertin et les Jeux Olympiques.

Cet article #67 – Les Jeux Olympiques antiques: souvent copiés, jamais égalés! est apparu en premier sur Batooba Culture Générale.