Après sa visite en Nouvelle-Calédonie, Edouard Philippe et sa délégation ont dû changer d'avion pour retourner à Paris. En escale à Tokyo, Matignon a affrété pour 350 000 euros un A340 de luxe afin de permettre au Premier ministre de rentrer plus vite et dans de meilleures conditions. Ces informations ont été révélées par l'Agence France-Presse (AFP). Quels sont les autres arguments pour justifier ces dépenses ? Sont-elles raisonnables ? - Tous les jours à 7h50, le duo Eric Brunet et Laurent Neumann commente un sujet fort de l'actualité, dans Bourdin Direct, sur RMC.