APRES LE COVID, LA CHINE ENCORE PLUS FORTE ? ?  23-12-20



Les invité.e.s :


PASCAL BONIFACE

Directeur de l'Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS)


AGNÈS GAUDU

Cheffe du service Asie à « Courrier International »


VALÉRIE NIQUET - En direct de Tokyo

Responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique


MARY-FRANÇOISE RENARD - En duplex

Professeure d'économie à l'Université Clermont-Auvergne

Auteure de « Économie de la Chine »



Il y a tout juste un an, en décembre 2019, les premiers cas de malades de la Covid-19 apparaissaient à Wuhan, capitale de la province chinoise du Hubei. C'était les prémices d'une pandémie mondiale qui a provoqué de graves crises sanitaires et économiques à travers le globe. Aujourd'hui pourtant, la Chine semble contrôler le virus pendant que le reste du monde continue d'en subir les conséquences. Selon le magazine Forbes, la Chine serait même en train de connaître une reprise économique exceptionnelle vu le contexte. L'Empire du Milieu enregistrerait une hausse de 2,3% de son Produit Intérieur Brut alors que le PIB mondial baisserait en 2020 de 3,5%.

Dans ce contexte, la Chine continue d'avancer ses pions sur la scène internationale, notamment en Europe. Face à Angela Merkel et Ursula von der Leyen, Xi Jinping montre des signes d'ouvertures dans les négociations sur l'accord d'investissement. Après sept ans de pourparlers, celui-ci pourrait être enfin signé. Majeur, cet accord offrirait de nouveaux horizons pour les entreprises européennes en Chine. Pékin ouvrirait la porte dans des secteurs comme les biotechnologies, l'automobile ou encore le secteur hospitalier. En échange, l'Union européenne permettrait aux investisseurs chinois d'entrer dans celui des énergies renouvelables. Un rapprochement que la nouvelle administration américaine voit d'un mauvais œil.

Mais la bonne santé économique de la Chine n'occulte en rien ce qui entache l'image du pays depuis des années : la persécution de la population ouïghoure. Stérilisations forcées, viols, déportations, emprisonnements, la politique ciblant cette minorité musulmane du nord-ouest du pays ne cesse de scandaliser le monde depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Au moins un million d'individus seraient concernés et les prises de positions s'enchaînent pour dénoncer ce que certains considèrent comme un génocide. Le footballeur Antoine Griezmann, par exemple, vient de rompre son contrat avec le géant téléphonique Huawei, soupçonné d'avoir conçu un logiciel de reconnaissance faciale utilisé pour surveiller ce peuple. L'eurodéputé Raphaël Glucksmann, quant à lui, a dénoncé à Bruxelles la communauté internationale de « consentir par son silence » au « pire crime contre l'humanité du XXIe siècle ».

Mais c'est sur le plan technologique que la Chine souhaite asseoir sa suprématie. Et le catalogue de ses prouesses ne cesse de s'épaissir : des morceaux de Lune rapportés la semaine dernière par la sonde chinoise Chang'e 5, l'inauguration d'un soleil artificiel par un réacteur nucléaire, la création de l'ordinateur le plus rapide à ce jour. La Chine mise sur ces succès pour rayonner à l'international.

Alors, comment s'explique le miracle économique de la Chine ? La répression des Ouïghours peut-elle entraver son rayonnement ? Devons-nous craindre une suprématie technologique de l'empire du Milieu ? Le XXIè siècle sera-t-il chinois ?


Diffusion : tous les jours de la semaine à 17h45

Rediffusion : tous les jours de la semaine à 22h30

Format : 65 minutes

Présentation : Caroline Roux et Axel de Tarlé

Réalisation : Pascal Hendrick, Jean-François Verzele, Jacques Wehrlin, Nicolas Ferraro et Benoît Lemoine

Productions : France Télévisions / Maximal Production

Retrouvez C dans l'air sur France.tv



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.