Couvre-feu,confinement...Qu'est-ce qui nous attend ?  13-10-2020


Invités


Pr Christian Brechot

virologue, et président du  GLOBAL VIRUS NETWORK


Pr Djillali Annane

chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond Poincaré à Garches, 


Jean Paul Hamon

Médecin généraliste, Président d’honneur de la Fédération des Médecins de France.

Sophie Aurenche

journaliste, responsable de la rubrique santé à RTL


La situation sanitaire ne cesse de se dégrader dans le pays. 97 personnes sont décédées de la Covid-19 sur la seule journée d’hier, près de 1500 sont hospitalisées en réanimation et le cap des 20.000 nouveaux cas quotidiens a été franchi en fin de semaine dernière alors que la situation dans les hôpitaux, déjà éprouvés par la première vague, est de plus en plus tendue. En Île-de-France où les indicateurs sont très mauvais, l'agence régionale de santé (ARS) dit s'attendre à une hausse des cas graves dans les deux prochaines semaines, alors que 17 % des personnes testées se révèlent positives, un niveau jamais atteint. Dans la région, 42 % des lits de réanimation sont déjà occupés par des patients Covid et le plan blanc "renforcé" est réactivé dans les hôpitaux afin d'anticiper les tensions dues au regain de l'épidémie.


C’est avec ce tableau en tête qu’Emmanuel Macron s’exprimera demain soir en direct sur TF1 et France 2 après avoir présidé aujourd’hui un nouveau Conseil de défense. Le président annoncera-t-il de nouvelles restrictions ? Le Premier ministre n’a pas écarté l’hypothèse de reconfinements locaux tout en insistant sur le fait qu’un "reconfinement général doit être par tous moyens évité". "Nous sommes dans une deuxième vague forte" et "il ne peut plus y avoir de relâchement", a expliqué Jean Castex. Or "quelque chose ne va pas" quand ce week-end encore, à Paris et en petite couronne, 95 des 500 contrôles effectués par les forces de l’ordre ont donné lieu à des "constatations d’infractions dans les bars et les restaurants". La stratégie du gouvernement est "claire" – "une riposte graduée et territorialisée" –, tout comme le sont "les consignes depuis plusieurs mois", a-t-il insisté, appelant une nouvelle fois les Français à "respecter les gestes barrières" y compris en famille.


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a lui aussi confirmé lundi soir qu’il "pourrait y avoir des mesures supplémentaires" pour lutter contre le rebond de l’épidémie dans les villes les plus touchées. Depuis les spéculations bon train alors que plusieurs pistes sont à l’étude. Parmi elles, figure, comme l’a confirmé aujourd’hui Marlène Schiappa, celle d'un couvre-feu dans les zones classées en alerte maximale, notamment en région parisienne. Cette mesure est déjà appliquée depuis juillet en Guyane où la situation épidémique s’améliore, et a été décidée en Allemagne ce week-end, à Berlin, Francfort et Cologne. Par ailleurs, si en France le secrétaire d’État en charge du tourisme a incité les Français à "réserver leurs vacances de la Toussaint", excluant de fait toutes restrictions de circulation à l’intérieur du pays, outre-Rhin de fortes restrictions des déplacements pour les vacances d’automne ont été décidées alors que les vacances d’automne ont débuté lundi dans la plupart des seize Länder allemands.


En Italie - qui a enregistré 4 619 nouveaux cas lundi - de nouvelles mesures de restriction dans l’espace public et privé viennent également d’être prises pour éviter un nouveau confinement général. Pour y parvenir, le Premier ministre vient de signer un décret interdisant notamment aux bars et restaurants de servir des clients non assis après 21 heures. Il interdit également les fêtes et célébrations à l’extérieur comme dans les lieux fermés et limite à six le nombre d’invités à domicile. Sont également interdits pendant un mois les sports de contact entre amis, et les voyages scolaires.


Très durement touchée lors de la première vague de l’épidémie de coronavirus, la péninsule italienne semble avoir réussi jusqu’à présent à contenir la seconde vague. Comment expliquer cette spécificité italienne ? Quelle est la situation en France ? Quelles sont les pistes à l’étude pour freiner la progression de l’épidémie ?


Diffusion : tous les jours de la semaine à 17h45

Rediffusion : tous les jours de la semaine à 22h30

Format : 65 minutes

Présentation : Caroline Roux et Axel de Tarlé

Réalisation : Pascal Hendrick, Jean-François Verzele, Jacques Wehrlin, Nicolas Ferraro et Benoît Lemoine

Productions : France Télévisions / Maximal Production

Retrouvez C dans l'air sur France.tv



Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.