En cette fin d’année. Ce qui étonne les observateurs, c’est la totale déconfiture des grandes sociétés de la Silicon Valley. N’importe quel investisseur en bourse vous dira qu’il avait des actions méta Google, Amazon, Microsoft ou encore Netflix dans son portefeuille. Toutes ces entreprises ont affiché une santé insolente, et cela pendant des années.

Les informations négatives n’arrivaient quasiment à avoir aucune prise sur ces sociétés. C’étaient quasi toutes des actions téflon, si je puis dire. Rien, absolument rien n’avait donc prise sur ces sociétés et le couronnement de ces nouveaux rois du pétrole, c’était la période du COVID. Tout d’un coup, les confinements successifs nous ont tous rendus accro au numérique et donc au commerce. Et c’est vrai qu’avec le recul, il n’y a pas un seul patron qui ne vous dira pas que la pandémie l’a forcé à digitaliser son entreprise au galop. Et d’ailleurs, c’est l’une des rares bonnes choses de ce fichu virus, c’est qu’il a fait effectivement gagner 5 à 10 ans de digitalisation à presque tous les secteurs. Et évidemment, les grands gagnants de cette numérisation forcée, c’était qui ? C’était les GAFAM, les Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Mais voilà, en cette année 2022, qu’est-ce qu’on constate ? Que c’est la soupe à la grimace justement pour ces GAFAM. Pour quelles raisons ? Mais parce qu’en un an, la capitalisation boursière de ces entreprises a fondu de 2000 à 500 milliards de dollars. Ce n’est pas anecdotique. L’action méta, par exemple, elle a perdu 66% en un an, Amazon a perdu 40%, Google 33% et Microsoft 26%. En français courant, ça s’appelle comment ? Bah, ça s’appelle un krach boursier, même s’il est étalé sur un an. Alors bon, je vous rassure, ces entreprises ne sont pas en danger de faillite…

Sujets évoqués : Microsoft, Google, Apple, mastodontes, trimestre, juillet, septembre, danger de mort, cours de Bourse, chute, chiffre d’affaires, confiance, COVID, télétravail, Silicon Valley, numérique, licenciements, commerce physique, entreprises, collaborateurs, bureau, citoyens, arbitrages, dépenses, voyages, été, inflation, pouvoir d’achat, dépenses, abonnements, vidéo, musique, Netflix, Amazon Prime, Disney, annonceurs, budgets publicitaires, firmes, Meta, Facebook, Tik Tok, YouTube, Google, digital, Musk, Twitter, réseau social, Belgique, gouvernement

--- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30.