L'idée existait avant la pandémie de Covid-19, mais c'est sans doute la crise sanitaire qui aura mis au jour l'ampleur de la détresse en mer. Pour lutter contre l'isolement des marins, un hôpital de Saint-Nazaire, dans l'ouest de la France, propose une écoute à distance. Grâce à ce nouveau numéro de téléphone gratuit, anonyme et disponible 24h/24, les marins peuvent exprimer leur mal-être.

Prise d’otages avec armes à feu dirigées contre l’équipage. C’est l’un des traumatismes répandus chez les marins. Mais attention, qu’on ne s’y trompe pas ! avertit Camille Jégo, psychologue de Saint-Nazaire, à l’origine de ce nouveau numéro d’urgence. 
Tentatives de suicide, dépressions maladies cardio-vasculaires
Camille Jégo supervise le Centre Ressources d’Aide Psychologique En Mer (CRAPEM). Son expérience lui prouve chaque jour deux choses : premièrement, les mentalités évoluent (il y a 5 ou 10 ans, elle aurait eu du mal à faire accepter une telle plateforme d’écoute. Deuxièmement, ce sont souvent les chocs invisibles les plus dévastateurs.

Parler de son mal-être, explique-t-elle, n'est pas une chose évidente dans le milieu maritime. Cela demande d'affronter ses complexes, ses tabous ou le manque d'habitude, de considérer et de regarder ses propres états d'âme. Le monde des marins est un milieu isolé où il existe souvent une solidarité d’équipe. Cela aide parfois à supporter les chocs, mais qui ne fait que repousser l'apparition des problèmes psychologiques. Les tentatives de suicide, les dépressions surviennent souvent quand le personnel rentre chez lui ou reste un moment en escale.

Cela reste un univers essentiellement masculin où on n’a pas l’habitude d’exprimer ses angoisses. C’est pour cela que nous proposons des écoutes anonymes, avec un lien avec l’hôpital en cas de besoin de suivi le long de l'année. 
La détresse psychique arrive là où on ne l’attend pas
L’isolement, la barrière de la langue, mais également une tempête, une collision ou bien encore des bouleversements professionnels comme les limites de pêches dans les eaux britanniques après le Brexit. 

Confinements à bord pour cause de Covid, tentatives de suicide et dégâts psychiques.

Ces deux dernières années, certains équipages ont dû rester des mois, voire une année entière avant de pouvoir accoster ! À l’angoisse de la maladie, s’est ajoutée l’éloignement des hôpitaux et la séparation d’avec leur famille restée dans les pays d’origine. Dépressions, maladies cardiaques, tentatives de suicides s’en sont suivies. 
Anonyme, gratuit et en langue maternelle
Prévenir plutôt que guérir. Voilà l’intérêt des écoutes téléphoniques. La cellule de Saint-Nazaire propose un service en français anonyme et gratuit. Les soignants du personnel de la mer savent que bien des accidents seraient évités à bord, si tous les marins pouvaient bénéficier d’espaces où parler librement. 
La France sur le podium de l’écoute des marins
La contrainte, c'est l’anglais (la langue officielle des marins.) Mais qui n’est pas la langue d’origine de la plupart des équipages. Or, le mal-être est un état difficile à exprimer. Il demande parfois des mots liés à l’enfance, plus faciles à dire dans sa langue natale. Grâce à ce nouveau service proposé par les hôpitaux de Saint-Nazaire, la France devient un pays modèle en matière d’assistance à ses marins, à la différence d’autres pays moins regardants.
ISWAN, l’aide 24h/24 en mer
Mais le monde maritime a déjà commencé à bouger. Reconnaissant les besoins d’aide psychologique, une Organisation non gouvernementale basée en Grande-Bretagne a développé ISWAN (International Seafarer’s Welfare And Assistance Network), un centre d’urgences internationales. 
L’urgence du personnel asiatique et africain
Une ligne d’écoute existe aujourd’hui pour les marins philippins. Avec les travailleurs indonésiens, les Philippins forment une grande partie des équipages en mer toute l’année. Mais du fait de leur pauvreté, ces personnels acceptent de monter sur des bateaux douteux. Du point de vue de la propreté et des salaires versés. 

Un scandale qui les rend vulnérables et motif de stress psychique. Le docteur Erick Gokalsing est expert psychiatre sur l’île de la Réunion où il soigne des marins malgaches :   

C’est un phénomène connu ici sur l’île de la Réunion. La presse locale en a même parlé, mais ces armateurs qui embauchent des équipages malgaches sur des navires polluants avec des chambres sales et des conditions d’hébergement que des européens n’accepteraient pas. Le fait d’avoir absolument besoin de cet argent les pousse à ne pas se plaindre. Pour ces pêcheurs, c’est extrêmement violent dans la tête. Je me souviens que pendant cette pandémie, les bateaux n'avaient pas d'oxygène en cas de complication de Covid. Cela aussi a généré beaucoup d'angoisses.   
Les épouses de marins dans la boucle
La pandémie aura fait évoluer les mentalités. Pour les familles et épouses de marins, il est aujourd’hui possible (en cas d’urgence d’aide psychologique) de bénéficier de ces lignes d’écoute téléphonique.   

Numéros utiles

Centre d'aide psychologique France : (+33) 240907501 

Eurisles, l'actualité du secteur maritime

Hotline multilingue : +443000124279

CRAPEM : (+33) 240907501 ou via le CCMM : (+33) 5 34 39 33 33