Du vin à l'aller, du cacao au retour à la voile ! La semaine prochaine, un cargo d'un nouveau genre traversera l'Atlantique. Trois semaines de navigation plus lente mais beaucoup moins polluante qu'un navire traditionnel. C'est l'entreprise bretonne Grain de Sail, (sail comme voile en anglais) qui lance ce voilier cargo. La crise sanitaire a montré la demande des consommateurs pour un monde plus écologique, la construction de voiliers cargos est un marché en plein essor.

Les jumeaux ont pris le transport à l’envers ! Oui, c’est ce que l’on dit d’eux, des frères Barreau, Jacques et Olivier, les constructeurs du voilier cargo de leur propre entreprise Grain de Sail. A l’envers parce que d’habitude dans le domaine du fret, on part plutôt des marchandises pour leur trouver un moyen de bouger ! Là, comme l’explique Jacques Barreau, on a d’abord construit un bateau à voiles avec un tout petit moteur obligatoire pour les manœuvres en port.

Un moteur d’appoint et des palettes de bois pour dépolluer le transport maritime

Longueur, 24 mètres. De loin sur la mer, un voilier semblable à tous les autres sauf qu’en s’approchant, il y a cette coque inhabituelle, extrêmement large avec des portes métalliques ouvrant les cales. Cacao et cafés qui seront ensuite vendus à Morlaix (en Bretagne) dans la boutique chocolaterie Grain de Sail. Au total, le voilier cargo pourra transporter jusqu’à 50 tonnes de produits, ajoute Jacques Barreau :

« À partir de ce mois d’octobre, notre équipage (quatre marins professionnels : un capitaine, un second, un chef de quart et un matelot) fera une boucle transatlantique. Le départ de Saint-Malo en Bretagne s’effectuera avec des cales chargées de vins biologiques pour aller à New York. Le retour se fera via les Açores après un arrêt en République Dominicaine pour charger le cacao et le café, dit-il en expert du vent, lui l'ancien concepteur d’éoliennes reconverti chocolatier. Chez Grain de Sail, nous travaillons le cacao nous-mêmes, nos chocolats sont fabriqués et vendus dans notre magasin en France ou sur notre site internet. Le but n’est pas de remplacer le transport de fret, un marché gigantesque et mondial, mais d’offrir une alternative avec des produits qui peuvent être stockés trois semaines dans les cales ».

L’Organisation maritime internationale manque de volonté pour punir les cargos polluants, l’éco-transport n‘est qu’une alternative

Pour que le marché du cargo écologique soit rentable, les constructeurs prévoient de doter les navires d’énergie hybride avec des voiles et des moteurs à hydrogène ou électriques, dix fois moins polluants que des navires cargos traditionnels. Le marché est mûr, estiment la plupart des spécialistes, certains que la crise du coronavirus a convaincu les consommateurs européens du bienfondé des voyages plus lents mais plus respectueux de l’environnement.

Des marins africains sur les voiliers cargos Towt

D’autres sociétés françaises comme Neoline, Zéphyr et Borée ou Towt y réfléchissent déjà. Chez Towt, on transporte de l’huile, du cacao, du thé ou du rhum, à la voile. Et l’année prochaine, viendra la grande valeur ajoutée, la présence de marins africains. Pour cette formation inédite, le partenariat est signé avec l’ARSTM, l’Académie supérieure des Sciences et Techniques de la mer (basée à Niangon en Côte d’Ivoire) que dirige Karim Koulibaly.

« À l’ARSTM nous avons de jeunes apprentis officiers marins de toute l’Afrique de l’Ouest francophone, nous explique t-il. Avec ce partenariat franco-ivoirien, nos élèves vont pouvoir mettre à profit les techniques apprises tout au long de leur cursus. L’expérience est d’autant plus riche qu’ils navigueront sur un genre de bateaux nouveaux pour eux, les voiliers cargos. D’habitude, ils manœuvrent sur de gros cargos marchands. Les gestes de sécurité ainsi que les opérations sur le pont seront différentes, ils vont apprendre beaucoup. Je suis persuadé que ces transports vieux de plusieurs siècles qui refont surface ont un avenir radieux dans les années à venir ».

Les Français champions du monde de fret à la voile !

Pour toutes ces entreprises ou micro entreprises françaises (la plupart bretonnes, allant de Nantes à Saint-Malo) les promesses se sont accélérées ces cinq dernières années. La crise sanitaire ne fera qu’encourager la tendance, le marché du voilier cargo (à voile et hybride) est un marché en Europe comme dans le reste du monde, en pleine expansion.

L'entreprise Grains de Sail annonce déjà la construction de deux autres prototypes. Ces deux voiliers cargos, plus grands, prendront la mer en 2022 et 2025. Comme quoi, en matière de bateau à voile, l’histoire se répète tout en se modernisant.