À Paris, vous allez les croiser devant les plus grandes stations de métro ! Des jeunes gens habillés en vert et bleu, les couleurs de la RATP, la Société du métro parisien. Jusqu'au printemps prochain, ils sont chargés d'annoncer le début de la fin ! La fin des tickets de métro cartonnés. Désormais, il faudra se doter d'un passe informatique. Que les détenteurs de carnets se rassurent, ils auront jusqu'en mars 2022 pour les écouler. Le ticket carton meurt donc à 121 ans ! L'occasion pour Grégoire Thonnat de rééditer son livre à succès, « Petite histoire du ticket de métro parisien », aux Éditions Télémaque. Il regroupe les meilleures anecdotes survenues dans les voitures souterraines de Paris. Son auteur l'a publié en forme allongée de ticket de métro. 

Il n'y a pas d'historien mieux placé que Grégoire Thonnat pour nous parler du métro et donc... de son ticket ! Cent vingt et un ans et des centaines d'anecdotes. Regards croisés, rencontres étranges et étrangères, où même l'Afrique joue son rôle. 
La SAPE, la  Société des ambianceurs et des personnes élégantes
Les ambianceurs africains de Paris portent le ticket parisien ! Dandys, amoureux de la mode, c'est la touche chic qu'ils font apparaître des poches de leur veston.

Nés à Brazzaville, Kinshasa, Douala ou Paris, ces rois de la Sape ont un royaume, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes. Les musiciens Papa Wemba et Koffi Olomidé en étaient.

Le nec plus ultra pour ces ambianceurs africains est d'arriver dans les soirées parisiennes parés d'un ticket de métro parisien non oblitéré (c'est obligatoire) dans la poche de costume.
Keziah Jones, chanteur du métro de Paris
Le chanteur nigérian a commencé dans les couloirs, jeune débutant. Et c'est justement dans un passage souterrain qu'il a été remarqué par un producteur. Ce fut le début de sa longue carrière. Keziah Jones n'oubliera jamais le métro ! Tellement reconnaissant qu'il transformera le quai de la station Miromesnil en salle de concert. Les fans et les journalistes ont immortalisé l'événement le 1er septembre 2008.
Les juifs interdits de première classe et un billet militaire pour les GI's
Petite histoire du ticket du métro parisien réunit aussi des histoires beaucoup plus sombres du métro de Paris. Pendant l'Occupation, le régime de Vichy a fait interdire l'utilisation des premières classes à tous les juifs usagers du métro. Obligation leur était aussi faite de ne voyager que dans la dernière rame. Pour cette raison, la voiture de queue fut surnommée et longtemps encore après la guerre, la « synagogue ».

On y apprend également que les GI's avaient leur ticket dédié. À la Libération, l'administration du métro décide, avec les représentants des troupes alliées, de créer le ticket GI (Galvanized Iron) réservé aux soldats anglo-américains circulant dans la capitale française.
Autant de couleurs que d'aventures 
De sa naissance en 1900 à l'occasion de l'Exposition universelle à aujourd'hui, le ticket en a vu de toutes les couleurs. Passé du rose au beige, du vert au violet, au jaune ou au blanc actuel, le ticket a commencé par ne servir que l'unique ligne du réseau, la ligne 1. Nous étions au début du XXe siècle, le 19 juillet 1900 et le trajet permettait de traverser Paris d'Ouest en Est. C'est cette ligne 1 qui est toujours en fonction entre la Porte de Neuilly et Vincennes.
L'odeur des rames de Michèle Morgan 
Tout en rédigeant son livre, Grégoire Thonnat écrivait (sans y croire vraiment) à des stars pour recueillir leur rapport  à ce transport souterrain. Quelle surprise ! Michèle Morgan l'a rappelé personnellement, un matin. L'actrice voulait témoigner son amour du métro. Et par-dessus tout, l'odeur des rames. Une madeleine de Proust dit-elle, qui lui rappelle ses débuts d'actrice lorsqu'elle achetait ses tickets de métro en allant à ses cours de théâtre.
Le métro raté de Louis De Funès
Jeune acteur lui aussi, Louis de Funès, sans argent, ne trouvait pas de rôles assez importants pour pouvoir en vivre. C'est en ratant son métro qu'il est tombé nez-à-nez avec un un ami de jeunesse. Cet ami s'appelait Daniel Gélin, acteur plus connu, qui l'a fait embaucher sur un tournage. À partir de ce moment là, Louis de Funès n'arrêtera pas de jouer. 
Le ticket sauveur de Juliette Gréco
Quant à Juliette Gréco, elle doit son salut au ticket de métro retrouvé au fond d'un sac. En 1943, alors que la France était en guerre, sa mère fut arrêtée par la police allemande. La jeune Juliette avait 16 ans, sa soeur 19 ans. Elles s'étaient absentées et n'en découvrirent l'horreur qu'à leur retour dans la maison familiale. La demeure était à Bergerac, près de Bordeaux et les filles obéirent à leur mère qui leur avait fait promettre d'aller à Paris en cas de malheur. Mais la Gestapo les traqua. Après un séjour en prison où elle fut tabassée, Juliette se retrouva seule et sans ressources dans le Paris de l'Occupation. C'est ce ticket de métro qui lui fit penser à l'une des amies de sa mère qui habitait au centre de Paris. La jeune Juliette rejoindra cette amie en métro et sera protégée jusqu'à la fin de la guerre.
Les poinçonneurs et leur pince à imprimer les 365 jours de l'année 
D'autres anecdotes sur le couple des célèbres chanteurs Serge Gainsbourg et Jane Birkin, ou sur les non moins célèbres poinçonneurs, ces agents qui pendant 75 ans ont perforé les tickets à l'aide de leur pince, en y laissant la trace du jour avant de laisser les usagers gagner les quais...

Toutes ces histoires vraies sont à lire dans la Petite histoire du ticket de métro parisien.