Stop ou encore ? Dix ans après avoir été élue présidente du Front National par ses adhérents, le 16 janvier 2011, le bilan de Marine Le Pen est contrasté. Si le parti compte encore peu d’élus, son électorat a progressé de scrutin en scrutin jusqu’aux élections européennes de 2019. L’ancienne avocate le doit notamment à sa stratégie de « dédiabolisation » : vider l’état-major frontiste de ses éléments les plus provocateurs, y compris son père Jean-Marie Le Pen, exclu en 2015 après une énième sortie antisémite. En 2018, le parti se rebaptise Rassemblement National, marqueur d’une volonté d’attirer de nouvelles sensibilités.Mais l’échec de la patronne du RN à la présidentielle de 2017, après un débat d’entre-deux tours raté, a suscité des doutes en interne. Bien que les sondages lui prédisent un nouveau duel face à Emmanuel Macro en 2022, Marine Le Pen est-elle encore capable de convaincre une majorité d’électeurs au second tour ? Alexandre Sulzer, journaliste au service politique du Parisien en charge du RN, raconte son évolution pour Code source. Direction de la rédaction : Pierre Chausse - Rédacteur en chef : Jules Lavie - Reporter : Clawdia Prolongeau - Production : Sarah Hamny, Raphaël Pueyo et Thibault Lambert - Réalisation et mixage : Julien Montcouquiol - Musiques : François Clos, Audio Network - Identité graphique : Upian - Archives : INA, BFM-TV, CNEWS, Public Sénat, TF1, France 2, AFP.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.