Rod Stewart se fait remarquer avec un petit groupe dans lequel il chante, les Moontrekkers. Mais l'audition tourne au fiasco. Le producteur Joe Meek trouve cette voix perchée si aiguë et si affreuse qu'il chasse le chanteur débutant du studio.

Le producteur suivant, Long John Baldry, a lui repéré Rod Stewart par hasard. Alors qu'il joue du blues à l'harmonica devant la station de métro Twickenham Station : "C'est ce qui s'appelle être au bon endroit au bon moment. Si j'avais pris la rame précédente ou la suivante, Dieu sait ce que je serai devenu" dira le chanteur. Seule certitude, ce jour-là, Rod Stewart gagne son ticket pour devenir "Rod the Mod". On le surnomme ainsi à cause de sa façon précieuse de se laquer chaque matin les cheveux.

Commence alors pour lui une carrière de choriste, de chanteur de studio, intérimaire dans des groupes qui se succèdent à coups de reprises rock. Mais il en veut plus.