Repris en 1967 par l’éditeur Jean-Jacques Pauvert, qui publia d’autres textes sulfureux, notamment ceux de Sade, « Le Mort » met en scène quelques-unes des obsessions de son auteur, Georges Bataille: l’extase, la débauche et la mort. Juliette Coulon donne ici une lecture du texte dans son intégralité, dans une réalisation de Hervé Marchon.

Illustration: Pigo Lin