Découvrez RÉUNI, mon nouveau projetSuivez les aventures de RÉUNI sur Instagram I Twitter I Linkedin I Facebook EPISODE Dans ce nouvel épisode, nous allons à la rencontre d’Antoine Morel, social média manager, en charge du bon sens au Slip français. Dans cet épisode, il nous parle de sa signification du « bon sens », et de beaucoup d’autres sujets. J’ai adoré interviewer Antoine, j’espère que vous prendrez autant de plaisir à l’écouter.SE RETROUVER DANS L’EPISODE1:24 Antoine se présente et explique comment il est arrivé au Slip Français, la signification de « RSE », du « bon sens ».10:42 Comment motiver les gens à aller dans le bon sens, ses objectifs, les réseaux sociaux.37:44 Comment rester optimiste, comment voit-il son futur, qui souhaiterait-il entendre dans ce podcast.KEYLEARNINGSQuand tu parles aux gens autour de toi tu te rends compte que la RSE, les gens mettent un peu ce qu’ils veulent dedans, c’est normal parce qu’il y a beaucoup de choses dedans, soit on met beaucoup de choses dedans, soit on ne sait pas ce que cela veut dire.Pour se former au bon sens, il faut rencontrer des gens, tout le temps, des gens qui font. LinkedIn, c’est un outil merveilleux, il y a beaucoup de monde dessus, il faut juste chercher les personnes qui font des choses qui vont dans le bon sens, les rencontrer et s’inspirer de ce qu’ils font. C’est un peu utopiste ou idéaliste de dire ça, mais c’est l’école un peu de la vie de rencontrer et de s’inspirer des gens qui nous entourent, et pas avoir peur de rencontrer ceux qui nous émerveillent et qu’on admire beaucoup pour pas trop les mettre sur un piédestal, et aller casser un peu la glace avec eux et se dire « comment il fait, c’est quoi son secret », ce n’est qu’un humain finalement.Tu fais ce que tu veux dans ta vie et on ne va pas t’obliger à être engagé à quoi que ce soit. Comment tu vas faire juste pour les éveiller sur ces sujets-là, pour au moins qu’ils sachent dans quoi tu mets les pieds quand tu travailles dans la mode ? Il y a des stats ou des faits qui n’étaient pas hyper connus de tous, donc tu essayes d’éveiller, on me disait tout le temps « Il faut que tu sois un sache de thé pour infuser » donc pas forcer… Au début j’étais peut-être un trop engagé et trop seul dans ma démarche, en mode « faut faire comme ça, aujourd’hui la mode c’est hyper important, c’est une industrie très polluante, faut faire plein de choses vite et si on ne le sait pas on est tous nul, et on va tous mourir » et tout ça, du coup je n’embarquais pas les gens avec moi, et je me suis rendu compte de ça assez vite parce que quand t’es seul tu t’en rend compte vite. Donc, j’ai changé vraiment totalement d’approche et l’idée, c’est juste discuter et de créer du lien avec les personnes et remettre ces sujets-là au centre de la table à chaque fois.C’est un truc que je retiens de tout ça : il ne faut pas être pressé là-dedans. Comme tu as des humains en face de toi, ils ne peuvent pas changer de mentalité en claquant des doigts, parce que d’un coup tu les as éliminés d’une statistique ou d’un fait important. Le changement, il vient en toi progressivement et ça prend du temps… Il ne faut pas être trop brutal avec les gens, il ne faut pas essayer de les convaincre, il faut juste parler, remettre le sujet sur la table souvent, et faire comprendre que ça répond à des enjeux très important.REFERENCES Slip Français Lucie Bcorp ISO 26 000 Make sens  Hopaal Routine Too good to go Enercoop 1083 Episode Sébastien Kopp Petit manuel de résistance contemporaine La Nef Thomas Huriez