Je partage chaque vendredi dans ma newsletter des actus, des outils, des process et des stratégies pour vous aider à monter votre marque. Inscrivez-vous sur www.entreprendredanslamode.com


Pour soutenir le podcast:


1. S'inscrire sur Entreprendre dans la mode pour ne rater aucun épisode.

2. Mettre 5 étoiles sur Apple Podcast pour aider d'autres entrepreneurs et acteurs de la mode à découvrir le podcast.

3. Vous pouvez aussi me soutenir en participant au financement de ce projet sur https://www.patreon.com/entreprendredanslamode


Musiques : Théo Darcel


Dans ce nouvel épisode, nous allons à la rencontre de Jérôme Verdier, il est tanneur, mégissier dans le Tarn, repreneur et président de la société Alran.


SE RETROUVER DANS L’EPISODE


00:55 Retour sur le parcours de Jérôme, le métier de tanneur et de mégissier.

10:37 Le processus d’Alran, ce qu’il a dit à sa compagne pour la convaincre de le suivre, ce qu’il rachète dans le Tarne, comment identifier une peau de belle facture, ce que les clients viennent chercher chez Alran.

17:29 L’état de l’entreprise Alran lors du rachat, l’état d’esprit des employés, ce qui le motive, le rôle de chaque employé dans l’employé, comment trouver les personnes formées en tannerie.

27:46 L’ambiance de l’atelier, l’équilibre de la technique et de la tradition, comment travailler avec les maisons, le canal de communication, les problématiques du financement.

36:39 Sa vision d’Alran pour le futur, l’Italie, la réindustrialisation de la France, les minimas.

46:05 Ce qui l’inspire, l’impressionne, ce qu’il ferait différemment dans son parcours, la passation, qui souhaiterait-il entendre dans ce podcast.


KEYLEARNINGS


Un beau produit, il ne s’agit pas qu’il soit parfait, il n’y a aucune peau parfaite par contre il y a des produits qui correspondent parfaitement aux besoins de l’utilisateur, et c’est ça qu’on fait. On fait des produits qui sont conformes à l’attente. C’est là que la qualité s’exprime.

Arbitrer, allouer les choix et les cuirs finis au bon usage en fonction des besoins du client.


La particularité de ce métier, c’est que la matière ne ment pas, vous êtes bon ou vous n’êtes pas bon.


Pour travailler en mégisserie, c’est surtout la main qui parle, l’intelligence de la main. Les gens qui vont être les plus performants vont être ceux qui ont pris le temps de se former.


Quand le cuir passe d’une opération à l’autre, il faut que les gens puissent se parler.


Le ballon d’essai qu’on va tenter avec un produit et qu’on rate, très souvent, n’est jamais perdu.


J’encourage tous les gens qui crée, qui sont sur des travaux de développement de gamme, de vraiment s’intéresser au savoir-faire français parce qu’il y a une capacité à les servir d’abord et puis ensuite, on produit en France des cuirs finis dans des conditions qui sont excellentes. On a parlé de l’innocuité tout à l’heure, mais il y a aussi tout l’environnement qui est hyper bien géré en France. On a des contraintes gouvernementales et réglementaires qui sont énormes, vous ne faites pas ce que vous voulez avec l’eau qui a été salis, elle doit être traitée, elle est amenée à une station d’épuration et cela ne va plus du tout dans la nature, en France en tout cas. Les mandataires sociaux de ces sociétés, les représentants, les gens qui vous parlent au quotidien, à qui vous envoyez vos commandes, s’ils n’ont pas répondu à ces questions-là, ils vont en prison.

 

REFERENCES


Réglementation REACH