Dans « Autoportrait de Paris avec chat », l'académicien d'origine haïtienne fait ce qu'il ne sait pas faire : dessiner ! Il nous livre un "olni", un objet littéraire non identifié, une sorte de roman dessiné et il rend hommage à Paris, à l'écriture et aux chat...

"Vous avez du courrier !" de Romain Detroy.
En cette Journée internationale du jazz, une lettre de Nina Simone à son avocate Isabelle Terrin, datée du 17 octobre 1995.

Le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun pour son film "Une saison en France", qui sort le 2 mai.
bbas, professeur de français, a fui la guerre en Centrafrique pour bâtir une nouvelle vie en France.
En attendant d'obtenir le statut de réfugié, le quotidien d'Abbas s'organise : ses enfants sont scolarisés et il travaille sur un marché où il a rencontré Carole, sensible au courage de cet homme encore hanté par les fantômes du passé. Mais si le droit d'asile lui était refusé, qu'adviendrait-il d'Abbas et de sa famille déracinée ? Et de Carole, privée du foyer qu'elle a cru reconstruire ?

"Le théâtre, c'est ton ami" avec Éric Russon.
Ce lundi : Les acteurs qui ne sont pas de la profession.
Les recommandations :

  • « Lohengrin » de Wagner à La Monnaie à Bruxelles jusqu'au 6/5. C'est Olivier Py, grand metteur en scène et directeur du festival d'Avignon, qui monte cette production énorme production
  • « Oh les beaux jours » de Beckett, avec Anne-Claire et Philippe Vauchel, jusqu'au 9/5 au Théâtre des Martyrs à Bruxelles

Dany Laferrière pour son premier récit dessiné "Autoportrait de Paris avec chat" (Grasset).
Voici le roman le plus singulier de Dany Laferrière : un roman dessiné. Et écrit à la main ; comme tous les précédents, mais dans cet Autoportrait de Paris avec chat son écriture est reproduite en même temps que ses dessins, dans ce volume de grand format et de grande ambition. Et c'est guidés par la main du plus charmeur des académiciens français, ses lettres et ses couleurs, que nous pénétrons dans un Paris à son image, un Paris qui, d'une certaine façon, n'est autre que lui-même.
Plutôt que « À nous deux Paris ! », voici « Nous deux à Paris ! ». Le narrateur, un grand rêveur, arrive dans la ville la plus réaliste du monde. Il en fait la découverte et nous avec lui, remontant ses rues et le temps à la rencontre de ceux qui ont fait sa gloire. Paris, ses monuments de pierre et d'intelligence, l'arc de Triomphe aussi bien que Balzac, ses cafés aussi bien que ses créateurs de mode, le Flore aussi bien que Gabrielle Chanel. Paris se nourrit aussi des étrangers qui cessent d'en être dès qu'ils l'aiment et contribuent à faire ce qu'il est. Et voici donc Hemingway, et voici donc Noureev, et voici donc Apollinaire... Et puis il y a Chanana. Qui est cette mystérieuse chatte en manteau rose qui arrive chez le narrateur à minuit ?

La chanson de Pompon : Evariste : "La faute à Nanterre".