1er sujet : Devine qui vient dîner ? Le Patriarche de Constantinople ! Cette semaine, la visite officielle en Belgique de Sa Toute Saintete Bartholomée 1er, patriarche œcuménique de Constantinople, est un événement en soi. Cela faisait en effet 20 ans que le pape du monde orthodoxe n’était plus venu nous dire bonjour. Au menu : audience au Palais, entrevue avec le Premier ministre, colloque universitaire, rencontres religieuses (entre chrétiens), cérémonies… Le Patriarcat œcuménique, qui est peut-être le tout dernier avatar de l’empire byzantin, est toujours basé à Istanbul. Il est aussi à la croisée de plusieurs mondes qui plus que jamais s’observent en chiens de faïence : la Russie orthodoxe, le monde musulman, l’Europe chrétienne. Bartholomée 1er s’évertue à garder une certaine unité à l’intérieur du monde orthodoxe et travaille d’arrache-pied au rapprochement avec Rome. Mais si le dialogue entre chrétiens semble avancer ces dernières années, avec les autres religions, en particulier l’islam, il a plutôt tendance à patiner. Il est vrai qu’en ce moment, les orthodoxes, toutes dénominations confondues, paient le prix du sang au grand comptant… Avec Evangelos Psallas, prêtre orthodoxe, secrétaire du métropolite de Belgique et Peter De Mey, professeur de théologie à la KUL. Le Patriarche œcuménique de Constantinople sera en Belgique du 29 janvier au 1er février – toutes informations sur le site de l’Eglise orthodoxe de Belgique : http://aartsbisdom.be/FRkerk/index.html 2e sujet : Peut-on rire des apparitions en Wallonie ? De nos jours, dans un petit village du Condroz, un garçon de ferme mal dégrossi semble avoir des visions que l’on qualifie bien vite de « mariales ». En moins de temps qu’il n’en faut pour le faire savoir, le village devient le lieu de ralliement de centaines de croyants avides de « merveilleux » et le projet (hollandais) de méga-centre de loisir qui menaçait s’en trouve remis en question… C’est le pitch du dernier film de Xavier Diskeuve, une comédie familiale qui met gentiment en boîte le phénomène des apparitions mariales, spécialité wallonne s’il en fut. On y voit un évêque (de Namur ?) plus vrai que nature, un curé de campagne en play-boy frustré, une étrange commission vaticane de validation des apparitions et des hordes de pèlerins enthousiastes, prêt à tout avaler… Mais en ces temps de crispation maximale sur les sujets religieux, peut-on rire de ce genre de choses ? Même en Wallonie ? Invité : Xavier Diskeuve, scénariste et réalisateur de « Jacques a vu », en salle à partir du 28 janvier.