En 1954, Jacques Fesch tue un policier au cours d’un braquage à Paris. Arrêté et incarcéré, il fait un chemin « spirituel » et se convertit. Il est condamné à mort et exécuté. L’église catholique, veut aujourd’hui en faire un « saint ». Le mérite t-il ?