L’irresponsabilité institutionnelle et la violence d’état ayant conduit aux difficultés actuelles, financières et économiques, la question n’est pas de savoir quelles nouvelles violences les Irresponsables Institutionnels devraient commettre pour les résoudre mais celles dont ils devraient s’abstenir pour permettre de le faire ainsi que celles auxquelles ils devraient renoncer.
Georges Lane a donc invité PL Madrolle et François Guillaumat pour discuter :

- de ce qu’il ne faut pas faire : aggraver la concentration des risques par la politique monétaire et les réglementations centralisées, promettre de voler toujours davantage au titre des prétendues “garanties” étatiques et plus généralement donner l’impression qu’on ne sait pas ce qu’on fait mais qu’on n’a que du mépris pour la propriété d’autrui.

- De ce qu’il faut faire immédiatement : supprimer l’ISF, l’impôt sur les sociétés et autres impôts de la haine et du mensonge, qui entravent la formation du capital ; supprimer les impôts et règlements qui empêchent le développement d’un système parallèle et libre fondé sur l’or ; supprimer les impôts et les règlements qui font que les institutions financières ont très peu de fonds propres, alors que dans les systèmes de banque libre elles en avaient 60 %

- De ce qu’il faut faire à terme : guérir l’enseignement de l’économie et de la finance des conceptions mécanistes qui méconnaissent que la pensée humaine, dans un monde d’ignorance, est la cause de tous les phénomènes sociaux ; et supprimer enfin les banques centrales et autres monopoles monétaires, causes essentielles des effondrements financiers, qui constituent une menace permanente pour l’économie et pour les principes qui lui permettent de prospérer.

Références