Georges Lane et François Guillaumat tentent de distinguer, chez ceux qui ne savent pas interpréter la situation actuelle, entre ceux qui le doivent à leur ignorance et ceux qui le doivent à leurs présupposés philosophiques.

Pour leur part, les vrais économistes vraiment libéraux n’ont pas été surpris par la baisse des prix sur les marchés, et sont habitués à voir la liberté résiduelle des individus de la société civile prise pour bouc émissaire des calamités d’origine étatique.

Doubles erreurs chez les autres : de méthode chez les macroéconomistes, plus générales chez les soi-disant intellectuels de gauche.

Textes :
Alain Madelin Conférence du 13 janvier 2009 à l’Assemblée Nationale
Friedrich Hayek : La Falsification de la science
Murray Rothbard : Les oripeaux de la science
Ayn Rand : La philosophie, qui en a besoin
George Reisman : C’est avec de l’épargne qu’on embauche, et qu’on embauchera