A partir d’une définition correcte de la production, François Guillaumat et Georges Lane montrent que ce ne sont pas les caractéristiques physiques des objets qui limitent la disponibilité des richesses. Il n’y a pas lieu d’envisager l’épuisement des “richesses naturelles” parce qu’il n’est de richesse que d’hommes.

Israel Kirzner : Les dangers de la réglementation: une approche par les processus du marché
→ Julian Simon : L’homme, notre dernière chance

Le pseudo-expérimentalisme