François Guillaumat et Georges Lane présentent le problème qu’a créé la suppression de la liberté des contrats en matière monétaire : la banque libre fournissait à ses utilisateurs la quantité exacte de monnaie que ceux-ci souhaitaient détenir.
Depuis, l’imposition de monopoles réglementaires par les hommes des états, notamment sur les billets de banque, crée des surplus ou des insuffisances qui débordent sur les marchés des autres produits, ce qui change le pouvoir d’achat de la monnaie et surtout fausse l’ensemble des prix, engendrant des pertes spectaculaires.
Cependant, conformément à la loi des calamités, au lieu de renoncer aux ingérences qui les avaient causées, les hommes de l’état ont pris prétexte de ces pertes pour violer encore davantage la liberté des contrats.

Livre : “Théorie de la banque libre”, George Selgin, Paris, Les Belles lettres, mars 1991
Steve Hanke, “Free Banking for Zimbabwe”, Globe Asia, December 2007