Comme toute injustice, le prétendu “service public” présente trois caractéristiques :
- l’absurdité, prétendant résoudre des problèmes dont il est la seule cause, ou que nul ne saurait résoudre quand ils ne sont pas simplement imaginaires;
- l’injustice, faisant violence à des innocents au profit présumé de receleurs qui en réalité n’en profitent pas; on ne s’en rend pas compte dans la mesure où cette violence est commise contre d’autres, et où on ne perçoit pas qu’on en souffre indirectement
- la destruction, qu’on ne perçoit pas parce que l’institution mêle des services réels à la redistribution politique qui seule le caractérise, et qui en tendance détruit tout ce qu’elle vole.

François Lefort : Le prétendu “service public”
Vilfredo Pareto : Le Péril socialiste
François Guillaumat : L’illusion fiscale, La Loi de Bitur-Camember

Le prétendu “service public”  comme institution antidémocratique
L’illusion fiscale
La Loi de Bitur-Camember
L’absurde théorie des prétendues “externalités”
Le Péril socialiste selon Vilfredo Pareto