Du 21 au 23 octobre 2016, les chorales et animateurs liturgiques se réunissent au Vatican. Un Jubilé organisé dans le cadre de l'Année de la miséricorde, par le Choeur du diocèse de Rome. Son objectif est penser "la musique comme un outil de communication extraordinaire" (selon un communiqué du Jubilé). Le chant de la messe est en effet un chant spécifique: il s'inscrit dans la liturgie qu'il doit servir. En fait, entre les gestes rituels qu'accomplissent le prêtre et les fidèles, et les chants qui les accompagnent, il y a un lien subtil.
 
Exprimer l'indicible
"La liturgie ne se conçoit pas sans chant", convient Philippe Robert. Certes on ne vient pas à la messe pour entendre de belles oeuvres musicales, comme on le fait pour un concert. Mais la musique a le rôle essentiel d'accompagner les gestes rituels. D'ajouter du sens aux signes. Dans "Chanter la messe" (éd. Bayard), Philippe Robert reprend l'histoire du déroulement rituel de la messe. Il rappelle que la liturgie est action, et si l'on se rapproche de son sens étymologique, il s'agit de faire naître un peuple. Lors de la procession, de l'acclamation de l'Evangile... "quel chant va exprimer au mieux l'indicible?"
 

 

L'humilité du chant
Le chant ramasse tout de nos existences. Il exprime la vie des hommes. Une humilité à laquelle est sensible Raymond Fau. Célèbre auteur compositeur et interprète, il a marqué des générations de fidèles de l'après Vatican II. On lui doit "Tu es là au coeur de nos vies", "N'aie pas peur" ou encore "Je veux te chanter Marie".

L'artiste reste discret: exceptionnellement il a accepté de participer à l'émission Grand Angle sur RCF. "On m'a reproché que mes chants étaient trop simples", confie-t-il. Il se défend par le fait que ses textes étaient des "des prières personnelles" destinées à faire écho dans le coeur des autres. Les éditions Bayard viennent de publier "Raymond Fau, mendiant de lumière" pour rendre hommage à un homme qui n'a cessé de chanter et de chercher Dieu.
 
"Chanter c'est s'étonner du beau." Jean Humenry

 

"Le chant est un partage d'humanité", pour Jean Humenry, c'est "s'étonner du beau". Quelque chose que l'on peut vivre au quotidien, y compris à la sortie de la messe. Une philosophie de vie qui habite cet  autre auteur, compositeur interprète.