Chaque année depuis plus de 20 ans, des lycéens prennent la parole pour défendre les droits de l’homme. Ils le font dans le cadre du Concours de plaidoiries des Lycéens pour les Droits de l’homme créé par le Mémorial de Caen. Loin d'être un concours d'éloquence, le Mémorial de Caen souhaite que ce concours soit avant tout être une tribune d’expression, un espace de parole et de liberté proposé aux jeunes pour défendre une cause, une liberté, dénoncer des droits de l’homme bafoués. C'est le dossier du dernier numéro de la revue Phosphore.
 
Un Concours national en plusieurs étapes
Lors de la dernière édition, en 2019, les candidats se sont inscrits pour la première fois par vidéo : 1.200 vidéos avaient été reçues. En privilégiant l’oral à l’écrit, l'accent est mis sur la conviction et la sincérité du candidat. Tous les élèves de Seconde, Première et Terminale des lycées d’enseignement général, technologique, professionnel ou agricole, publics ou privés, sont invités à participer et à envoyer une vidéo présentant un extrait de leur plaidoirie.

À l’issue des finales régionales (à Rennes, Toulouse, Marseille, Orléans, Nantes, Caen, Dijon, Lille, Strasbourg, Bordeaux, Lyon et Paris), 14 équipes (seul ou en duo) seront sélectionnées pour la finale nationale à Caen. Les lauréats de France métropolitaine, des départements d’outre-mer et des lycées français à l’étranger viendront concourir le 24 janvier 2020 au Mémorial de Caen.
 
Cinq prix attribués
Ils plaideront devant un public essentiellement composé de lycéens et de collégiens et devant un jury qui attribuera cinq prix : le prix de la Région Normandie et du Mémorial de Caen, le prix de l’engagement citoyen (offert par la MGEN), le prix Amnesty International, le prix Reporters sans frontières et le prix du jury lycéen (en partenariat avec le magazine Phosphore).

Mais ce concours ne concerne pas que les lycéens. À l'origine, les plaidoiries étaient réservées aux avocats puis il s'est ouvert aux lycéens et il y a quelques années aux élèves-avocats. Aujourd'hui, le concours se déroule avec trois jurys pour remettre des prix distincts à ces trois catégories de candidats.
 
Les lauréats 2019
Abdallah, Elena, Valérie et Amélie, lauréats de l'édition 2019, témoignent dans le dossier du dernier numéro de Phosphore (n°479 - janvier 2020).

Abdallah Charki, 19 ans, a plaidé sur le harcèlement scolaire. Il a remporté le Prix de l’engagement citoyen. 

Cliquez ici pour la vidéo de sa plaidoirie

Elena Hourdin Solovieff, 16 ans, a plaidé sur la cause des femmes SDF. Elle a remporté le Prix Reporters sans frontières. 

Cliquez ici pour la vidéo de sa plaidoirie

Valérie Tété, 18 ans, a plaidé sur les enfants sorciers du Togo. Elle a remporté le Prix de la Région Normandie et du Mémorial de Caen et le Prix du jury lycéen.

Cliquez ici pour la vidéo de sa plaidoirie

Amélie Cassagne, 16 ans, a plaidé sur l’art d’être censuré ». Elle a remporté le Prix Amnesty International.

Cliquez ici pour la vidéo de sa plaidoirie
 
 

Émission en partenariat avec Phosphore