Comment se sentir davantage en harmonie avec le temps qui passe ? Il y a le temps nous file entre les doigts et parfois il nous semble inamical et pesant. La revue Christus consacre son numéro d'octobre au thème : "Habiter le temps".  
 
Changer de rythme
"Habiter le temps, c'est redonner chair au moment vécu", explique Marie-Caroline Bustarret. Ce n'est pas "gérer" le temps, qui implique qu'on peut maîtriser cette donnée. En réalité, nous ne le contrôlons pas, et pour le savourer, "il faut entrer dans une réception du temps".

Le temps est une source de stress. Aussi, on peut "mettre de la consistance dans ce que l'on fait". Clémence Peix Lavallée renchérit : "Habiter le temps, c'est le rendre vivant." Il nous faut entrer dans une intériorité, "avoir conscience de ce qui vit dans notre corps", ainsi que du rapport à l'extérieur : les sensations, les perceptions... "être juste là avec soi". La sophrologue conseille de changer le rythme, pour aller dans son rythme à soi. On peut, par exemple, instaurer des rituels pour "inscrire en soi ce qui a fait du bien, et nourri l'être". 
 

Les rapports au temps
Emmanuel de Waresquiel a grandi dans un coin de campagne. Il a la sensation d'avoir vécu son enfance "dans un temps qui n'était pas celui des autres". Le temps, parfois, peut aussi être perçu comme immobile, ne s'exerçant ni sur le monde ni sur les êtres.

Toutes les grandes crises de l'Histoire, nous apprend-il, essaient de changer le rapport au temps. "En 1830, on tire sur les horloges comme pour se débarrasser d'un temps exécré. En 1792, on crée le calendrier révolutionnaire pour aller vers le temps de l'homme nouveau". Chaque fois que l'historien étudie une crise politique, il étudie un rapport au temps. 
 
À la recherche des traces
Dans la tradition ignatienne, la relecture est indispensable. On prend du temps pour voir les traces "du passage bienfaisant de Dieu", relève Marie-Caroline Bustarret. "Chaque chrétien est appelé à faire mémoire du passé, à pouvoir le comprendre et à pouvoir se projeter dans l'avenir. C'est l'intégration intemporelle de l'être humain." L'historien, lui aussi, part à la recherche des traces. Dans le présent, nous ne savons pas quelles traces nous laissons pour les suivants.

 

Émission diffusée en octobre 2018 - en partenariat avec la revie Christus