Les poètes ont la grâce de nous livrer le monde réel dans son infinie épaisseur : un monde aux multiples facettes, polyphonique, coloré. Ils savent aller sonder l’envers du monde, au-delà de la surface lissée des apparences, loin des définitions arrêtées. Contrairement à l’image numérique qui aplatit le réel, grâce à sa sensibilité de chair, le regard poétique nous donne à regarder autrement la vie des hommes. Le poète Pascal Riou fait partie de ces écrivains dont l'œuvre vous convie au cœur des éléments du monde. Il a publié "D'âge en âge" (éd. Revue Conférence)
 
Le Parcours de Pascal Riou
Agrégé de lettres modernes, enseignant à l'université catholique de Lyon (UCLy), Pascal Riou a publié une dizaine de recueils au éditions Cheyne, où il fut, aux côtés de Marc Leymarios, le créateur et directeur de la collection "D’une voix l’autre", dévolue à la poésie étrangère contemporaine.

Depuis 20 ans, Pascal Riou participe aux activités de la revue littéraire Conférence et des éditions du même nom. C'est chez cet éditeur qu'il publie dorénavant ses ouvrages. Il y publie également des traductions du poète américain William S. Merwin, dont "Au miroir de la montagne" en collaboration avec Jean Market. L'œuvre de Pascal Riou est traduite en anglais (Nancy Hoffman), en italien (Fabio Pusterla), en grec (Thanassis Hatzopoulos) et en lituanien (Tomas Taskaukas).
 
Qu'est-ce que l'acte poétique en 2019 ?
L'acte poétique est selon lui devenu "un acte presque invisible". "Si beaucoup de personnes écrivent régulièrement de la poésie, très peu en lisent." Pascal Riou constate "une distorson entre le désir de poésie et la minceur de son existence publique".

"La poésie est ce qui cherche le réel." Contrairement à ce que l'on croit, le poète ne cherche pas à s'évader dans l'imaginaire, selon Pascal Riou : "la poésie fait l'épreuve de la dissipation des illusions et tient à affronter ce que Rimbaud appelait la réalité rugueuse".
 
La poésie à l'heure de l'omniprésence des écrans
Écrans : "je crains une illusion mortifère", confie cet enseignant. Selon lui, "il y a deux sortes d'images". D'une part "cette saturation dans laquelle nous vivons aujourd'hui et qui est une sorte de pseudo rencontre du réel". D'autre part, "il y a cette image que nous connaissons depuis toujours : la poésie est pleine d'images, de ces transferts que sont les images de mots, ce que l'on appelle des métaphores."

 

Émission diffusée en février 2019