Le parc d’attraction Disney World propose du jeu de rôle grandeur nature dans l’univers Star Wars. Immersion dans cette expérience… immersive.


Le jeu de rôle grandeur nature

Il remonte à quand, votre dernier jeu de rôle grandeur nature ? Est-ce que vous en avez déjà fait ? Du jeu de rôle, sur, autour d’une table, peut-être. Mais dans sa version « réelle » ? Avec déguisements, accessoires, décorations, rôles à incarner et, si besoin, armes factices ?

Je me souviens encore très bien de mon tout premier. C’était dans le cabinet… dentaire de mon père, en septembre 1989, prêté pour l’occasion en soirée. Nous étions une dizaine, à jouer, incarner, investiguer une sombre histoire de meurtre (à la fraise de dentiste…). Et depuis ce jour-là, nous en organisons souvent.

Depuis quelques mois, le parc d’attraction Disney World à Orlando en Floride propose à ses visiteuses et visiteurs d’incarner des rôles, à peu près, et de plonger dans la saga Star Wars « en vrai ». C’est du jeu de rôle grandeur nature. Ou larping, en anglais, de larp, live-action roleplaying game. Du jeu de rôle, en vrai.

Ce lundi 21 mai, le fameux magazine The New Yorker a consacré un riche et long article sur le sujet. Si vous aussi, comme moi, vous aimez le jeu de rôle, et le jeu de rôle grandeur nature, communément appelé GN, l’article pourrait vous intéresser. Il parle de Disney, bien sûr, de Star Wars, mais de l’industrie du Grandeur Nature, et du GN en Scandinavie, bien connu dans le milieu. En voici la traduction. Bonne lecture !


Quand le Grandeur Nature s’invite à Disney World

The New Yorker, lundi 23 mai 2022, par Neima Jahromi.

Sur un vaisseau spatial «Star Wars», la société a poussé le jeu de rôle grandeur nature à un extrême somptueux. Les visiteurs passent des journées à manger, à démêler des intrigues et à jouer avec des sabres laser.

En février, alors qu’il faisait froid et humide à New York, j’ai taillé la route sous un ciel bleu de l’aéroport d’Orlando à Disney World. Avant d’atteindre le Royaume Enchanté (NdT : Magic Kingdom, le territoire du parc d’attraction Disney), le bus est passé devant une série de rochers gris perchés sur des échafaudages – un morceau de l’Avant-poste Black Spire, qui, dans l’univers « Star Wars », est une colonie sur une planète appelée Batuu.

À proximité, le Millennium Falcon reposait sous une tour de contrôle construite dans la roche. Les casques de Stormtrooper étaient en vente dans un garage de surplus militaire blanchi au soleil. Black Spire est également la destination du Galactic Starcruiser, un vaisseau spatial qui transporte des centaines de touristes interstellaires vers et depuis l’avant-poste, dans ce que Disney appelle une « aventure immersive ». Le Starcruiser commence son voyage en flottant dans l’espace, à des années-lumière de Batuu et de Black Spire. En réalité, le vaisseau spatial est un énorme bâtiment brut qui se trouve à côté d’une autoroute.

En 2012, Disney a dépensé quatre milliards de dollars pour acheter Lucasfilm, qui produit les films et émissions de télévision « Star Wars », et a acquis non seulement l’imagination de Lucasfilm mais aussi celle de ses fans. La création du Galactic Starcruiser repose sur un pari : de nombreux passionnés de « Star Wars », non contents de visionner à plusieurs reprises « Le Mandalorian » ou de se déguiser en Stormtrooper lors d’une convention, paieront pour découvrir cet univers fantastique à travers des rôles à jouer en grandeur nature

Le Grandeur Nature, ou GN

Dans un Grandeur Nature, ou GN, les joueurs, souvent en costume, improvisent des histoires qui proviennent de différents genres tels que la médiéval-fantastique, la science-fiction et les films de vampires. Dans le jeu grandeur nature indépendant Dystopia Rising, les gens passent le week-end à tituber comme des zombies ou à les éviter. Dans Sahara Expedition, le collectif italien de GN Chaos League, inspiré des œuvres de H. P. Lovecraft, mène des expéditions archéologiques qui creusent pour trouver des artefacts dans le désert africain.

Depuis plus d’une décennie, les Imagineers (concepteurs et chercheurs de Disney) se sont penchés sur les grandeurs natures et le théâtre interactif, et ont organisé des « playtests » dans les parcs. En 2019, Disney a ouvert Black Spire Outpost, qui a mis en pratique certaines de ses expériences. Disney appelle presque tous ses employés des «membres du casting» et à Black Spire Outpost, la plupart de ces membres sont des Batuuan.

Alors que les visiteurs se promènent entre les boutiques de cadeaux et les manèges, les membres du casting les invitent à jouer un rôle. Un personnage local vêtu de robes aux tons terreux pourrait attirer un visiteur pour discuter avec lui, pour lui vendre un sabre laser, tandis qu’un héros d’une autre planète mène un enfant derrière des poubelles pour se cacher des soldats en armure blanche. À Black Spire Outpost, ces interactions durent quelques minutes. Sur le Galactic Starcruiser, ils durent deux nuits.

« Connaissez-vous le terme de « cercle magique » ? Lizzie Stark, une conceptrice de Grandeur Nature américaine, m’a demandé, quelques jours avant que j’aille moi-même faire l’expérience du Starcruiser. « Cela sépare votre réalité de la réalité de l’expérience qui est créée pour vous. » Dans les années 1950, lorsque Walt Disney chercha un terrain pour son premier parc à thème, dans le sud de la Californie, il craignit que la grandeur du Pacifique n’éclipse ses créations. Alors il s’installa loin de l’océan et entoura le parc d’un chemin de fer. Chaque partie de Disney World construit des frontières. Les invités ne montent à bord des bateaux des Pirates des Caraïbes qu’après avoir traversé un dédale éclairé par des lanternes et empilé de boulets de canon et de tonneaux en bois. Au moment où ils arrivent à leur bateau, ils peuvent presque sentir la mer.

Au cours des dernières décennies, rencontrer des personnages de Disney impliquait de faire la queue, peut-être d’obtenir une photo. Maintenant, vous pouvez vivre à leurs côtés.

Le Galactic Starcruiser encourage les invités à générer le cercle. Après une simulation d’ascension en orbite, les passagers arrivent dans la coque d’un vaisseau spatial, où les membres d’équipage demandent de quelle planète ils viennent. Et puis le jeu commence.

« Le monde est si immense maintenant, il semble sans fin », m’a dit Cecilia Dolk, productrice et créatrice suédoise de GN. « Quand vous entrez dans un univers fantastique, c’est plus petit, vous pouvez vous concentrer. » Dans les anciennes parties du Royaume Enchanté ce n’est pas toujours vrai.

La veille de mon voyage sur le Starcruiser, je me tenais dans le parc et j’observais un char décoré pour ressembler à un tas de trésors rouler devant une boulangerie américaine ancienne où des femmes en bonnets faisaient des gaufres. Au sommet de la pile, la Fée Clochette agitait la main, comme un lutin Jackie Onassis. Le château de Cendrillon se dressait derrière elle.

Une plus grande concentration narrative a été atteinte en 2010, à quelques kilomètres de là, lorsque Universal Studios Orlando a dévoilé le Wizarding World of Harry Potter. Le monde sorcier avait des montagnes russes, bien sûr, mais l’innovation était la fidélité de son cadre. Les invités pouvaient boire de la Bièraubeurre sous les chevrons en bois des Trois Balais, puis sont sortis dans le village de Pré-au-Lard, avec le château de Poudlard au loin. Au Ollivanders Wand Shop, les visiteurs pouvaient dépenser trente dollars pour une baguette, après un peu de théâtre joué par un sorcier en manteau violet. Universal avait établi un nouveau type de cercle magique. En un an, selon l’Orlando Sentinel, la fréquentation du parc a augmenté de quarante et un pour cent.

Une course aux armements d’attractions a commencé. Disney’s New Fantasyland a ouvert ses portes en 2012. Il se concentrait sur les princesses – Belle, Blanche-Neige, Ariel. Vous pouvez manger au Beast’s Castle (le restaurant Be Our Guest) ou visiter un cottage pour traverser un miroir magique et aidé Belle à revivre sa fervente romance avec la Bête.

Cette dernière expérience, Enchanted Tales with Belle, a été étonnamment populaire. Il y a des animatroniques complexes impliquées – Lumière, le chandelier, se tient sur un manteau, pliant sa taille en métal pendant qu’il raconte une histoire – mais le principal attrait est l’interaction avec Belle. « Nos personnages vivants sont la partie la plus importante de nos parcs et centres de villégiature ; ils sont les facilitateurs », a déclaré Scott Trowbridge, un Imagineer senior, à un intervieweur peu de temps avant l’ouverture de New Fantasyland. Trowbridge, qui a supervisé les premiers développements du Wizarding World, était parti pour Disney en 2007. « Nous remplacerons probablement nos Imagineers par des robots avant de remplacer nos acteurs », a-t-il déclaré.

Blanche-Neige avait l’habitude de parcourir le Royaume Enchanté. Mais, avant même qu’Instagram ne devienne endémique, elle a été assaillie par des invités qui l’ont harcelée pour de câlins, des autographes et des photos, comme s’ils avaient rencontré Anne Hathaway lors d’une randonnée à Runyon Canyon. De nombreuses rencontres fortuites ont été remplacées par des « rencontres avec des personnages » dans des lieux désignés tels que le Princess Fairytale Hall.

Lorsque j’ai visité la salle, Blanche-Neige a accueilli ses invités dans un décor. Les lumières de sa cape rouge et de son rouge à lèvres rubis étaient brillantes. Une petite fille en jupe Minnie Mouse a tendu son livre d’autographes sur une corde en velours mais l’a retiré avec angoisse lorsqu’un membre du casting lui a dit qu’en raison des restrictions COVID, la princesse ne pouvait pas être approchée. Au lieu de cela, la fille a obtenu une photo socialement distante. Blanche-Neige étendit un pied et croisa les mains sous son menton. « Avez-vous déjà mangé de la tarte aux groseilles? » elle me demanda. « C’est la seule chose qui fait sourire Grumpy. »

La royauté dans la vie réelle aimait aussi rencontrer les personnages de leurs histoires préférées. Au XVIe siècle, Henri VIII fit jouer à un groupe de yeomen (NdT : Un yeoman est, dans l’Angleterre médiévale, un paysan propriétaire de la terre qu’il cultive.) Robin Hood et ses joyeux hommes, afin qu’il puisse manger du gibier avec eux dans la forêt. Des décennies plus tard, comme l’écrit Lizzie Stark dans «Leaving Mundania» (2012), un livre sur les Grandeur Nature, la reine Elizabeth I a été divertie par l’ancien poète grec Arion, qui est apparu chevauchant un «dauphin mécanique de vingt-quatre pieds de long».

Un groupe de personnes déguisées en personnages de Star Wars. Certains passagers de Starcruiser s’habillent comme leurs personnages préférés. Ils évitent les personnages connus.



La technologie a à la fois propulsé et inspiré ces fantasmes. En 1901, les visiteurs de l’exposition panaméricaine, à Buffalo, montent à bord d’un dirigeable hissé sur des câbles et voient passer des toiles peintes représentant les chutes du Niagara, les nuages ​​et le disque de la Terre. Ils ont atterri sur une surface lunaire, faite de plâtre, où ils ont mangé du fromage vert, parcouru des souvenirs et rencontré des gens de la lune.

Après la Seconde Guerre mondiale, Walt Disney, un passionné de construction de trains miniatures, s’est rendu à la Chicago Railroad Fair et a assisté à un spectacle de reconstitutions historiques sur une scène extérieure – les voyages meurtriers des quarante-niners, la conduite de la pointe d’or. « Disney a pleuré à chaque apparition du train funéraire de Lincoln », écrit Richard Snow, dans « Disney’s Land », à partir de 2019. Dans une scène, Disney a enfilé un chapeau haut de forme et une redingote et a servi de figurant.

En 1955, lors de l’ouverture de Disneyland, un des premiers manèges a traversé les mines de diamants et les forêts de « Blanche-Neige et les Sept Nains ». L’expérience a laissé les visiteurs perplexes, car elle a laissé de côté Blanche-Neige. Les créateurs avaient supposé que les gens voudraient adopter le point de vue de la princesse. Mais l’identité la plus facile à assumer était celle qu’ils habitaient déjà, celle de visiteur.

Comme me l’a dit la conceptrice de Grandeur Nature finlandaise Johanna Koljonen, « Le rôle le plus petit possible pour quelqu’un est une version de vous-même qui croit que la fiction est vraie. » D’autres manèges comportent le même principe : les passagers de Jungle Cruise sont des visiteurs en tournée ; les mortels qui entrent dans le manoir hanté sont les invités des fantômes.

Au XXIe siècle, les Imagineers ont estimé que les amateurs de parcs pourraient vouloir se rapprocher un peu plus des projecteurs. Vers 2008, Trowbridge a invité les familles de Disney World à participer à un test de jeu sur le thème des pirates appelé The Legend of the Fortuna. Certains visiteurs étaient réfractaires. « Est-ce que je vais devoir porter un chapeau ? » Trowbridge s’est rappelé d’une mère qui le lui avait demandé. Sa famille a creusé des trésors sur la plage et s’est entretenue avec des boucaniers. Des dizaines de membres du casting ont suivi les familles, réagissant à elles alors qu’elles cherchaient l’or et les pirates. « À la fin de cette expérience, c’était la mère qui avait son coutelas, retenant le méchant », m’a dit Trowbridge. (Portait-elle un chapeau ? « Elle portait un bandana. »)

« Nous avons très bien formé nos invités à réfléchir d’une manière à voir un personnage – faire la queue, peut-être prendre une photo avec eux », m’a dit Wendy Anderson, une ancienne Imagineer. Les dernières innovations impliquent les clients avec plus de profondeur. « Nous vous donnons les outils pour croire que c’est réel. »

Le Galactic Starcruiser a entrepris son voyage inaugural début mars. Quelques jours auparavant, Imagineers avait organisé une sorte de répétition générale, invitant des influenceurs Instagram et TikTok, ainsi que des journalistes, à participer. (Lorsque l’expérience a été ouverte au public, une cabine pour trois à cinq personnes coûtait jusqu’à sept mille dollars.)

J’ai commandé un costume d’Obi-Wan Kenobi sur Amazon, afin que je puisse ressembler au Jedi qui vit sur la planète désertique de Tatooine et veille sur Luke Skywalker, un garçon de ferme qui récolte l’humidité de l’air. TC Conway, un ancien membre du casting de Disney qui aidait à organiser un feu d’artifice, qui communique fréquemment dans les groupes Facebook pour le Galactic Starcruiser.

Il m’a dit que la plupart des gens, lors du choix d’un costume, évitent les personnages connus. « Ils veulent vraiment être leur propre personnage, car ils peuvent le contrôler plus facilement », a déclaré Conway. «Ils ne veulent pas être Luke. Il y a déjà un Luke. J’espère n’en voir aucun dans le vaisseau.

Laissant derrière moi la tenue d’Obi-Wan Kenobi, j’ai choisi d’être une vendeuse d’équipement agricole contre l’humidité et j’ai porté un gilet de travail Carhartt. Ivy, ma petite amie, et Tim, l’illustrateur de cet article, m’ont rejoint pendant le voyage. Ivy habillée en ingénieure, dans une combinaison noire, et Tim, dans une veste matelassée, était notre fils adoptif, un descendant de mineurs de la planète Mustafar. Le jour du départ, nous avons parcouru un long couloir depuis le parking jusqu’à la « nacelle de lancement », un ascenseur avec des panneaux gris et orange. Des écrans décrivaient notre ascension dans l’espace – la musique orchestrale augmentait alors que le ciel bleu faisait place à une vision du Starcruiser flottant contre les étoiles. Les portes s’ouvraient sur un atrium de sept mètres de haut parsemé de canapés circulaires.

« Je m’appelle Christian », nous a dit un membre du casting en uniforme bleu en nous inscrivant. « Je viens de la planète Naboo. » Il nous a conduits à un turbolift – un ascenseur jouant une version de lui-même – et nous a demandé si c’était notre première fois à bord d’un starcruiser.

« Première fois dans l’espace », a déclaré Tim.

« Wow », a répondu Christian en nous montrant notre chambre. « Donc, c’est tout nouveau pour vous ! »

Beaucoup de choses étaient familières mais avaient des noms nouveaux. Christian a décrit les offrandes du « rafraîchisseur », en désignant la salle de bain. D’autres choses faisaient plus science-fiction. « C’est D3-O9, » expliqua Christian en se dirigeant vers un petit écran sur le mur. « Notre droïde logistique. » En appuyant sur un bouton blanc il a démarré une conversation vidéo avec un robot aux yeux jaunes. Comme Siri, D3 a répondu avec des scripts automatisés. À un moment donné, un Stormtrooper est apparu sous forme d’hologramme au premier plan de l’écran. Je lui ai dit que j’aimais son casque. « Nos casques, oui », a déclaré le Stormtrooper. « Élégant, audacieux, intimidant – technologie embarquée avancée. »

Nous avons pris un turbolift jusqu’à la salle à manger Crown of Corellia, une vaste salle flanquée d’une scène et d’un buffet pour le déjeuner. Une demi-douzaine de Lukes, Obi-Wans et Han Solos étaient assis sous des luminaires irisés. Au buffet, un Luke vêtu d’un kimono de karaté blanc a attrapé une assiette de saumon tandis que d’autres passagers versaient des tasses de lait bleu, un mets délicat sur Tatooine. Il y avait aussi des gens en vêtements terriens. « J’ai eu cette nourriture spatiale », s’est dit un homme en T-shirt noir sur une banquette. « Je suis sur le point de manger dans l’espace. Comme un imbécile de l’espace. »

Il y a trois décennies, lorsque les animateurs de Disney ont commencé à travailler sur « Le Roi Lion », ils ont amené un lion nommé Joseph dans le studio et l’ont dessiné. Ils se sont également rendus en Afrique de l’Est pour étudier les lions à l’état sauvage.

Une vingtaine d’années plus tard, lorsque les Imagineers ont voulu étudier les Grandeur Nature, ils sont allés en Europe, où, après la sortie des films « Le Seigneur des Anneaux », « vous pouviez acheter des épées de GN en mousse au supermarché », Bjarke Pedersen, un GN concepteur danois, m’a dit. Pedersen et Koljonen, qui sont mariés, ont commencé comme vampires et rôlistes fantastiques dans les années 90.

Pedersen, comme beaucoup de ses homologues américains, s’est inspiré de jeux de rôle tels que Donjons et Dragons, bien que le jeu soit blindé de tableaux – Gary Gygax, co-créateur de D&D, était agent d’assurance – qui déterminent les résultats du combat. « Cela ne correspondait pas vraiment à la culture ici », m’a dit Pedersen. « Les pays nordiques sont bien plus collaboratifs que contradictoires. » Pedersen et Koljonen sont devenus des figures actives de la scène du Grandeur Nature nordique, une communauté qui préfère les jeux avec une profonde implication émotionnelle et peu de règles.

Il est difficile d’exagérer l’omniprésence du GN en Scandinavie. Østerskov Efterskole, un internat à Hobro, au Danemark, propose des cours dans lesquels les élèves prétendent être des anciens Romains ou des super-héros afin d’apprendre les mathématiques et l’histoire. La Fédération suédoise des jeux a obtenu des centaines de milliers de dollars pour le jeu de rôle des jeunes, et le gouvernement national finance depuis longtemps les clubs de jeunes, dans l’espoir de promouvoir l’engagement civique. (Mission accomplie : en 2016, Pedersen et Koljonen ont formé une société qui a organisé un GN de ​​vampire au Parlement européen, à Bruxelles.)

Les gens jouent le rôle de différents personnages fantastiques. Un bon Grandeur Nature fournit un « alibi », une excuse pour agir dans la peau du personnage sans se sentir gêné.



En 2008, Cecilia Dolk, la conceptrice suédoise de GN, a aidé à créer le jeu No Man’s Land. La guerre nucléaire et une pandémie ravagent la Suède ; de petites bandes de survivants chassent pour se nourrir et se ravitailler. Dolk et ses collaborateurs ont collecté une vingtaine de milliers d’euros et se sont mis à repérer des lieux et à rassembler des masques à gaz. « Un jour, un gars avec des béquilles est venu vers moi et m’a dit : « Je peux faire de la pyrotechnie », et quelqu’un d’autre a dit : « J’ai un ami qui a accès à un avion et qui a besoin d’heures de vol », se souvient-elle.

Elle m’a montré une vidéo des résultats : les survivants couraient se mettre à l’abri alors que la fumée montait des toits autour d’eux. « Si vous voyiez cela maintenant, vous vous diriez que c’est réel ou fictif ? » elle a demandé. Cela me parait réel. « C’est aussi bon que mauvais, je pense », a-t-elle déclaré.

Cinq ans plus tard, Dolk a travaillé sur le Monitor Celestra, un GN qui s’est inspiré du Space opera télévisuel « Battlestar Galactica ». Le jeu a été joué trois fois, sur un navire de guerre suédois à la retraite. L’équipe de producteurs de GN qui a créé Celestra, l’un des premiers GN dits à succès, fonctionnait plus comme une entreprise que comme un groupe d’amateurs. Quatre cents participants ont payé environ cinq cents dollars chacun. Les Disney Imagineers étaient là, se mêlant à une foule de joueurs vétérans et de GNistes débutants dans les couloirs métalliques exigus du navire.

Dolk et un équipage de plus de quatre-vingts volontaires avaient installé des lumières vertes clignotantes qui avertissaient des fuites de rayonnement fictives et avaient construit des supports en bois qui affichaient des cartes radar et des systèmes d’armes. Dans une pièce isolée, une demi-douzaine de volontaires contrôlait ce qui tombait sur le radar. Au moins une fois, un petit vaisseau spatial s’est approché, et les GN sur le pont voulaient que le vaisseau accoste sur le Celestra. L’équipe a envoyé Dolk, vêtu d’une combinaison, pour jouer le pilote. Le contrôle du navire faisait des allers-retours entre une faction modérée et une autre qui voulait imposer la loi martiale. Lors d’un voyage, il y a eu un nettoyage ethnique.

De tels conflits ont souligné la sécurité de la vie scandinave. « Nous avions trop de nourriture, trop de sécurité », a déclaré Dolk. Les GNistes nordiques poursuivent les mêmes sommets que les grimpeurs, a-t-elle suggéré. « Nous sommes des accros aux émotions », a-t-elle déclaré. « La plupart d’entre nous font du Grandeur Nature parce que nous pouvons le vivre et le ressentir. »

« Les GN nordiques, ils ne sont pas pour tout le monde », m’a dit Trowbridge. Certains d’entre eux peuvent être des expériences intenses, et ce n’est probablement pas ce que nous voulons offrir à un grand public ». Imagineers a également étudié les Escape Games et les expériences théâtrales révolutionnaires telles que le sombre « Sleep No More ». (« À Los Angeles., il y a des trucs intéressants basés sur l’horreur », m’a dit Ann Morrow Johnson, une cadre Imagineer qui a travaillé sur le Galactic Starcruiser.) « Nous avons essayé de rassembler toutes ces formes », a déclaré Trowbridge.

Après que les Imagineers aient joué à Celestra, ils ont discuté du jeu avec certains des GNistes qu’ils avaient rencontrés. Quand j’ai demandé à Trowbridge ce qu’il avait admiré dans des expériences comme Celestra, il était réticent. J’ai demandé à Dolk si elle ou son équipage avaient des souvenirs des Imagineers sur le navire. « On préfère ne pas le révéler », a-t-elle déclaré.

👉 À lire également : Jubensha, le jeu-phénomène qui s’empare de la Chine.

De plus en plus de concepteurs de GN nordiques, inspirés par le succès de Celestra, ont commencé à créer des jeux à haute valeur ajoutée dans des mondes fantastiques connus au lieu de les inventer entièrement. « Nous avons donné naissance à un nouveau genre de Grandeur Nature », a déclaré Dolk. Alors que Disney et Universal déversaient des centaines de millions de dollars dans des environnements interactifs, les parcs à thème et les GN à succès en commencer à leur ressembler. Universal Orlando a ouvert un deuxième espace « Harry Potter » en 2014, l’année où un groupe de GN a loué un château médiéval en Pologne et a lancé un GN inspiré de « Harry Potter » appelé le College of Wizardry.

En 2017, Bob Chapek, alors responsable des parcs à thème et des complexes hôteliers de Disney, est monté sur scène à la D23 Expo, à Anaheim, où les Imagineers annoncent les attractions à venir et ont confirmé les rumeurs d’un complexe de luxe « Star Wars » qui offrirait aux clients une  » aventure de plusieurs jours. « L’un des trucs qui me passionne le plus, c’est que chaque fenêtre de cet endroit a une vue sur l’espace », a-t-il déclaré. En d’autres termes, il n’y aurait pas de fenêtres.

L’année suivante, à Knutpunkt, une conférence de GN (« knutpunkt » est le mot suédois pour « jonction »), les participants ont oscillé entre excitation et anxiété à propos du projet Starcruiser. « C’est un peu comme si votre groupe indépendant préféré apparaissait soudainement sur scène dans de grands stades nationaux », m’a dit Lizzie Stark. « C’est vraiment cool, mais il y a aussi ce sentiment de ‘Comment osent-ils ?’  » Evan Torner, un organisateur de Grandeur Nature de ​​longue date, m’a dit qu’il craignait que les entreprises ne chassent les indépendants : « Seule l’industrie peut vraiment se permettre de réserver les grands spectacles d’arène.” Un groupe international de joueurs a publié le «Local Larp Manifesto», refusant les GN aux prix exorbitants avec des costumes élaborés et des décors coûteux. J’ai demandé à Alessandro Giovannucci, professeur de musicologie italien et membre du collectif de GN Chaos League, s’il craignait que les parcs à thème d’entreprise éclipsent la scène du GN indépendant. « C’est la voie de toutes les sous-cultures », a-t-il déclaré. « C’est arrivé au punk rock. »

D’autres Grandeur Nature espèrent que le succès du Galactic Starcruiser attirera de nouveaux publics et investisseurs vers un groupe émergent de concepteurs de jeux professionnels. Jay Knox, co-directeur de Sinking Ship Creations, une société de GN à New York, s’est lancé dans de tels jeux après qu’un ami les ait emmenés chez un vampire. « Tous les enfants cool que j’ai rencontrés ce soir-là sont mes amis maintenant », m’a dit Knox. Knox et leur partenaire commercial, Ryan Hart, facturent à chaque participant entre cent dollars pour un GN de ​​l’après-midi et environ mille dollars pour celui qui s’étend dans les rues et les bars de Manhattan pendant deux jours. Ni l’un ni l’autre ne cilla devant le prix du Starcruiser.

Dans Calculations, écrit par Caro Murphy, un GNiste vétéran avec une coupe de cheveux cyberpunk à balayage latéral, les clients de Sinking Ship incarnent un pilote de vaisseau spatial livrant des médicaments sur Mars, où des colons meurent d’une maladie qui provoque un « essoufflement ». Murphy a adapté le jeu d’une histoire de science-fiction des années 1950 de Tom Godwin. En 2021, Disney a embauché Murphy en tant que «réalisateur d’expérience immersive» pour le Galactic Starcruiser. Murphy a dit qu’un représentant de Disney leur avait dit de ne pas parler de leur travail au parc, alors nous avons parlé des Grandeur Nature en termes généraux. « Il y a cette tension entre la partie commerciale du GN et la partie communautaire », ont-ils déclaré. « Beaucoup de gens pensent que le GN est intrinsèquement basé sur le travail bénévole, mais ces bénévoles sont de plus en plus responsables du bien-être physique, mental et social de toutes les personnes impliquées. C’est un travail énorme.

En janvier, au plus fort de la vague Omicron, Hart a effectué des calculs pour moi dans sa maison du Lower East Side. Au sous-sol, je me suis assise sur un canapé à motifs imprimés sous l’escalier. Un ordinateur portable sur une table m’a connecté à mon IA assistante, Gabi, à la voix d’Allegra Durante, une actrice professionnelle.

« C’est un sas », a expliqué Hart. « Cela mène à l’espace extra-atmosphérique » – il agita ses mains vers le pied de l’escalier. J’ai regardé autour. Un panier couvert et un grand coffre noir se trouvaient près d’une télévision et d’une étagère pleine de manuels de Donjons et Dragons. C’était mon vaisseau. « Jeu », a déclaré Hart et il a couru à l’étage.

Gabi m’a dit que le navire avait déraillé à cause d’une masse inexpliquée de cent quarante livres. En d’autres termes, il y avait un passager clandestin. J’ai fouillé le navire, terrifiée à l’idée de trouver un corps humain en soulevant le couvercle du panier (serviettes) puis en ouvrant le coffre (literie). Enfin, derrière un oreiller, j’ai découvert une paire d’yeux. Une jeune femme avec des nattes noires – Lucie Allouche, une actrice formée à la N.Y.U. – m’a dévisagé depuis un vide sanitaire sous les escaliers. Gabi m’avait dit que les passagers clandestins devaient sortir du sas. Si nous n’agissions pas, les colons martiens n’obtiendraient pas leurs médicaments et nous mourrions tous les deux à la dérive dans l’espace. Le premier étranger que j’avais touché en deux ans sanglotait contre mon épaule. Finalement, elle monta les escaliers jusqu’à sa mort.

👉 À lire également : Enseigner grâce au jeu de rôle grandeur nature. Loufoque ou efficace ?

Après le Grandeur Nature, Hart a expliqué que Sinking Ship fournit normalement plus d’ambiance de vaisseau spatial : des lumières bleues tamisées, un haut-parleur qui imite le son de l’air sous pression. De tels éléments renforcent ce que les GN nordiques appellent « l’alibi », une excuse pour agir dans la peau du personnage sans se sentir gêné. Je lui ai dit que le jeu était encore assez triste. Beaucoup de clients recherchent des GN qui les font pleurer, dit-il. « C’est tout ce qu’ils veulent de moi. Je suis genre, je pourrais faire beaucoup de nullités. Je peux faire de la comédie. Je peux faire de la romance, de l’action, du thriller. Tout cela est beaucoup plus difficile que de pleurer.

Les larmes sont également une mesure pour les attractions Disney. « Je sais que nous avons réussi certaines choses quand je vois des gens pleurer », a déclaré Trowbridge à un intervieweur l’année dernière. « Nous ne cherchons pas toujours à atteindre ce but, mais je pense que cela doit être dans le mélange – pour avoir ces expériences importantes qui résonnent émotionnellement. »

Dans les films « Star Wars » des années 70 et 80, les rebelles en surnombre détruisent l’Empire. Dans une trilogie de suites que Disney a produites plus récemment, le Premier Ordre émerge des cendres de l’Empire et la Résistance se lève pour défendre la liberté de la galaxie. L’histoire de Starcruiser se déroule au milieu des suites. Juste avant le début de l’action sur le navire, les passagers se sont rassemblés dans l’atrium. Deux Stormtroopers, dirigés par le lieutenant Croy, un officier du Premier Ordre avec un accent britannique ricanant, sont sortis sur le balcon du deuxième étage donnant sur l’espace et nous ont dit que nous menions une enquête pour sur des activités de résistance.

Nous avons également rencontré le directeur de croisière et le capitaine, ainsi que les divertissements à bord, deux extraterrestres humanoïdes, l’un à la peau verte et l’autre à la peau violette. Un mécanicien en combinaison bleue, nommé Sammie, s’élança nerveusement à travers la foule. Chaque personnage a guidé de petits groupes sur différentes arcs narratifs pendant que les passagers décidaient du type de rôle qu’ils voulaient incarner. Les résistants suivaient Sammie, le capitaine ou le directeur de croisière. Les sympathisants du Premier Ordre ont fait des enchères avec Croy.

L’après-midi avança rapidement : dans la salle technique, une caverne sombre pleine de tuyaux et de machines, Sammie et un groupe d’enfants en robes blanches et brunes étudièrent les schémas du vaisseau. À l’étage, sur le pont, un paravent de 27 mètres de long faisait office de fenêtre sur l’espace. Les joueurs se tenaient en groupes de quatre ou cinq, tournant des boutons et appuyant sur d’autres aux postes de contrôle.

Soudain, des rochers tombant ont rempli l’écran et de la musique wagnérienne a commencé à jouer alors que nous entendions le fracas sourd d’un astéroïde qui ricochait sur la coque. Je transpirais déjà quand, comme dans le Monitor Celestra, un vaisseau spatial plus petit est apparu. Le combattant de la Résistance Chewbacca nous a hurlé dessus. En dirigeant les drones représentés à travers la fenêtre, nous avons fait monter Chewbacca sur notre navire. (Un autre écho de Celestra : le Galactic Starcruiser se déroule dans une partie moins familière de l’univers « Star Wars », donnant aux Imagineers plus de place pour inventer des histoires et mettant moins de pression sur les invités pour qu’ils exécutent leurs missions.)

Quelques heures avant le dîner, j’ai commencé à recevoir des messages de Croy sur mon datapad, un iPhone installé avec une application Disney. Il voulait une faveur : Est-ce que je pourrais me déplacer jusqu’à un écran tactile près du turbolift et pour y télécharger des données depuis les systèmes informatiques du navire ? Si j’aidais Croy, je serais peut-être le bienvenu à une rencontre clandestine avec lui. Cela ressemblait moins à un jeu vidéo qu’à faire défiler des textos un vendredi après-midi et à chercher des invitations aux bonnes soirées.

Je me sentais plus à l’aise dans le Sublight Lounge, un bar à cocktails somptueux, en jouant à un jeu de cartes appelé Sabacc. Le Sabacc mélange le poker avec le blackjack et place un élément chose essentiel dans un Grandeur Nature : une raison de ne rien faire. Sara Thacher, une Imagineer senior, a fréquenté deux fois le Collège de sorcellerie en Pologne et s’est rendu compte que « l’alibi » pouvait encourager le repos. « Un grand moment » Aha! « Pour moi, il suffit juste d’être dans un château, dans une robe de sorcier, de prendre une tasse de thé et d’avoir cet alibi, cette raison d’être là », a-t-elle déclaré. Le Sabacc, comme la tasse de thé, permet aux passagers de faire une pause dans l’action sans casser la fiction.

Sous les faibles lumières marron du Sublight Lounge, Ivy, Tim et moi avons essayé de tenir une conversation avec un musicien, Ouannii, un extraterrestre à la peau verte avec un faux-faucon blanc et une bouche en forme de Minivac. Elle ne parlait pas Galactic Basique (l’anglais), mais elle comprenait qu’Ivy voulait poser avec elle pour une photo. Au dîner, les Stormtroopers ont fait défiler Chewbacca dans la salle à manger et l’ont arrêté. « Enfermez-le ! » Tim a crié. Croy se précipita vers Tim et lui serra la main.

Ces rencontres étaient amusantes, mais Koljonen, la conceptrice de GN, m’avait dit qu’elle ne jugerait pas le Starcruiser comme étant un succès à moins que les invités ne soient ne se comportent comme dans Star Wars les uns avec les autres. À un moment de la soirée, nous avons transporté des cocktails rouges dans le Climate Simulator (un jardin de rocaille murée à ciel ouvert), où nous avons trouvé deux passagers qui semblaient prêts à jouer un rôle. L’un d’eux, habillé comme Han Solo, a dit qu’il s’appelait Lynx. L’autre avait de longs cheveux argentés, des tatouages ​​sur le visage et des dents de vampire. Elle s’appelait Kes et nous avons appris qu’elle avait deux cœurs. Nous avons discuté de la persistance de l’esclavage sur Tatooine. Lynx m’a dit que leur planète natale, Iridonia, un désert rocheux grouillant de lave, avait un bon filet de sécurité sociale.

Pour de nombreux Grandeur Nature, la chose la plus précieuse dans le jeu de rôle est le changement de perspective. Chaos League, le collectif italien, a créé un GN sur les pénuries d’eau dans le monde en développement, dans lequel les joueurs ne recevaient qu’un demi-litre d’eau par jour. (Le groupe n’a pas réussi à communiquer s’ils laisseraient les joueurs mourir de soif, m’a dit Giovannucci.) Le collectif a depuis reçu des subventions de l’Union européenne pour faire des GN sur le changement climatique.

Betsy Isaacson, un GN qui travaillait avec Sinking Ship, a offert une explication plus simple des vertus du Grandeur Nature. Bien sûr, il peut être utilisé comme une machine à empathie. « Mais j’aime aussi la frivolité », a-t-elle déclaré. « Je suis pro-évasion. » Pendant la pandémie, Isaacson a organisé des GN avec des hommes incarcérés. Elle leur écrivait en tant que rédactrice en chef d’un journal de l’Arizona du XIXe siècle, et les détenues renvoyaient des dépêches de la frontière américaine. « Les gens disent que ‘l’escapisme est mauvais’, a-t-elle dit. « Et moi je réagis en disant : T’es le geôlier ? »

Disney a appris à ne pas déconcerter ses visiteurs. Le deuxième jour de notre croisière, j’ai pris un petit-déjeuner d’œufs battus dans une sauce blanche « Batuu-spiced » avec Ivy et Tim. Les intérieurs bien agencés du Starcruiser ne sont pas un cadre typique pour une histoire « Star Wars » ; les films ne parlent généralement pas des classes supérieures. L’une des suites présente une station balnéaire appelée Canto Bight, dont les invités patriciens sont bafoués par les protagonistes opprimés. Mais les Imagineers ont estimé que le luxe conviendrait mieux à une expérience de villégiature. « Nous voulions que les gens aient un service impeccable, afin que vous puissiez vous détendre et profiter de votre histoire », m’a dit Wendy Anderson, l’ancienne Imagineer.

Après le petit-déjeuner, Ivy, Tim et moi sommes montés à bord d’un camion construit sur mesure pour remplacer un vaisseau spatial. Nous nous dirigions vers Black Spire Outpost, le village accidenté. Les Imagineers espéraient que la tension entre le confort de notre voyage et le côté sale de notre port d’escale renforcerait l’attrait exotique de Batuu. « Lorsque cette porte de transport s’ouvre », a déclaré Anderson, « c’est vraiment comme si vous étiez allé dans un autre monde. » Elle avait raison. Alors que nous attendions à l’extérieur de Savi’s Workshop, un revendeur de sabres laser du marché noir – pour deux cent vingt dollars, les invités peuvent assembler leurs propres sabres laser – les membres du casting se tenaient sous des auvents bruns usés qui les protégeaient des chauds soleils (Batuu en a trois). Ils m’ont dit qu’ils avaient fait la navette depuis les bidonvilles voisins sur des navettes délabrées. « Ils sont comme vos transports, mais c’est de la camelote », a déclaré l’un d’eux.

Un Grandeur Nature de ​​quarante-cinq heures est épuisant. De retour sur le Starcruiser, je me suis allongée sur mon lit et j’ai regardé par le hublot. Nous avons continué à sauter à la vitesse de la lumière et à atterrir dans des champs d’astéroïdes. Soudain, j’ai entendu des cris à travers la porte. Le vaisseau spatial du Premier Ordre remplissait la fenêtre. Je suis sortie dans l’atrium et je suis tombée sur Kes, le GNiste aux cheveux argentés que j’avais rencontré dans le simulateur de climat. « Nous sommes bloqués, ce qui signifie généralement des conscriptions », a-t-elle expliqué. Le Premier Ordre avait accroché des drapeaux cramoisis dans l’atrium, indiquant clairement que nous étions sous la loi martiale.

Les GNistes en tant que personnages de science-fiction. Les joueurs de GN font souvent l’expérience d’un « saignement », dans lequel des sentiments imaginaires se mêlent à des sentiments réels.


Plus tard, Tim m’a approché, lors d’une performance musicale censée servir de couverture à des activités subversives dans l’atrium. Il m’a dit qu’il pensait que Kes pourrait être un acteur. Il l’avait vue être copine avec Croy dans la salle d’ingénierie.

J’ai utilisé Internet pour la première fois en vingt-quatre heures pour chercher sur Google le nom du GNiste que Disney venait d’embaucher. J’ai contourné la foule. « Caro ? » murmurai-je à Kes.

« Oui ! » dit Murphy en souriant.

J’ai demandé si nous pouvions enfin parler du Starcruiser, peut-être pendant le dîner. Ils ont vérifié avec un publiciste. « Nous pouvons aller dîner », ont-ils dit. « Mais je dois rester dans le personnage. »

Nous avons rencontré Ivy, Tim et Lynx – le Han Solo du simulateur climatique – dans la salle à manger. Nous nous sommes émerveillés du nombre d’enfants qui semblaient avoir rejoint le Premier Ordre. « Beaucoup de bavardages sur le navire », a déclaré Lynx. Plus tard, Croy se vanterait d’avoir monté les fils contre les pères.

Un voyant rouge s’est mis à clignoter. Tous les passagers sont retournés dans l’atrium, où le GN a atteint son paroxysme avec un duel au sabre laser sur le balcon au-dessus. Croy a dit aux Stormtroopers de nous anéantir, et je me suis retrouvée à rapetisser de peur. Lorsqu’une issue plus heureuse s’est produite, la plupart des passagers ont applaudi, certains ont commencé à pleurer et d’autres se sont glissés dans le salon Sublight pour quelques mains supplémentaires de Sabacc.

J’ai repéré Scott Trowbridge et Ann Morrow Johnson debout ensemble dans l’atrium.

« Désolé pour les perturbations », a déclaré Trowbridge en souriant.

« Oui », m’a dit Johnson. « Je sais que ce n’est pas ainsi que vous voudriez qu’une croisière se passe. »

Je me suis retirée dans une chambre d’hôtel à Kissimmee, avec un sabre laser que j’avais assemblé sur Batuu. J’ai cliqué dessus pour l’allumer et l’éteindre. Une vraie fenêtre donnait sur un parking où se tenait un cercle d’adolescents qui donnaient des coups de pied au sol. J’ai allumé la télévision et j’ai appris que la Russie avait envahi l’Ukraine.

Les GN parlent d’un concept appelé « saignement », la sensation qui se produit lorsque les émotions que vous imaginez de votre personnage se mêlent aux vôtres. Maintenant, le fantasme «Star Wars» de la guerre asymétrique avait saigné dans la vie réelle. Sur l’un des groupes Facebook de Starcruiser, un post se plaignait que le costume « Star Wars » qu’elle avait commandé sur Etsy avait été bloqué car la couturière vivait en Ukraine. « Nous sommes une nation d’artisans », m’a dit un GNiste ukrainien nommé Ilya Kuchinsky depuis son appartement à Kiev. Kuchinsky fabrique des armures en plastique détaillées pour des batailles fantastiques qui font rage à travers le monde. Sur Telegram, il avait plaisanté avec ses copains de GN qui se battaient sur le front. « Nous parlons avec beaucoup d’idiomes fantastiques », a-t-il déclaré. « Nous appelons les Russes Orcs.

« Nous étions une grande famille de GNistes », a-t-il poursuivi. Mais, ces dernières années, il ne pouvait s’empêcher de voir les Russes comme des ennemis, des citoyens d’un empire qui considérait l’Ukraine comme une colonie. Pourtant, a-t-il dit, « ne parlant pas en tant qu’Ukrainien mais en tant que GNiste, c’est mauvais pour le GN, parce que les GNistes russes, c’est une grande communauté. »

Kuchinsky a estimé que le GN avait facilité le fait de rester calme alors même que la guerre devenait plus brutale. « Nous changeons tellement de fois les réalités que la situation n’est plus si difficile pour nous », a-t-il déclaré. « Sauf lorsque nous perdons nos amis ou des membres de notre famille. Vous ne pouvez pas être préparé à cela. »

Récemment, il a parcouru une centaine de kilomètres pour évacuer deux familles de Tchernigov, une ville fortement bombardée près de la frontière russe. « Lorsque je conduisais en territoire ennemi », a-t-il déclaré, « j’ai réfléchi à différentes situations : et si j’avais besoin d’essence ? Et si je vois des chars ? Que vais-je faire ? C’était une sorte d’aventure de Grandeur Nature, mais avec plus de profondeur émotionnelle. »

Quelques semaines plus tard, j’ai écouté une interview d’un cadre de Lucasfilm qui avait travaillé sur le Galactic Starcruiser. La Résistance l’emporte toujours, a-t-il confirmé, mais l’histoire cède la place aux joueurs qui fantasment sur la loi martiale et les uniformes du Premier Ordre. Ou, comme le disent certains GNistes, si vous jouez pour perdre, vous obtiendrez une meilleure histoire. Cela m’a rappelé les conseils que Kuchinsky avait pour les forces russes et leurs objectifs expansionnistes. « S’il vous plaît, n’essayez pas de gagner », a-t-il dit. « Profitez simplement de l’endroit où vous êtes. »


Et encore une chose

Puisque cet article parle de Star Wars, la nouvelle série, centrée sur Obi-Wan, sort justement… demain sur Disney+.


Article écrit par Gus. Rédacteur-en-chef de Gus&Co. Travaille dans le monde du jeu depuis 1989 comme auteur et journaliste. Et comme joueur, surtout. Ses quatre passions : les jeux narratifs, sa ménagerie et les maths.


Et vous ? Est-ce que ça vous tenterait de faire du Grandeur Nature dans un parc d’attraction Disney ?

L’article Immersion dans le Grandeur Nature Disney est apparu en premier sur Gus & Co.