Lockdown, un jeu semi-coopératif qui vous plonge dans un monde horrifique envahi de monstres. Pour survivre, il va falloir trahir !


Lockdown

Dans Lockdown, le confinement, en français, on se retrouve plongé en plein été 2023, au sud des États-Unis. Soudain, sans que personne ne sache pourquoi, un dérèglement des lois de la nature est constaté par les scientifiques. Les nuits se sont allongées, les feuilles des arbres se sont assombries et de longs filets de mousse noirâtre rampent comme une peste vers les villes, contaminant tout sur leur passage. Une odeur âcre de pourriture s’insinue dans les quartiers. Puis tout est allé très vite, cadavres retrouvés démembrés et dévorés, la panique générale et l’apparition des premiers monstres.

Vous avez aimé cette petite intro ? C’est tout le programme de Lockdown, un jeu semi coopératif d’horreur, dans lequel vous incarnez des familles recluses dans un centre commercial assiégé par des monstres. Malgré le déploiement de l’armée la fin semble inéluctable. Les cachettes se font rares et les réserves de nourriture s’épuisent.

Vous avez réussi à sauver vos proches et vous vous êtes réfugiés dans un centre commercial encore préservé derrière son rideau de fer. Mais pas pour longtemps. Le lieu est cerné par les créatures. Il va falloir résister et survivre aux attaques extérieures mais également se méfier des autres familles réfugiées également ici et prêtes à tout, comme vous, pour sauver leur clan en priorité.

Sauvez votre famille, laissez les autres mourir !

Lockdown, le jeu de plateau, vous entraine dans un univers horrifique et oppressant. Plusieurs familles, dont la vôtre, sont enfermées dans un centre commercial.

Lockdown est un jeu semi-coopératif ou vous devrez être prêts à tout pour sauver votre famille, quitte à trahir et laisser mourir vos partenaires de survie au moment le plus opportun. Il vous faudra résister toutes les nuits aux attaques des monstres, toujours plus nombreux et négocier pour protéger vos proches au détriment des autres familles.

Lockdown des zombies de la ville de l’horreur

Lockdown est la réédition de Zombies, sorti en 2005 chez Asmodee. Devenu ensuite City of Horror, une réédition sept ans plus tard en 2012 chez Repos Prod (racheté par Asmodee en 2020).

Et donc, nous voici fin 2022, 17 ans après la sortie initiale du jeu. Même auteur, Nicolas Normandon, autre éditeur. Ce sont les Grenoblois de Grrre Games qui s’y collent cette fois. Lockdown en reprend tous les aspects, thème, mécanique, avec cette fois un matériel plus ramassé. Et une couv un peu moins réussie, à mon goût.

Plus de place pour l’empathie, votre priorité est à la survie !

Dans Lockdown, vous devrez coopérer dans une certaine mesure, car vous n’y arriverez pas seul mais il vous faudra n’avoir aucun scrupule en retournant votre veste lorsque le moment sera venu.

Alliances éphémères, mensonges et trahisons. Tous les coups sont permis pour trouver de l’essence pendant la grève des raffineries survivre.

Comment on joue ?

Bienvenue dans votre nouveau chez vous !

6 dalles de jeu représentent les lieux du centre commercial : toilettes, boutique de fringues, salle de surveillance, magasin de jouet, hall vitré et parking. Devant vous une carte représentant un écran de téléphone avec les membres de votre famille. Chaque membre à des forces différentes de combat, des pouvoirs ou handicaps spécifiques ainsi que des points de victoire en cas de survie.

Chaque tour représente une journée passée, avec des actions répétitives ainsi que des phases de vote pour attribuer des pouvoirs, comme avoir accès au stock de marchandises ou être en charge des caméras de sécurité qui indiquent l’emplacement des monstres. Vous voterez également pour jeter vos adversaires dans la gueule des monstres à votre place.

Des cartes avec différents pouvoirs seront prélevées du camion de marchandise et distribuées à certaines personnes. Elles sont des atouts dans la lutte contre les monstres, pour vous octroyer des voix en plus lors des votes ou pour des déplacements spéciaux. Ces cartes peuvent être utilisées pour vous et votre famille mais seront également des monnaies d’échange importantes lors des négociations.

En fonction des indications données par la personne détentrice du badge de sécurité vous déplacerez à chaque tour un membre de votre famille. Avez-vous raison de lui faire confiance, pouvez-vous vous allier à lui ou aux autres familles ? Vous le saurez lorsque les monstres attaquent.

Chaque lieu est résolu à tour de rôle. Vous comparerez la force des personnages présents dans le lieu à celles des monstres autour de vous. En cas d’égalité de pouvoir ou pouvoir inférieur les monstres n’arrivent pas à entrer et vous survivrez temporairement. Sinon l’une des personnes seront sacrifiées.

N’oubliez pas, seule la survie de votre famille compte.

Vote

Les votes se déroulent en 2 phases :

  • une phase de discussion, de troc de matériel, de négociation et de serments d’alliance
  • une phase de désignation. Comptez jusqu’à 3 et pointez la personne qui sera désignée

Le vote peut être positif lorsqu’il s’agit d’attribuer des rôles et des pouvoirs, comme négatif lorsqu’il s’agit de désigner la personne qui sera livrée au monstre.

Lorsqu’une personne est dévorée par un monstre elle rejoint la tuile chambre froide. Lorsque les corps s’y accumulent les monstres récupèrent des forces spéciales.

Les enfants, si fragiles et auxquels nous tenons tant sont peu préparés pour la survie et pleurent souvent. Les « chialeurs » attirent irrémédiablement les monstres. Il va falloir en tenir compte…et peut-être vous en débarrasser ?

Le rassemblement de plusieurs personnes dans un même lieu renforce la lutte contre les monstres mais en attire également plus. Il va falloir prévoir des déplacements stratégiques, ni trop de monde, ni pas assez.

Lorsque qu’un lieu est totalement entouré par des monstres il se ferme et n’est plus disponible. Au fil des tours, les lieux de replis vont se restreindre et la lutte devenir de plus en plus féroce.

La partie s’achève lorsque qu’il y a un nombre égal ou inférieur aux nombre de joueurs et joueuses en jeu. Le décompte des points des survivants est fait et le carte d’épilogue, parmi les 21 disponibles est lue à tout le monde.

Lors des parties suivantes vous tiendrez compte de votre progression à la suite de cet épilogue.

Lockdown, on en pense quoi ?

Tout d’abord ce jeu est exceptionnel par la qualité de son matériel et par son graphisme. Hormis sa couv un peu… désuète, chaque détail, cartes, tuiles lieux, jetons personnages, monstres, etc. est travaillé pour être le plus immersif possible. Très belle réussite et pour un rapport qualité du matériel / prix très attractif.

La règle du jeu est bien présentée et accompagnée de commentaires qui nous plongent directement dans le vif du sujet.

Le déroulement de la partie est clair et les actions faciles à suivre grâce à un résumé disponible en fin de règle.

Les 21 épilogues permettent une évolution et une progression au fils des parties.

Il est proposé pour 3 à 6. Clairement plus favorable dès 5 personnes au minimum selon nous. À 3 personnes vous avez un membre de la famille en plus mais la partie met clairement plus de temps à démarrer et les interactions sont moins riches.

Lockdown, verdict

À, lire ce qui précède vous pourriez n’avoir aucun doute sur notre avis dithyrambique sur ce jeu. Et bien non. Notre avis sur le jeu est plus que mitigé.

Tout y est pour passer une sordide journée à frapper des monstres et casser des alliances en toute impunité.

Oui, mais non.

L’ambiance peine à prendre. Même en la jouant trahison/alliance au maximum, nous avons rencontré des difficultés à vraiment éprouve un quelconque plaisir à y jouer. Les actions sont répétitives : on fouille, on vote, on combat les monstres et on… recommence.

Les trahisons n’apportent pas le kiff que nous pourrions avoir d’habitude dans ce type de « jeu d’enfoirés ». Elles sont prévisibles, très vite démasquées. On se retrouve par conséquent plus tentés à coopérer que dans un semi-coopératif où l’on joue avec plaisir à « Joe l’embrouille ». La bonne utilisation des objets récoltés ne fait que repousser l’issue fatale.

Je n’ai joué à aucune des deux autres versions, ni à celle de 2005, ni à celle de 2012. Mais cette troisième mouture ne m’a vraiment, vraiment pas emballée. Lockdown n’arrive pas à la cheville de la référence en la matière, Dead of Winter. Autant je voue un véritable culte, ludique, pour Nidavellir, le best-seller de Grrre Games, autant là, avec Lockdown, je suis peu convaincue.

Des zombies, un confinement, des trahisons. Tout y était pour constituer un jeu prenant. Trop répétitif, le jeu finit par lasser plus que par passionner. On s’amuse peu, on baille beaucoup. Un bouillon de pop culture qui tache sans laisser de trace.

Bof bof.

⭐⭐

Note : 2 sur 5. 35 euros chez Philibert 35 euros chez Play-in


  • Création : Nicolas Normandon
  • Illustrations : Vincent Lefèvre
  • Édition : Grrre Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 3 à 6 (tourne mieux à 5-6)
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (bonne estimation)
  • Durée : 45 minutes
  • Thème : Zombies
  • Mécaniques principales : Semi-coopératif, vote, négociation, alliance et trahison. Pour en savoir plus sur les différentes mécaniques de jeux, c’est ici.


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in.

Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez.

Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Aline. Elle travaille dans le domaine social. Elle est tombée toute petite dans la marmite du jeu sous toutes ses formes (plateau, jeux vidéo, escape room, murder). Écrire sur le blog lui permet de découvrir de nouveaux jeux et partager de vrais coups de cœur.

L’article Lockdown. Confinement chez les streum est apparu en premier sur Gus & Co.