L’Audio du 6 juillet 2017

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-6-juillet-2017.mp3

C’était d’ailleurs pareil en Europe où les principales places de bourse restaient extrêmement dubitatives quand à la suite des choses à faire. Alors on reprenait un peu les vieilles histoires, on les réchauffait un peu et on jouait à se faire croire que ça nous intéressait vraiment. En premier, il y avait toujours cette épée de Damoclès qui nous pèse depuis 3 jours ; les tirs de missiles Nord-Coréens. Comme à peu près l’ensemble du Gouvernement américain a profité du jour de congé pour exprimer vertement ce qu’ils pensent de l’autre abruti qui a étudié en Suisse, on peut raisonnablement penser que le niveau de ras-le-bol est proche.

À force de se foutre de Américains, en en rajoutant sur le fait que le tir de missile c’était pour le 4 juillet, il commence à jouer avec le feu. Les USA réclament des sanctions contre le gros joufflu, mais au bout d’un moment, il ne faudra pas s’étonner que Trump pète un câble et envoie les Marines. Hier ça ne s’est pas trop ressenti négativement sur les marchés, mais comme on a tellement rien à se dire que l’on se fait mousser avec des choses qui n’ont pas forcément lieu d’être.

Le sujet suivant c’était le pétrole. Ce dernier vient de nous faire un voyage spectaculaire de 42.25$ à 47$ et hier la Russie a annoncé qu’elle refusait toute discussion avec l’OPEP afin de couper la production d’or noir. Le baril s’est pris immédiatement 3% dans le couvercle. Il n’en fallait donc pas plus pour que les Européens, puis les Américains dans la foulée, vendent le secteur pétrolier, ce qui est super-original d’ailleurs. Et puis ça tombe bien parce qu’hier les analystes de l’UBS avaient justement annoncé que le baril devrait monter de 20% d’ici Noël, ce qui s’est passé hier est une excellente nouvelle, dorénavant il y a 23% de potentiel de hausse…

Finalement LA GROSSE nouvelle de la journée en Europe, c’est Adidas qui prenait 5% après un upgrade de chez HSBC – comme quoi ce genre de truc ça fonctionne encore pour faire monter un titre, même si empiriquement parlant, une recommandation d’achat de la part d’une banque a une chance sur deux de fonctionner.

Aux USA, on était en mode « rotation de secteur », on sortait des pétrolières et de gros noms du Dow Jones et on achetait à nouveau les semiconducteurs – du coup l’indice du secteur a effectué un « reversal » presque parfait sur le support qu’il ne fallait pas casser – et on se jetait également sur la biotechnologie. Pour le reste, ça donnait vaguement l’impression que les intervenants faisaient deux ou trois ajustements dans les portefeuilles, juste histoire de voir si tout fonctionnait bien après la cuite de la veille.

À noter au passage que Tesla s’est faite déglinguer hier soir. Chose inhabituelle ces derniers mois, puisque généralement le titre ne fait que monter et dès que Musk montre sa tronche à la télé il bondit de 10%. Mais là, hier Tesla a annoncé le nombre de voitures qui ont été livrée au premier semestre et c’était une déception.

Oui, en effet, les analystes attendaient des livraisons entre 47’000 et 50’000 véhicules, mais Tesla a annonce 47’100 voitures au 30 juin 2017. Vous en conviendrez, ça reste dans le « range », mais c’était « en bas du range » et, « en bas du range », ça veut dire que c’est décevant. Le titre s’est donc fait tirer dans les pneus et abandonnait plus de 7% rentrant du même coup –du point de vue technique – dans une zone de correction. Bon, ce qui est tout de même hilarant, c’est que Tesla vaut plus que Ford, mais qu’ils ont annoncé avoir vendu 47’100 voitures en six mois, alors que Ford a annoncé avoir vendu plus d’un million de voitures, mais uniquement sur le mois de juin.

Merci votre honneur, je n’ajouterai rien.

Mais LA CHOSE importante de la journée c’était les minutes du FOMC Meeting. En général, quand ce genre de rapport est publié, on se délecte de chaque phrase, en espérant que chacune d’entre elles va nous donner la formule pour le code secret sur l’avenir des taux. Hier encore, ce fût un gros événement plein de rien du tout, puisque l’on a appris qu’ils n’étaient pas tous d’accord sur à peu près tous les sujets ; hausse des taux en automne, réduction du bilan de la FED, le café avec ou sans sucre et la viande dans les sandwichs de midi. En conclusion, on peut retourner se coucher et attendre les chiffres de l’emploi de vendredi qui EUX, vont nous donner des réponses, c’est sûr.

Ce matin l’or est toujours là où nous l’avions laissé hier, à 1226$ et l’Asie est en baisse. Le Japon recule de 0,5% et, dans une belle harmonie, Hong Kong et la Chine baissent de 0.3%.

Dans les nouvelles importantes de ce jeudi matin, on retiendra qu’hier le Dow Jones des Transports – qui contient, comme son nom l’indique des titres liés aux transports – a terminé au plus haut de tous les temps. Très peu de monde l’a noté et quasiment personne n’en parle. Sauf qu’historiquement parlant, la corrélation Dow Jones et Dow Jones Transportation est un facteur important de « bonne santé » pour le Bull Market. Quand les deux indices montent de concert, ceci est considéré comme le plus ancien signal d’achat pour le marché.

Nous avons donc un signal d’achat majeur sur le marché – sauf que tout le monde s’en fout parce qu’on préférerait quand même que l’on finisse par corriger pour de vrai.

On notera aussi que Bank of America tire la sonnette d’alarme sur les ETF’s. La banque américaine, par la voix de sa stratège en chef à annoncé qu’actuellement Vanguard, un des plus gros provider d’ETF’s du monde sont a eux seuls détenteurs de plus de 5% du capital de 491 titres du S&P500. Pas besoin de développer plus sur le sujet, ils sont trop gros et partout trop gros, ce qui pourrait, à terme se retourner contre nous. Surtout si tout le monde commence à faire tous la même chose au même moment et ensemble.

On ne prendra bien sûr aucune mesure contre cela, on préfèrera nettement attendra que ça nous pète à la figure d’abord.

Le FT revient sur les Minutes du FOMC meeting et estime que la FED est prête à réduire le bilan et le soutien à l’économie dans les mois à venir, bien que cela reste à prouver. On apprend également que le FMI a revu à la baisse les perspectives de croissance du Viêt-Nam – je ne sais pas si je vais m’en remettre. Sans compter que Volvo va passer au tout électrique d’ici 2019 – certains disent que ça va faire mal à Tesla, bonne nouvelle, d’ici 2019, il est plus que probable que Volvo ne soit pas les seuls à faire du mal à Tesla.

Aujourd’hui le G-20 d’Hambourg ouvre ses portes, ça va être chaud, puisqu’ils ne sont pas tous d’accord sur les sujets du monde, surtout quand Trump va arriver.

Le Barron’s aime Oracle et pense que « sky is the limit » pour le titre, surtout grâce avec son « cloud business ». On est impressionné par le fait que le thème du Cloud semble encore une fois LA solution à tous les problèmes. Vous avez un problème de stratégie ? Lancez-vous dans le Cloud. On se demande d’ailleurs pourquoi Dan Loeb ne pousse pas Nestlé à se lancer dans le Cloud pour booster sa croissance, au lieu de bêtement vendre l’Oréal. Le journal nous explique aussi pourquoi il ne faut pas avoir peur d’un marché qui ne baisse jamais.

Côté chiffres économiques, nous aurons les Factory Orders en Allemagne, le CPI en Suisse, le Challenger Job Cuts, les chiffres ADP de l’emploi qui, comme je le dis chaque mois, est censé nous donner un « inside » sur les chiffres de l’emploi de demain. Il y aura aussi les Jobless Claims, le Trade Balance Américain, les PMI américains, l’ISM non-manufacturing et les inventaires pétroliers. En gros, il y a un paquet de trucs qui vont sortir, le tout ayant été décalé à cause du 4 juillet, mais à la fin ce qu’on veut c’est les chiffres de demain…

Pour le moment les futures sont inchangés et je crains que la journée d’aujourd’hui soit aussi longue que celle d’hier. Vivement demain, ou lundi, je ne sais pas…

Excellente journée à tous !!!

Thomas Veillet
Investir.ch

« We are all born ignorant, but one must work hard to remain stupid. »

Benjamin Franklin

L’article Beaucoup de bruit pour rien est apparu en premier sur investir.ch.