L’Audio du 16 septembre 2020

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-16-septembre-2020.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

Des pommes ? NON, des clous

Tous ceux qui se sont inscrit pour aller au Keynote d’Apple – il ne faut pas le nier – attendaient avec impatience l’arrivée du nouvel iPhone 12 qui pourrait se connecter à la 5G et qui pourra directement distribuer le vaccin ant-covid via les ondes et qui pourra ensuite contrôler nos vies, puisque nos consciences seront downloadées et aspirées dans nos iPhones. Wait.. Stop.. mais attendez, en fait ça c’est déjà fait, moi rien qu’hier j’ai failli me faire shooter par un tram et deux vélos qui n’étaient PAS sur une piste cyclable parce que j’étais au téléphone. Pardon, SUR mon téléphone en marchand dans la rue. Mis à part ça, ceux qui sont allés ou qui ont suivi le Keynote d’Apple en auront donc été pour leurs frais parce qu’on n’a même pas vu une photo de l’iPhone 12 pendant que l’on nous balançait une tonne d’informations sur la nouvelle montre d’Apple et des services (payants) qui lui sont attachés, du 32ème facelift de l’iPad qui reste de toute façon un gros iPhone qu’on peut pas mettre dans la poche. Et finalement on se dit que l’on savait pour l’iPhone 12 – qu’Apple nous avait prévenus qu’il y avait des problèmes d’approvisionnement dans les semi-conducteurs que l’on met dans l’iPhone 12 (en plus du vaccin) et que finalement faudrait encore se contenter quelques temps de son vieil iPhone 11 MAX PRO à 1’800 balles. Du Apple a rien fait et c’est les AUTRES qui ont dû se coltiner le boulot de faire monter le Nasdaq.

Damned 1200 caractères pour en arriver à dire qu’Apple n’a rien fait. Bon, mis à part ça, il s’est quand même passé des choses ailleurs. En plus des bons chiffres économiques chinois et germaniques, on notera que les intervenants se concentrent toujours sur les vaccins – non parce que c’est la course dans tous les sens et on est à deux doigts de penser que certaines boîtes vont mettre de l’eau sucrée dans un tube et nous vendre ça comme une révolution anti-covid juste pour avoir LE PREMIER vaccin hors Moscou. Parce que oui, les vaccins russes ça compte pas encore visiblement. En tous les cas, hier la société BionTech qui bosse en collaboration avec Pfizer a annoncé avoir reçu des commandes de l’Allemagne pour un vaccin qui n’existe pas encore. Pendant que les Chinois annonçaient qu’ils auraient un vaccin pour novembre et nous en Suisse avec nos multiples pharmaceutiques, toujours rien. Que dalle, on va se fournir ailleurs ou alors il nous restera les Chocapics de Nestlé, il paraît qu’en grosse quantité, ça fait de l’effet. Et puis j’ai même vu à la télé qu’un produit naturel fabriqué en Thurgovie à base de plantes serait efficace contre le COVID. Le problème c’est que l’on peut pas le distribuer avec la 5G avec une puce de traçage à l’intérieur.

La Reine des neiges

Pour le reste de la journée on a aussi Snowflake qui a finalement fixé son prix d’émission à 120$. Le spécialiste du software du cloud qui devrait aussi devenir un doux mélange entre Tesla et Apple en terme d’amour de la part de Wall Street, devrait commencer à traiter aujourd’hui – ne me demandez pas à combien, ça risque d’être presque aussi fou, passionnant et excitant qu’une conférence de presse du Conseil Fédéral en anglais quand c’est Guy Parmelin qui parle – quoi que dans le cas de Snowflake, ça sera sûrement moins drôle. Pendant que tout le monde fantasmait sur Snowflake, il y avait quand même des analystes qui prenaient le temps de réfléchir et d’essayer d’anticiper le meeting de la FED qui commençait hier soir.

Et là, quand on parle d’anticipation, on anticipe pas mal parce que selon les experts en analyse comportementale de Jerome Powell, on estime qu’il ne faut rien attendre sur les taux avant 2024. Alors vous voyez, ce genre de commentaires ; j’adore. Non, sérieusement je suis un fan invétéré. Depuis que je fais ce métier, j’ai toujours aimé les gars qui se mouillaient et qui prenaient des paris, mais à partir d’une certaine distance éloignée dans le continuum espace-temps, ça me faisait plutôt rire. Et, étonnement, plus on va loin dans le temps, plus je me marre. Mais là, quand on parle de hausse des taux éventuelle en 2024, c’est un vrai fou-rire et j’en ai les larmes aux yeux. Ce qui veut dire que je vous écris à l’aveugle. Non, mais sérieusement. Aujourd’hui, 80% des gens ne sont pas foutus ou n’ont pas envie d’investir pour plus de 3 jours et tournent leurs vestes aussi vite que la lumière et on nous fait des paris sur le comportement des taux dans 4 ans alors que l’on ne sait même pas si l’on va se débarrasser de cette merde de COVID et si un jour on pourra se serrer la main à nouveau ou si Apple fera une application virtuelle pour ça… Et les gars viennent nous dire 24 heures avant le discours de Powell que les taux ne bougeront pas avant 2024. Et moi je vous dis que Snowflake ira à 1’000 $ avant 2034.

L’Asie et l’Europe, l’Indochine et la France

Avant de passer au sujet de l’Asie, notons que les marchés Européens ont fini leur journée en hausse. 0.16% pour l’Allemagne et 0.32% pour la France. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça ne frise pas l’euphorie – même le SMI a terminé mieux que ça avec une hausse de 0.6% ET en cassant ses résistances à la hausse. Au fond de moi, je ne peux pas m’empêcher d’être irrémédiablement bullish sur ces trois marchés, avec les rotations de secteurs qui ont l’air de se mettre en place, je pense que nous ne sommes pas loin de voir un retour de l’intérêt sur nos « vieux » marchés européens – l’Euro/Dollar ne veut plus monter et au bout d’un moment, si on part du principe que la patience est la mère des vertus, l’Europe va finir par repartir. Pour le moment, il faut reconnaître que les journées sont plates et peu intéressantes en Allemagne et en France, mais le « range » se resserre et je ne serais pas étonné de voir le marché repartir comme un seul homme un de ces 4. En ce qui concerne le SMI, les Pharmas prennent le lead sur les bancaires qui ont eu leurs 24 heures de gloire jusqu’à que le merger soit confirmé et ça à l’air de partir à la hausse. Qu’on se le dise.

Graphique du SMI – Source : Tradingview.com

En Asie ce matin c’est le calme plat, les indices ne font virtuellement rien du tout et le Premier Ministre japonais vient de démissionner officiellement, mais comme on le savait, tout le monde s’en fout. On notera que les exportations japonaises sont en baisse de 14.8%, mais comme c’est moins pire que prévu tout va bien. L’OPEP à baisser ses prévisions de demande sur baril. Mauvaise nouvelle. Mais le baril a repris 4% et se traite presque à 39$. Ne me demandez pas la logique – ça doit avoir quelque chose à voir avec les shorts dans le marché, mais bon, ce qui compte c’est que le baril remonte – enfin – pendant ce temps, l’or ne fait rien- il se traite à 1967$ et montre une forte envie de partir retester les 2’000$ – enfin, c’est l’impression que ça donne.

Nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, on parle d’anti-trust. Un procès contre Facebook pourrait voir le jour d’ici la fin de l’année. Le titre perdait 1.6% after close. Ces procès anti-trust sont toujours aussi prévisibles. On a une grosse boîte qui développe un concept, qui devient encore plus grosse et qui devient presque monopolistique – dans le cas de Facebook, quel intérêt à avoir 64 réseaux sociaux en parallèle ? Ce n’est donc pas surprenant qu’ils soient devenus dominateurs et quand Facebook a passé le milliard d’abonnés, ils étaient où les mecs de l’anti-trust ? En train de jouer sur Facebook à CandyCrush ? ou en train de parler à une esthéticienne ukrainienne qui habite en Côte d’Ivoire depuis 3 semaines ? Bref, ils veulent voir que Facebook respecte tout bien et vont quand même tenter de leur coller une amende pour payer la fête de fin d’année du service. Un peu comme ils avaient essayé de faire avec Microsoft à l’époque et quand Microsoft avait proposé d’immigrer au Canada et de payer leurs impôts là-bas, tout s’est réglé comme par magie.

Le feuilleton Tik-Tok continue. Maintenant la Maison Blanche ne veut plus de partenariat, mais uniquement une société américaine indépendante. On se demande à quel moment quelqu’un va dire à Trump d’aller se faire… enfin, vous voyez. Pour le reste, la SEC confirme avoir mis Nikola sous enquête et le titre perdait 8% hier encore et puis, à propos de fraude, le patron de Ernst & Young a envoyé une lettre d’excuse aux clients pour s’excuser du monumental foirage dans l’affaire Wirecard, la lettre a mis un peu de temps à arriver parce qu’il a fallu faire accoster le Yacht et trouver une boîte aux lettres pour poster les enveloppes. On sent presque les larmes aux yeux dans les mots du chairman de la boîte d’audit. Et puis l’expert mondial en vaccin Bill Gates ne s’attend pas à un vaccin avant la fin de l’année, mais s’il devait y en avoir un, ça serait Pfizer qui serait le mieux positionné. Autrement, tout le monde parle de Snowflake.

Les chiffres du jour

Côté chiffres du jour, nous aurons la FED ce soir. Et puis les retail sales aux USA et le Trade Balance en Europe. Pour le reste, les futures sont en hausse de 0.2% et Apple est en baisse de 0.67% hors marchés. En ce qui me concerne, je vous souhaite une très belle journée, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook avant que l’antitrust ferme la boîte ou allez sur LinkedIn, ils n’y ont pas encore pensé.

Bonne journée et à demain, ou à toute à l’heure sur YouTube, chaîne Swissquote Suisse.

Thomas Veillet

Investir.ch

« L’intelligence d’un discours dépend surtout de celui qui l’écoute. » Coluche

L’article Ce genre de matin où tu te demandes ce que tu vas bien pouvoir raconter d’intéressant – et puis tu te dis qu’il y a quand même le COVID est apparu en premier sur investir.ch.