L’Audio du 7 septembre 2018

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-7-septembre.m4a

Il n’y a pas besoin d’aller chercher bien loin les raisons de la baisse, puisque l’on utilise toujours les mêmes thèmes :

1) Les tensions liées à la guerre économiques, puisque dès ce matin les USA vont taxer 200 milliards de bien d’importation en provenance de la Chine et que, même si depuis qu’ils ont commencé à le faire il y a quelques semaines, ça ne fait que monter, on a peur que CETTE FOIS ça puisse faire du mal.
2) La déconfiture des marchés émergents qui n’arrive pas à trouver le début de la fin, même si on sait que le FMI et les banques centrales sont la clé à court terme, ces derniers ne semblent pas pressés d’agir et de calmer le jeu. La Turquie et l’Argentine sont les deux principales sources d’inquiétudes.
3) Le Nasdaq et la techno sont en train vivre leur PIRE semaine depuis la dernière semaine du mois de mars – on lui a d’ailleurs déjà trouvé un nom à cette semaine : la Tech Wreck … Ce qui me semble juste complétement débile, étant donné que le Nasdaq a perdu 2.5% jusque là et qu’en mars c’était plutôt proche des 6%. Mais bon, depuis le temps qu’on attend ce KRACH, il serait quand même temps qu’il arrive, bon sang de bonsoir…

Sur ces trois « thématiques » hautement pointues que seuls les maîtres de l’analyse financière sont capables de comprendre les marchés sont en pleine dépression nerveuse. L’Europe est déjà carrément dans une camisole de force et il n’y a plus d’espoir. Chaque jour qui passe il y a de toute façon une mauvaise nouvelle qui pèse sur l’Europe et même si la mauvaise nouvelle en question concerne une autre région du monde, l’Europe la prend pour elle – personnellement – l’Europe c’est devenu « toute la misère du monde », s’il y un tremblement de terre à l’autre bout du monde, c’est les bourses européennes qui en paient les conséquences. Si Trump se fâche avec la Chine et que la Chine envoie des missiles intercontinentaux, c’est en Europe qu’ils vont tomber.

Et puis aux USA, on compte les blessés pour le moment, trois jours de baisse pour le début du mois de septembre, c’est un plan qui se déroule sans accroc, puisque ça fait trois semaines que l’on nous prédit la fin du monde en septembre et le coup de grâce en octobre.

Bref, l’ambiance est pourrie actuellement et tout spécialement sur les secteurs technologiques. La moindre mauvaise nouvelle est amplifiée pour justifier la théorique de la correction majeure qui s’approche et amalgamer la chose avec le fait que, tout le monde le sait, les bull markets ne durent pas « pour toujours » et que chaque jour qui passe nous rapproche du prochain krach.

En plus hier les genevois n’étaient pas là pour cause de jeûne et pour avoir le temps de lire les aveux et les excuses de Pierre Maudet – et la plupart des mêmes genevois ne sont pas revenus et ils ont bien raison.

Ailleurs l’or est à 1205 et le baril s’est pris les pieds dans le tapis et revient à 67.75$, quand au Bitcoin et tout le reste des Cryptomonnaies se sont fait défoncer après que Goldman Sachs ait mis en « pause » son projet de trading desk « special cryptos ». Le Bitcoin a perdu 15% en 24 heures et se traite sous les 6400$.

Pour le reste, il n’y a quasiment pas de « vraies nouvelles », on se raccroche à tout le réchauffé cité plus haut. Aujourd’hui il y aura les chiffres de l’emploi aux USA ; les Non-Farm Payrolls comme on les appelle – et puis ce soir ça sera le week-end et je pense sincèrement que c’est la meilleure nouvelle de la semaine.

Je m’en vais donc laisser tous les adeptes de la fin du monde tergiverser sur les HORRIBLES 2.5% de baisse de cette semaine et on se retrouve lundi matin pour voir si par hasard on a autre chose à faire que brasser les mêmes histoires encore et encore…

Passez un excellent week-end et à lundi.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Les Français m’agacent prodigieusement, mais comme je ne connais aucune langue étrangère, je suis bien obligé de parler avec eux. »

Michel Audiard

L’article Cours de rattrapage : ça peut AUSSI baisser est apparu en premier sur investir.ch.