L’Audio du 7 août

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-7-aout.m4a

Je dois dire que ce n’est pas simple à croire, imaginer que les traders aient plus envie d’acheter quand il fait beau que quand il pleut, c’est un peu comme croire que les marchés vont monter ou descendre en fonction du vainqueur du Superbowl chaque année ; un peu ésotérique. À ce stade-là, pourquoi ne pas carrément aller brûler des cierges à la Cathédrale Saint Pierre ou se mettre à sacrifier des agneaux pour lire le future boursier dans des flaques de sang.

Et pourtant, hier quand je vois qu’il fait 1300 degrés dans la rue et que rien que se traîner au restaurant est devenu un effort surhumain à tel point que lors de l’orage du soir, nous sommes presque contents, voir carrément heureux et qu’en plus je me rend compte que les marchés ne foutent pratiquement rien, je crois que je commence à trouver un lien de cause à effet.

Toujours est-il qu’hier les marchés boursiers étaient ouverts. Kim Jong Un avait décrété un jour de fête nationale puisque le 6 août, c’était aussi le jour du premier bombardement américain sur le Japon en 1945, sur Hiroshima, mais mis à part ça, tout était ouvert.

L’Europe ne faisait pas grand-chose, puisque l’ensemble des marchés du vieux continent observaient les déclarations des uns et des autres dans le cadre du championnat du monde de guerre économique organisé par les USA cette année. Les Chinois n’étaient pas contents du comportement de l’avant-centre de l’équipe américaine et ce dernier se gaussait sur Twitter pour dire que de son côté, ça rigolait plutôt pas mal.

La mise en place des nouvelles taxes douanières annoncées par Trump n’ont pas changé la face du monde, pour ne pas dire que tout le monde s’en tape comme de son premier Mojito. Mais dans le doute les marchés européens ne faisaient rien. Même pire, les Factory Orders Allemands étaient tellement mauvais que les experts commençaient à croire que les pressions douanières sur la Chine faisaient plus de mal à l’Europe qu’aux Chinois.

Peu importe. On parlait un peu économie en faisant des projections abracadabrantesques sur la croissance de l’Europe, les Anglais se demandaient si le BREXIT n’allait pas finalement se faire sans accord commercial préalable avec l’Europe et puis on se disait que les chiffres d’HSBC étaient peu intéressants et que même ils n’auraient pas été publiés ça aurait été aussi, par contre il valait mieux être dans le business des chaussures, puisque Todd’s prenait 18% hier en Italie.

Eh oui, on s’excite comme on peut.

Aux USA, on parlait des taxes douanières, on regardait les Chinois s’égosiller et s’énerver sur le sujet – la Chine perdait d’ailleurs 1% hier dans la foulée, pour cent qui est largement récupéré ce matin – on se demandait aussi combien de temps cela allait prendre pour que le S&P500 batte des records historiques, puisque nous ne sommes qu’à quelques points du « Graal » et bien que j’entende ici et là des voix qui disent que « cette année la bourse ne va pas bien », nous sommes tout de même tout proche des plus hauts de tous les temps et pour certaines actions – comme Apple – c’est déjà fait depuis un moment.

Pas mal pour un marché « pourri » dans la mémoire collective.

Pour le reste, à New York, on achète de la « techno » – encore – on se jette sur ce qui est déjà monté, puisque la croissance est là. On élimine les trucs qui publient des chiffres pourris et on se concentre sur le reste. Goldman Sachs vient d’annoncer que 2018 pourrait être l’année qui aura vu 1000 milliards de dollars dévoués aux rachats d’actions. Apple qui est déjà en plein dans un programme de rachat vient d’ailleurs d’en approuver un second de 100 milliards, pas facile d’être négatif dans cet environnement, même si on sait qu’un jour ça va baisser, il n’est pas simple d’expliquer au client l’envie de rester cash…

Plus il fait beau, cela pousse donc les acheteurs à sortir du bois et les dépressifs à attendre leur tour pour prêcher la fin du monde. Donc si ce matin on vous demande : « Dis papa, pourquoi la bourse elle monte ? », il faut répondre ça :

« Tu vois mon fils, les Américains ont mis un Président en place qui a le QI d’une moule avariée, mais qui tente des choses jamais tentées par un homme politique depuis que la politique a été inventée. Et parfois, son culot et sa bêtise fonctionnent, du coup, l’économie cartonne et tout va bien aux USA – et quand tout va bien aux USA , le reste du monde à envie de participer au Happy End Hollywoodien mis en place par Donald Trump. Les résultats du trimestre sont bons et l’impact des taxes douanières mises en place par le type au QI de moule avariée semblent n’avoir que très peu d’impact sur les ventes de pommes de terre en Idaho, cela va donc plutôt bien et à la fin, il y a plus d’acheteurs que de vendeurs et la bourse elle monte, parce qu’il fait beau et qu’on ne sait pas quoi faire ».

ça devrait occuper la réflexion de l’investisseur moyen pour les 12 prochaines minutes.

Pour le reste, le pétrole passe au-dessus des 69$ parce que les Américains ont mis en place les nouvelles sanctions vis-à-vis de l’Iran et le Bitcoin continue de se faire défoncer, puisqu’il se traite juste sous les 7’000$. En ce qui concerne la baisse du Bitcoin, si l’on vous demande pourquoi ça baisse durant l’apéro de ce soir, vous pourrez répondre que : « vu que la profitabilité des « Miners » a diminué de 90% depuis le début de l’année, les « miners » en question, vendent leurs bitcoin ». Votre vis-à-vis n’y comprendra rien et même si vous même n’y comprenez rien, vous passerez pour un expert et c’est toujours bien de passer pour un expert.

L’or attend toujours son stock de viagra, mais il est visiblement bloqué à la douane entre la Chine et les USA… Il ne se passe rien sur l’or, on dirait un match de deuxième division de football en Suisse.

Pour les nouvelles du jour, on ne va pas perdre du temps, c’est du réchauffé que l’on connaît déjà ; la guerre économique qui fait parler d’elle, les chiffres du trimestre qui sont plus ou moins bons, dépendant de l’interprétation que l’on en fait, Trump est un idiot, la Chine n’est pas contente, il fait trop chaud, on aime les orage et vivement la rentrée.

Jamie Dimon s’en prend à nouveau au Bitcoin, le patron de JP Morgan pense que ça va mal se finir et que quelqu’un va finir par se faire tuer… Et pour le reste, on a connu des matins avec plus de choses à dire, mais c’était rarement au mois d’août.

Dans les autres opinions de la journée sur Investir.ch, je vous recommande de jeter un œil à la dernière publication de Goldman Sachs que vous trouverez un peu plus bas, histoire de comprendre pourquoi les marchés émergents se fichent pas mal de la guerre économique et puis vous comprendrez aussi combien la sécheresse affecte la production de blé.

Pour ce qui est des chiffres économiques, il y aura la Production Industrielle et le Trade Balance en Allemagne. À voir les Factory Orders d’hier, on peut avoir un peu peur. Et puis aux USA, il y aura les JOLTS.

Pour le moment les futures sont encore au lit et font la grasse matinée et ça promet d’être aussi excitant qu’hier.

Voilà, c’est tout pour ce matin. Il me reste à vous souhaiter une belle journée, n’oubliez pas de vous hydrater en écoutant cette chronique et n’hésitez pas non plus à cliquer partout sur les banners du site et sur les likes un peu partout, parce qu’il faut bien que l’on paie la climatisation aussi.

Excellente journée et à demain, si vous le voulez bien. Quoi qu’il en soit, je serai là.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Everything is funny, as long as it’s happening to somebody else. »
Will Rogers

L’article Dans la chaleur écrasante de l’été est apparu en premier sur investir.ch.