Le secteur vu par DAMO

La vision de Gartner est aussi partagée par les chinois. DAMO, le centre de recherches scientifiques d’Alibaba a publié son rapport annuel. Il en ressort dix tendances plus scientifiques que celles émises par Gartner d’après Loïc Duval (informatiquenews.fr, janvier 2021). Il ne s’agit donc pas vraiment de prédictions mais plutôt de nouvelles approches que les entreprises sont invitées à explorer. L’article de Loïc Duval offre une synthèse de ce rapport dont voici de larges extraits.

Vers une troisième génération de semi-conducteurs

Nitrure de gallium (GaN) et carbure de silicium (SiC) sont au cœur d’une troisième génération de semi-conducteurs. Au cours des cinq prochaines années, ces nouveaux matériaux semi-conducteurs seront largement utilisés dans les stations 5G, les voitures à énergies nouvelles, les réseaux électriques intelligents (smart grids) et les datacenters.

Démontrer l’hégémonie quantique

En 2021, scientifiques et innovateurs vont devoir davantage travailler ensemble pour rapidement atteindre deux jalons clés : la correction des erreurs quantiques et la démonstration des avantages pratiques de l’informatique quantique. L’exploration des avantages pratiques du quantique sur la physique analogique et les projets Open Source de calculs quantiques sont deux domaines à surveiller également.

L’électronique flexible

Pour DAMO, l’électronique flexible est une révolution à même de transformer le quotidien et nos modes de vie. Étiquettes électroniques, peau électronique, batteries souples, c’est la notion même d’appareils portables et de wearables qui s’en trouve métamorphoser.

L’IA pour accélérer la médecine et le développement de vaccins

L’année 2020 a joué son rôle d’accélérateur non seulement dans la transformation numérique des entreprises mais également dans l’application de l’IA dans la recherche médicale notamment autour du développement de médicaments et de vaccins. Avant 2020, le coût moyen de la mise au point d’un nouveau médicament était de 2,6 milliards de dollars avec un temps de développement d’au moins 10 ans. L’IA vient bouleverser cette équation.

Casser les barrières des interactions Homme-Machine

2021 va voir se populariser un concept: l’intelligence hybride. Les progrès réalisés dans les interfaces cérébrales ou «cerveau-machine» permettent d’explorer de nouvelles expériences où le cerveau humain communique directement avec les machines. Commander la machine par la pensée n’est plus de la science-fiction. Comment garantir que ces processus technologiques évoluent en toute sécurité dans l’intérêt de l’être humain lui-même? C’est pour DAMO l’un des plus grands défis, si ce n’est le plus grand défi, que l’humanité devra relever.

Self-Evolving Data Processing ou le nécessaire traitement automatisé des données

Le cloud computing n’a fait qu’accroître l’évidente explosion de la volumétrie des données capturées. Les systèmes de gestion des données doivent devenir «auto-évolutifs» et «auto-maintenus». L’IA va jouer un rôle crucial dans la sécurité et la fiabilité des systèmes de données, dans la définition automatique de métadonnées, dans la fusion des données non structurées et des données structurées.

Le cloud n’a pas fini de refaçonner les systèmes d’information

Lors du dernier événement «11.11», les infrastructures cloud d’Alibaba ont absorbé 583 000 commandes par seconde. Pour DAMO, l’avenir s’entend «cloud native». Processeurs, serveurs, stockage, et systèmes d’exploitation seront de plus en plus abstraits pour réduire les temps et coûts de développement.

L’ère de l’agriculture digitale

Appliquer le cloud, l’IA, l’IoT, la 5G et la Blockchain à l’agriculture. Telle est l’une des priorités de 2021. Cette numérisation de l’agriculture est essentielle pour relever les défis posés par le faible taux d’utilisation des ressources foncières et le manque de liaison entre production et commerce de détail. Elle est aussi essentielle à la sécurité et la fiabilité des chaînes d’approvisionnement.

L’intelligence industrielle, un phénomène mondial

L’utilisation de l’IA et des technologies numériques dans le secteur industriel a contribué à la survie de bien des industries en 2020, année de crise pandémique. Cette intelligence industrielle doit éclairer les décisions de l’industrie manufacturière dans un monde qui appelle à une gestion bien plus avisée des ressources de la planète dans le respect d’une économie circulaire plus avertie.

Les smart-cities s’offrent des centres d’opérations intelligents

Le concept de  villes intelligentes» a plus d’une décennie. Améliorer la gouvernance urbaine grâce au numérique est une réalité croissante mais beaucoup reste à faire. IA et jumeaux numériques sont au cœur des recherches actuelles en matière de smart-cities.

Le secteur vu par Deloitte

Dans son «2021 outlook for the US technology industry» la société de consulting relève trois points critiques que les compagnies du secteur doivent prendre en considération.

Redoubler d’efforts pour la transformation numérique

Face aux nouvelles pressions et contraintes, les entreprises s’efforcent d’améliorer leur agilité et leur flexibilité, d’accroître l’automatisation et de passer à des opérations en temps réel. Pour accélérer les efforts de transformation numérique, il faudra probablement se consacrer à nouveau à l’amélioration de l’infrastructure du cloud, des données et des capacités d’analyse, ainsi que de la cybersécurité. Les recettes mondiales des services publics dans le nuage devraient atteindre 308,5 milliards de dollars en 2021 et 354,6 milliards de dollars d’ici 2022.

Réorienter et requalifier la main-d’œuvre

Les entreprises technologiques tirent de plus en plus parti des possibilités de travail à distance et permettent à d’autres entreprises de faire de même. Au nom de l’amélioration de l’efficacité, de plus en plus d’entreprises exploitent également les technologies d’IA à la fois pour rationaliser les tâches et augmenter les capacités. Pour les travailleurs, cela signifie qu’ils auront probablement besoin de plus de soutien et de possibilités de développement.

Mais il existe des défis majeurs à relever, tels que la sécurité des données et la protection de la vie privée. Le travail à distance présente également des défis en termes d’augmentation de la charge de travail informatique, de perte potentielle de productivité et de manque de camaraderie avec les collègues.

Réexaminer où et comment se fait la fabrication

Les perturbations causées par la pandémie de COVID-19 ont mis à nu les vulnérabilités des réseaux d’approvisionnement de nombreuses entreprises technologiques. Les entreprises technologiques devraient continuer à explorer la possibilité de délocaliser et de diversifier leurs installations de production. Elles devraient également chercher à améliorer la transparence, la flexibilité et la résilience tout en réduisant l’impact environnemental.

 

L’article Faut-il encore acheter les titres technologiques? [#2/3] est apparu en premier sur investir.ch.