L’Audio du 18 septembre 2020

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-18-septembre-2020.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

JP

En général, les marchés sont très attentifs au discours de la FED et ont tendance à réagir assez violemment lorsque la Banque Centrale Américaine fait des déclarations fracassantes, ce qui n’était pourtant pas le cas cette fois-ci. C’est presque une première que l’on pourrait intituler : « Comment la FED trouble les marchés en ne faisant strictement RIEN ». Depuis mercredi soir on se pose beaucoup de questions et même si on aimerait bien tout mettre sur le dos de Jerome Powell, on se rend quand même compte qu’il n’a rien de spécial, mais que nous, on vend quand même. Alors oui, le patron de la FED a déclaré que la crise économique dans laquelle nous sommes n’est pas la plus facile que nous ayons traversée et qu’elle pourrait être longue et difficile, mais pour être franc, qui croyait le contraire ? On a quand même fermé la moitié de la planète pendant 2 mois, on ne pouvait quand même pas s’attendre à que ça soit mieux qu’avant – sauf si on était milliardaire avant la pandémie, auquel cas on serait passé de très très riche à très, très, très, très riche. Mais pour le reste c’est l’évidence même. Nous sommes dans la merde et ça pourrait durer quand même plus longtemps qu’il ne faut à Tesla pour tripler sa valeur boursière.

Clairement le dernier discours de Powell provoque l’interrogation, le doute et l’envie de partir prendre des cours de peinture sur soie, histoire de penser à autre chose pendant quelques heures. Sauf que pendant ce temps, les marchés sont vendeurs. Comme d’habitude les grosses Bertha se sont faites taper dessus à New York, le Nasdaq termine presque au plus de ces 3 dernières semaines et en-dessous de la moyenne mobile des 50 jours – ce qui fait qu’on a connu des configurations graphiques qui étaient plus joyeuses et moins stressantes, surtout que pendant ce temps, le S&P500 joue avec le feu en flirtant dangereusement avec des zones de support que l’on préfèrerait observer avec un poil de recul. En gros la journée d’hier était de ces journées déprimantes que l’on préfèrerait oublier, surtout qu’elle nous a laissé dans un état relativement déplorable techniquement parlant.

Tout a baissé

Au- delà des marchés US qui sont au bord du gouffre et qui hésitent à faire un grand pas en avant, les marchés du vieux continent n’ont pas réussi à tirer leur épingle du jeu, puisque tout le monde terminait dans le rouge, on aurait pourtant pu se dire qu’avec l’Euro/Dollar qui titillait les 1.1750 hier matin, le DAX, le CAC et leurs cousins avaient une carte à jouer. C’était sans compter le fait que l’Euro/Dollar en question refusait de rendre les armes et remontait brutalement au-dessus des 1.18, comme s’il lui était impossible de vivre et de respirer en-dessous de cette limite. Même le SMI qui avait donné l’impression de casser à la hausse revenait juste en-dessous de cette limite de cassure, comme si personne actuellement, n’avait le courage de prendre le moindre risque en sortant des sentiers battus. Non, le plus simple c’est d’avoir un portefeuille en Apple, Amazon, Google, Facebook et Microsoft et quand ça baisse vous réduisez vos positions et quand ça monte vous augmente vos positions. Et puis quand vous avez envie de « vraiment » pendre des risques de fou, vous achetez de la Tesla – si possible après 4 jours de baisse, c’est mieux.

Grahique du SMI – Source : Tradingview.com

Lorsque je regarde ce que je viens de vous narrer, je me dis que j’ai dû être bien déprimant. Alors je vais conclure cette récapitulation en disant qu’hier on a quand même réussi à s’exciter un peu, parce qu’il y avait quand même une IPO qui chauffait le marché – alors soit, pas aussi chaud que la veille, mais quand même. Hier c’était Sumo Logic qui après avoir été « pricée » à 22$, terminait la journée en hausse de plus de 20%. Alors soit, ce n’est pas Snowflake, mais on ne peut pas faire 130% sur toutes les IPO. Aujourd’hui c’est Unity qui fera ses premiers pas sur le marché et pour être franc, c’est à peu près la seule chose d’excitante qu’il y a sur le marché en ce moment, bien que le vieux comme moi, commencent à se dire que cette débauche d’IPO’s qui cartonnent commence furieusement à nous rappeler 1999. Je ne suis pas loin de penser que dès qu’AirBNB va arriver en bourse, ça sera la dernière qui sonne et on pourra tout vendre, le krach sera à nos portes.

L’Asie et le reste

Ce matin l’Asie semble avoir digéré la gueule de bois « post FED » et les marchés sont tous plus ou moins en hausse, plutôt moins que plus, mais les marchés du Far East semblent vouloir – temporairement en tous les cas – résister à la dépression actuelle de Wall Street. Le Japon est à peine en hausse, mais la Chine progresse de 0.6% et semble ne pas vouloir rendre les armes malgré les tensions avec les USA et le fait que la techno est un peu « out of fashion ». À propos de la Chine, on parle encore et encore de Tik-Tok, ça devient presque lassant et c’est presque aussi ennuyeux que le contenu qui est mis en ligne sur le même Tik-Tok, mais toujours est-il que le feuilleton continue et maintenant on parle de créer une Holding dans laquelle Walmart, Oracle et peut-être Microsoft prendraient des parts histoire que tout le monde ait un morceau du gâteau. Ça devient aussi barbant qu’une Telenovela Brésilienne, surtout que cette nuit, ByteDance propose une IPO pour Tik-Tok. Carrément.

Du côté des matières premières, l’or est toujours en embuscade à 1960$ et le pétrole profite du fait que le Golfe du Mexique est devenu une zone de villégiature pour Hurricanes et actuellement le brut est repassé au-dessus des 41$ et semble plutôt bien disposé depuis 2-3 jours.

News du jour

Dans les nouvelles du jour, on continue avec le thème des élections présidentielles américaines, Biden est très actif en ce moment, puisqu’il déclare que Trump est presque un criminel dans sa façon d’avoir géré la crise du COVID et dans la foulée, il menace la Russie et déclare qu’ils paieront le prix – économiquement parlant – s’ils s’avisent de se mêler des élections en cours. Pendant ce temps, Trump est accusé d’agression sexuelle par un ancien mannequin, parce qu’il l’a tripotée dans sa loge VIP de l’US Open en 1997, l’année où Patrick Rafter et Martina Hingis avaient gagné.

Autrement il y a Moderna qui annonce que son développement de vaccin sera un peu plus lent que prévu et apparemment, ça sera compliqué de voir arriver quelque chose avant la fin de l’année. Trump n’a plus qu’à  compter sur Pfizer. Par contre Moderna annonce également qu’ils se lancent dans le développement d’un nouveau vaccin contre la grippe saisonnière. Visiblement tout le monde s’en fout parce qu’on a oublié qu’il y a d’autre maladie sur la planète et que l’on commence à croire sincèrement que mis à part le COVID ; on ne meurt plus de rien d’autre. Du côté des financières, c’est en Espagne que tout le fun se passe, puisque les deux Banques Espagnoles Caixa et Bankia ont décidé d’unir leurs destins, l’annonce officielle devrait être faite ce matin. Et cela ne pose qu’une autre question : qui seront les prochaines à se pacser ? Est-ce enfin l’heure de voir se passer un tout gros truc en Suisse ? On se réjouis déjà de voir Ueli Maurer gérer l’annonce et les 15’000 licenciements qui vont aller avec une fusion UBS/Crédit Suisse.

Mais encore

Sur le front du COVID ; l’OMS estime que la hausse des cas est en train de devenir préoccupante en Europe et on parle de nouveau confinement en Espagne – ça devrait aussi venir en France, au moins le nain de l’Elysée pourra se targuer de ne pas avoir eu d’émeutes sociales en automne pour la première fois de l’histoire grâce à lui ! Alors bon, moi je ne sais pas, mais je ne comprends pas tout ni très bien, surtout parce que j’ai arrêté mes études de virologie assez vite. Quand je vois que le nombre de tests sont en explosion exponentielle, je me dis que ça doit être normal que sur une population entière, plus on teste et plus y a de cas.

Du coup, il faut peut-être se rabattre sur le nombre de lits occupés dans les hôpitaux et apparemment ça à l’air d’aller. Alors il reste les décès. Oui, il y a des décès, mais quand on regarde les chiffres et quand on nous communique les chiffres, pourquoi est-ce que l’on ne nous donne pas les chiffres du nombre de décès à cause du cancer, des accidents de la route, ou de tout autre maladie ? ça nous permettrait peut-être de relativiser avant d’imaginer que l’on doit tous retourner en cage… Enfin bref, j’en sais rien mais plus ça va plus j’ai l’impression que les clowns qui nous dirigent se foutent bien de nous.

Pour parler d’un sujet plus léger et moins polémique, rappelons encore que la Banque d’Angleterre a déclaré que JAMAIS L’AVENIR ECONOMIQUE n’avait été aussi incertain et que les doutes autour du BREXIT et du COVID, n’aidaient pas. Les gars c’est des visionnaires. C’est rassurant de les avoir à nos côtés.

Les chiffres du jour

Côté chiffres du jour, nous aurons la confiance du consommateur version Michigan et le fait que c’est vendredi et que ça fera du bien à tout le monde de fermer pour 48 heures. Pour le moment les futurs sont en baisse de 0.3% et les charts américains tirent une gueule qui déprimerait l’inventeur du XANAX.

Passez un excellent week-end et on se retrouve lundi ou sur YouTube dans deux heures.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Il y aurait plusieurs façons d’être con, mais le con choisit toujours la pire.”

Frédéric Dard

L’article La FED renforce le doute et le doute renforce la peur et à la fin c’est les Allemands qui gagnent est apparu en premier sur investir.ch.