L’Audio du 26 janvier 2018

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-26-janvier.mp3

Hier nous avons longuement parlé d’une phrase assassine du Secrétaire du Trésor américain qui avait déclaré qu’un dollar faible était bon pour les exportations. Phrase qui avait déclenché un nouveau rallye en faveur de l’Euro et qui n’avait que moyennement arrangé les plans de Monsieur Draghi qui s’était vu obligé de corriger à la va-vite son discours prêt depuis deux semaines pour la conférence de presse de la BCE ce jeudi.

Sans compter que Draghi devait être super frustré, puisque les grands de ce monde sont tous en train de faire du ski à Davos pendant que lui est bloqué à faire le guignol à Bruxelles, a essayer d’éteindre le feu qui a été mis à l’Euro par son ex-collègue de Goldman Sachs – on peut d’ailleurs être étonné puisqu’au vu de l’organisation tentaculaire des « anciens de chez Goldman », on aurait quand même pu s’attendre à un peu plus de coordination de la part de la direction générale à New York. Le but n’était quand même pas de mettre en porte-à-faux les collègues en poste depuis longtemps, collègues qui pagaient depuis des mois pour essayer de grapiller 0.1% d’inflation pendant que l’autre andouille de Washington vient tout planter en trois mots avec sa bimbo blonde à ses côtés.

La journée d’hier était donc placée sous le signe de la petite phrase qui peut tout changer. Trump a relativisé le discours de Mnuchin en disant que sa phrase était sortie de son contexte et que, selon lui le dollar devrait tout de même graduellement remonter et retrouver sa superbe, même si ces mots sont quelques peut contradictoires par rapport à ce qu’il disait il y a 6 mois.

Puis Draghi a parlé, il a confirmé que l’inflation en Europe était en hausse – même si fallait le dire vite – il a également déclaré que l’Europe elle va trop bien. Même si elle irait vachement mieux avec un Euro-Dollar à 1.15, voir un 1.12. On a bien senti, même si les mots étaient choisis, qu’il avait la grosse colère qui montait et que si il tombait sur Mnuchin au détour d’une piste de ski ou d’une ruelle peut éclairée, le problème de la faiblesse du billet vert ou de la force y relative de l’Euro aurait pu se régler un peu plus rapidement.

Dans l’intervalle, l’Euro/Dollar s’est fait un nouveau pic de fièvre à 1.25 et des poussières avant de se péter la figure à 1.2380, victime d’un paramètre que l’on avait quelque peu oublié : la volatilité.

Draghi a également laissé entendre que les taux ne remonteraient pas de si tôt dans ces conditions et qu’il ne partirait pas en vacances d’été avec le Secrétaire du Trésor de chez Goldman Sachs. Euh. Pardon, des Etats-Unis d’Amérique. Une chose est certaine, depuis quelques jours, le FOREX est devenu la préoccupation des marchés financiers et le reste semble être devenu secondaire.

Pourtant hier il y avait encore un wagon de chiffres, mais on ne les a regardé que d’un œil. 3M a fait mieux que les attentes, tout comme Celgene et les deux montaient, grâce aux investisseurs reconnaissants. American Airlines a fait mieux que les attentes, mais le secteur n’est pas populaire en ce moment, le titre se faisait donc taper sur la tête, puis Ford a déçu donnant surtout des prévisions toutes pourries. Le fabricant de la Mustang de Steve McQueen se retrouvait donc sous pression, malgré tous les beaux projets qui pointent à l’horizon et la sortie de la version « Bullit » de la Mustang pour les 50 ans du film.

Version qui n’est pas d’ailleurs par commercialisée en Europe, grosse déception, mais passons.

Autrement Apple était sous pression parce que Morgan Stanley se posait des question sur l’iPhone X, Tesla plongeait de 2.5% alors que le Model 3 pourrait avoir encore plus de retard – on est presque en train de se demander si le Model 3 n’est pas la même chose que l’Hyperloop : un joli fantasme.

En Europe Clariant perdait 8% après que SABIC, la société Saoudienne de chimie ait annoncé avoir acquis 25% de la société Suisse. Toujours en Suisse, Aryzta perdait 21% après avoir annoncé des chiffres tous pourris à cause du BREXIT. Il y a deux jours c’est Suez qui pleure à cause des Catalans et là c’est les Suisses qui couinent à cause d’une votation d’il y a 18 mois de l’autre côté de la Manche. Au passage Nordea a foiré son trimestre et le titre perdait plus de 4%, mais pour être franc, l’Europe s’est plutôt concentrée sur Draghi qui avait envie de péter la gueule à Mnuchin et de tacler Trump juste en dessus des genoux que sur le reste.

À la fin de la journée, le Dow Jones est à nouveau au plus haut de tous les temps, le S&P500 n’y arrive plus depuis deux jours, hier soir une stratégiste américaine, dont on ne citera pas le nom afin de pas l’humilier le jour où elle aura tort, a prévenu ses clients qu’il fallait se préparer à une correction de plus de 10% tout soudain, mais qu’il ne fallait pas non plus paniquer parce qu’à la fin de l’année on sera quand même plus haut et qu’il nous faudra entre 3 et 6 mois pour récupérer de la correction à venir.

Par contre elle n’a pas prévenu quelle sera la température sur la plage de Key Byscaine le 29 mars à 11h30. Comme quoi ils ne sont pas toujours très précis ces analystes.

Mais je reconnais, je critique, je critique, mais je ne dis rien. Voici donc ma prévision pour les mois à venir : « Je pense que dans l’environnement actuel les marchés ont encore largement assez de force pour monter fort et rapidement, tout au moins lentement et un tout petit peu. On ne peut cependant pas exclure qu’après 9 ans de Bull Market nous entrions dans une phase de correction qui nous surprendrait en nous frappant derrière les oreilles tel le fermier qui tue le lapin pour le dîner. Cependant, étant donné la baisse de la volatilité ces récents mois, il existe un possibilité d’immobilisme total du marché ».

En conclusion, on peut monter, on peut baisser, mais on peut aussi ne rien faire.

Oui, moi aussi je peux brasser de l’air et dire qu’on va baisser puis monter et rebaisser après, ma seule certitude c’est que dans 48 heures le marché ne bougera pas parce qu’il sera fermé.

Pour le reste, les Cryptos ne font rien, l’or a reperdu 10$ à 1355$ et c’est presque aussi passionnant que le trading du quartier de porc au Moyen Orient et le pétrole reperdait un dollar à 65.33$ – parce que le Dollar rebondissait… Définitivement, le dollar est la clé et la préoccupation du moment.

Ce matin l’Asie semble « rassurée » par … je vous le donne en mille : le dollar. Le Nikkei est toujours en baisse de 0.2%, mais Hong Kong est en hausse de 1.31%, comme si on venait de lui injecter une dose d’adrénaline et la Chine suit placidement derrière, progressant de 0.4%. Au passage, le Hang Seng est en hausse de 11% depuis le début de l’année, alors soit, le début de l’année pour de vrai, pour eux, sera le 17 février, puisque l’on passera du coq au chien (et pas du coq à l’âne, ce qui est assez surprenant), mais pour le moment, Hong Kong va plutôt bien en terme de performance, donnant même l’impression que le S&P500 est plutôt anémique.

Dans les nouvelles du jour, Trump va parler à Davos, on va regarder ça attentivement histoire de voir ce que le Dollar – encore lui – va faire dans son sillage. On est prêt à toutes les éventualités. On a également entendu Soros qui est inquiet des armes nucléaires, de Trump et du niveau de cherté des FAANG’s. Dans le Wall Street Journal on apprend que Bill Ackman vient de prendre un participation dans NIKE, désolé pour Nike, mais à voir le track d’Ackman ces derniers temps, on peut se demander si ce n’est pas de mauvaise augure pour le sponsor de Federer.

Dell voudrait faire son IPO ou alors trouver une solution pour faire équipe avec VMWare et devenir un acteur du cloud. Encore un. Le Barron’s laisse entendre que Kroger et Alibaba pourraient « joindre » leurs force pour devenir plus fort dans le concept de supermarché et pour ne pas laisser Amazon faire ce qu’ils veulent.

L’Agence de rating Weiss, basée en Floride a publié les premiers ratings sur les Cryptomonnaies. Le Bitcoin s’en sort avec un C+ et l’Ethereum avec un B. Aucune des Cryptos ne récupère un A sur 74 candidats. Déjà que l’on peut se dire que les agences de ratings sont moyennement fiables, j’ai des doutes avec un rating sur les Cryptos, mais pour certains cela « valide » les monnaies virtuelles dans la vraie économie.

Côté chiffres économiques, il y aura le GDP en Angleterre et aux USA. Pour les chiffres du trimestre, nous aurons Colgate et Gentex, mais pour être franc, les yeux seront directement braqués sur Davos et le discours du Président Américain.

Pour le moment les futures sont en légère hausse et le thème devrait toujours tourner autour du Dollar, le Dollar qui a largement repris la tête des monnaies dans les médias, même le Bitcoin n’arrive pas à attirer les regards autant que le billet vert ces derniers jours.

Je crois que c’est tout pour aujourd’hui, il me reste à vous souhaiter une excellente journée, un non moins excellent week-end et on se retrouve lundi matin pour voir si Roger peut faire la passe de 20 et pour être franc, c’est quand même plus intéressant que le discours de Trump.

À lundi !

Thomas Veillet
Investir.ch

« Do or do not. There is no try »
—Yoda

L’article La guerre des mots, le poids de l’Euro est apparu en premier sur investir.ch.