L’Audio du 5 janvier 2021

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-5-janvier-2021.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

Si on avait cru que 2021 allait tout changer, ça aura réglé tout de suite

Si l’on devait décrire la journée d’hier, on aurait dit : on a ouvert fort et on a fini faible. Voir très faible.

L’Europe avait ouvert à fond la caisse et s’est dégonflée durant la journée. L’optimisme qui régnait hier matin a été rapidement mis à mal par les craintes d’un nouveau durcissement des confinements. Visiblement les politiciens qui sont censés gérer la pandémie, sont à peu près aussi adroit que des éléphants dans un magasin de porcelaine et les va-et-vient de toute cette équipe de bras cassés, tous pays confondus, a semblé exaspérer les marchés. Une fois New York ouvert on en rajoutait une couche avec le nouveau confinement strict de l’Angleterre, le fait que les vaccins ne fonctionnent pas aussi lentement que nécessaire et aussi vite que possible, dérange quelque peu les investisseurs qui attendent toujours leur RECOVERY de dans quelques mois qu’on leur a promis. En résumé, et pour faire simple on a plus ou moins les mêmes stress qu’en 2020 et les angoisses restent les mêmes. Sauf que cette fois, on ne peut même pas compter sur le STIMULUS qui arrivera un jour – il serait bon que le futur-clown de la Maison Blanche commence à articuler des chiffres sur le stimulus qu’il compte mettre en place dès sa canonisation en tant que Saint POTUS.

Non, parce que l’on sait tous pertinemment qu’un simple chiffre de plein de milliers de milliards – même bidon – suffirait amplement à effacer les angoisses, guérir les doutes, faciliter le retour de l’être aimé et à faire installer les pneus neige à distance sur la voiture. Mais pour l’instant rien. Et du coup on doute.

Sachant que l’on n’a plus rien à se mettre sous la dent, que le Stimulus est flou, que le BREXIT est plié, que les résultats des vaccins se font attendre et que Biden n’a plus appointé de vieillard grabataire en plus de lui dans son gouvernement ; on cherche des excuses pour vendre.

Berset donne le ton

Si l’on regarde le timing du début de la baisse des marchés, ils ont commencé à baisser quand notre bien-aimé Ministre de la santé de la Suisse, le grand chauve à col roulé, a annoncé qu’il envisageait éventuellement peut-être, de prolonger le semi-confinement de la Suisse jusqu’à la fin du mois de février. On ne la voyait pas venir du tout celle-là – un prolongement du SEMI-CONFINEMENT – à force de faire des moitiés de bricolage on arrive à rien, mais imaginer que ces semi-déclarations aient pu déclencher le début de la baisse serait donner bien trop de considération à cette équipe de responsables du rayon bricolage de la Migros de Berne.

Et puis il faut surtout dire que dans les marchés financiers on est largement capable de trouver des trucs pour se faire flipper tout seul. Hier, il s’est passé un évènement majeur qui pourrait tout changer – enfin, je ne sais pas si ça va tout changer, mais en tous les cas, depuis hier y a un mec qui a pointé du doigt le fait que, je cite :

« L’évaluation de l’inflation future par les investisseurs obligataires s’intensifie, dans l’espoir que le lancement des vaccins contribuera à une reprise économique plus rapide cette année. Le taux d’équilibre sur dix ans, ou ce que les détenteurs de titres du Trésor protégés contre l’inflation anticipent comme moyenne de l’inflation au cours de la prochaine décennie, est passé à 2,01 % lundi »

Oui il fallait que je vous l’écrive en entier, parce que sinon c’était relativement indigeste. Vous pourrez même d’ailleurs le relire plusieurs fois et me faire une dissertation sur l’impact sur les marchés et sur pourquoi ça débarque hier – lundi 4 janvier. On pourrait d’ailleurs traduire cela différemment : il y a des mecs, dans le monde merveilleux de la HAUTE finance, qui font des calculs pour essayer d’anticiper à quel moment la reprise économique POST-COVID va tellement exploser que cela poussera la FED à monter les taux.

ON EST EN PLEIN DÉLIRE

Donc, si je résume brièvement.

  • Le COVID est tellement hors de contrôle que les génies qui nous gouvernent sont en train de décider de tout refermer jusqu’aux Calendes grecques, tout ça parce que c’était ABSOLUMENT indispensable de fêter Noël et de se postillonner parmi au-dessus de la dinde ou du chapon. Je rappelle que le chapon et le politicien du monde la volaille – oui, parce que pour ceux qui ne savent pas, le chapon est un poulet castré.
  • Mis à part ça, les chiffres des contaminations ne faiblissent pas malgré le vaccin miracle et on ne sait pas quand il fera effet
  • L’OMS nous dit – en guise de vœux que 2020 c’était pourri et que 2021, ça sera pire – sans parler des 20 prochaines années – ils aurait posté une carte de vœux qui disait « ON VA TOUS CREVER », ça aurait été pareil.
  • Les chiffres économiques que l’on a sous la main, démontrent que – mis à part en Chine – l’économie est dans le coma et qu’on a à peu près autant de chance de voir une amélioration ce mois que d’avoir des billets pour le prochain concert de Michael Jackson.

Et y a un type qui panique en se demandant ce qui va se passer quand la FED va monter les taux durant les 10 PROCHAINES années – tout en sachant que l’on ne sait même pas si les chiffres de Non-Farm Payrolls seront potables vendredi prochain – pas dans DIX ANS, juste vendredi prochain. Je ne sais si c’est moi qui suis complètement idiot et c’est une hypothèse que l’on ne peut pas écarter – mais là je crois que l’on a fait très fort pour sortir des conneries pareilles le premier jour de trading de l’année – on sent que les vapeurs d’alcool du 31 décembre ne sont pas encore dissipées et que certains finissent les fonds de bouteilles qui n’ont plus de gaz.

Mais ça ne s’arrête pas là

Mais ça ne s’arrête pas là, bien au contraire. Dans la foulée, ce matin l’Asie est dans le rouge parce qu’ils ont peur du résultat des élections en Géorgie. Donc là tout de suite, il y a des gens à Tokyo et à Shanghai qui vendent leurs portefeuilles parce que selon les résultats des élections sénatoriales en Géorgie – la Géorgie, l’Etat Américain – pas le berceau de la démocratie dans l’Est de l’Europe. On vit vraiment dans un monde formidable où la politique dans un état qui a pour heure de gloire le fait d’avoir le siège de Coca-Cola chez eux peut faire bouger le Nikkei dans le mauvais sens.

Actuellement dans une belle harmonie et avec les yeux fixés sur la Géorgie, les trois indices principaux asiatiques sont en baisse 0.2%. L’or est à 1944$, l’argent se traite à 27.42$, le pétrole baisse depuis deux jours parce que l’OPEP n’est pas foutu de prendre une décision durant son meeting et qu’ils prolongent l’apéro – et le Bitcoin vaut 31’000$ après s’être fait balader violemment hier.

Les nouvelles du jour

Comme le premier jour de trading de l’année était en baisse, les statisticiens se sont précipités dessus et ont ressortit les chiffres des 834 années précédentes pour arriver à la conclusion que lorsque les indices baissent de plus de 1% le premier jour de trading – tenez-vous bien !

Vous êtes assis ???

Lorsque le Dow Jones baisse de plus de 1% le premier jour de trading de l’année – 40% du temps, il finit l’année plus bas – mais 60% du temps, il finit plus haut.

Lorsque le S&P500 baisse de plus de 1% le premier jour de trading de l’année – 42% du temps, il finit l’année plus bas – mais 58% du temps, il finit plus haut.

Lorsque le Nasdaq baisse de plus de 1% le premier jour de trading de l’année – 57% du temps, il finit l’année plus bas – mais 43% du temps, il finit plus haut.

En gros, quand on met tout ça dans un sac et qu’on mélange, ça donne plus ou moins : Quand le marché baisse de plus de 1% le premier jour de trading de l’année, t’as une chance sur deux que ça finisse plus bas et une chance sur deux que ça finisse plus haut – en gros, tu jettes une pièce en l’air et si c’est pile qui sort, tu shortes, si c’est face qui sort, tu achètes. Et dire qu’il y a des gens qui passent des heures à faire des calculs délirants pour arriver à ça !!!!!

Dans les autres nouvelles importantes on parle des élections en Géorgie – Biden dit que si les Démocrates gagnent, chaque Américain aura un chèque de 2’000$ – c’est pas de la corruption ça ?? On parle de la gué-guerre à l’intérieur même du parti républicain et des risques que cela implique pour la démocratie américaine – ou ce qu’il en reste. On parle aussi du confinement en Angleterre, des tensions sur la gestion du vaccin en France où le Roi Macron a fait sa grosse voix pour gronder le Ministre de la santé. On attend de voir ce que Berset va nous sortir de la manche et si un jour le concept de « liberté » sera remis en fonction, mais il n’y a rien de moins sûr.

Chiffres du jour

Pour les chiffres du jour, nous aurons les Retails Sales en Allemagne, les chiffres du chômage en Allemagne et en Espagne. L’ISM Manufacturier aux USA et Williams de la FED qui parlera. Mais pour nous, le chiffre le plus important de l’année, c’est le trafic qui augmente sur Investir.ch – en 2020, nous avons eu 4.2 millions de pages vues sur le site. Je propose que cette année, vous lisiez tous les jours un article de plus – comme ça dans un an, on fait 100% de progression et on pourra envisager de lancer la production d’une voiture électrique ou d’un smartphone solaire.

Trimestriels à venir – Source : Earningwhispers.com

Pour le moment les future sont légèrement en baisse parce que le COVID augmente la pression et que l’inflation nous guette et que la FED pourrait monter les taux d’un quart de point vers le mois d’octobre 2043, juste à la fin du 38ème semi-confinement en Suisse.

Je vous souhaite une très belle journée et on vous remercie d’avoir fait partie des 4.2 millions de visiteurs en 2020 et pour certains d’entre vous, plusieurs fois dans l’année.

Pour le reste et les dernières prévisions météorologiques des bourses mondiales, on se retrouve demain, même endroit, même heure.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Wine is constant proof that God loves us and loves to see us happy.”

– Benjamin Franklin

L’article La hausse des taux à la sauce COVID est apparu en premier sur investir.ch.