L’Audio du 13 juin 2019

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-13-juin-2019.m4a

Les taux et Powell aux archives

Je ne vais pas vous l’apprendre, la semaine dernière les marchés sont remontés. Pour trois raisons. La première c’est que Powell a laissé entendre à la finosphère (nouveau mot inventé ce matin qui pourrait rentrer dans le Larousse d’ici trois ans, signifiant « monde merveilleux de la finance », mais en moins long). Donc, Powell a laissé entendre à la « finosphère » qu’il pourrait éventuellement-peut-être, baisser les taux si Trump s’acharnait à planter l’économie en se battant avec la plupart de ses partenaires commerciaux.

La raison suivante c’est justement que Trump a déjà arrêté de se fâcher avec le Mexique depuis qu’il s’est rendu compte qu’une partie de ses balles de golf étaient fabriquées là-bas. Et la dernière raison c’était que les chiffres de l’emploi étaient pourris et que, du coup ça nous ramenait au fait que Powell POURRAIT baisser les taux.

72 heures plus tard

Trois jours après ces convictions qui étaient les nôtres, nous sommes déjà passé à autre chose, tel le chiot à qui on vient de lancer une balle 843 fois et qui n’a jamais arrêté de courir après et que, soudainement, vous lui mettez une assiette de pâtée devant le nez. Dans le millième de seconde qui va suivre, sa balle aura totalement disparu de son cerveau, immédiatement remplacée par l’odeur de la bouffe.

Pour l’investisseur c’est pareil. Dès que la distraction de Powell et de l’éventualité d’une baisse des taux est sortie de son esprit « monoproduit » – et il est scientifiquement prouvé qu’un investisseur ne peut pas se souvenir de quoi que ce soit du passé après environ trois nuits (dépendant de ce qu’il a consommé entre-deux) – l’investisseur reprend en compte le premier sujet de stress qui lui passe sous la main. Et là, on reparle de « tensions liées à la Trade War ».

Dis Papa, c’est quoi une « tension liée à la Trade War » ?

Alors, une tension liée à la Trade War, c’est un truc que l’on se réchauffe régulièrement et qui nous sert un peu d’exutoire au stress et de justification à nos peurs. C’est souvent utilisé par les médias quand ils ne savent plus quoi raconter pour justifier une baisse de 0.3% sur le marché. Oui, parce que ne nous méprenez pas en lisant la presse de ce matin, si l’on a baissé hier c’est que les tensions reprennent. Les gens SONT TERRIFIES DE VOIR ARRIVER LA GUERRE ECONOMIQUE, LA RECESSION ET ON A PEUR DE DEVOIR MANGER DU RAT À LA PLACE DU CAVIAR À LA LOUCHE et c’est pour ça que le marché a baissé de 0.2% sur le S&P500, 0.38% sur le Nasdaq et 0.33% sur le DAX.

Les jours sombres

Cette correction massive, que dis-je cet abominable krach boursier d’hier est principalement due « aux tensions liées à la Trade War ». Bon, d’accord, il est vrai que dans quelques jours il y a le G-20 et si l’on veut jouer à se foutre la trouille, on peut se dire que Xi Jinping ne viendra pas, que Trump sera fou de rage parce qu’il n’aura personne pour jouer au golf et que Macron sera trop occupé à éradiquer le capitalisme pour apprendre et que, du coup le Président Américain va instaurer des taxes de 100% sur les produits chinois et que, du coup, les iPhones vaudront 1’000 francs et que l’économie va s’effondrer.

Ah non, les iPhones valent déjà 1’000 frs me dit-on. Mais vous voyez ce que je veux dire. Et c’est pour ça et UNIQUEMENT pour ça que le marché a baissé de 0.2% hier. On sent bien la peur. Et surtout l’oubli du fait que Powell pourrait baisser les taux.

Le règne animalier dans la finance

Bref, on a baissé et quand on ne sait pas quoi raconter, les « tensions liées à la Trade War » ont bon dos. Surtout dans un monde où le poisson rouge est le benchmark de la mémoire et que le chiot est notre référence en terme de concentration. Et je ne vous dis même pas ce que font l’ours et le taureau pendant ce temps.

L’or et le pétrole continuent de prédire des orages

Dans tout ce qui est en train de se préparer en ce moment, le truc qui m’angoisse le plus c’est l’or et le pétrole. Comprenez-moi bien, je veux croire que les marchés vont aller plus haut, battre des records encore et encore et que Blanche Neige et les Sept Nains se marieront et auront beaucoup d’enfants et que les enfants joueront dans la saison 9 de Game of Thrones et que c’est la Reine des Neiges 2 qui chantera « libérés délivrés » à leur mariage, mais quand je vois le comportement de l’or et du pétrole, j’ai un peu peur quand même.

Pas peur de devoir manger du rat un jour, non. Mais peur qu’il y ait tout de même un truc qui se trame quelque part dans les milieux autorisés où nous on n’est pas et qui font que l’on ne comprend qu’après.

Or borné, pétrole plombé

En effet, l’or refuse de baisser et il aurait dû commencer à le faire il y a une semaine déjà – donc soit les Chinois ont une idée derrière la tête et ils font des stocks soit, il y a un truc de bizarre. Surtout que, pendant ce temps, le baril ne remonte pas. Dans des espoirs de relance économique suite à l’intervention de Powell, on devrait voir un rebond du baril.

Et pourtant : rien. Que dalle. Des inventaires trop hauts et une pression vendeuse qui persiste. Si j’osais je dirais qu’il y a quand même quelque chose qui ne joue pas quelque part.

L’Asie en mode printemps arabe

En ce qui concerne l’Asie, on est à nouveau franchement dans le rouge, mais la bonne nouvelle c’est que l’on change un peu de sujet et que la baisse n’a rien à voir avec nos « tensions liées à la Trade War » à nous. Eux ils se pètent la gueule parce que c’est la vraie guerre dans la rue à Hong Kong. Depuis deux jours, les 12 jours Gilets Jaunes qui restaient en France ont pris l’avion pour aller protester contre la perte d’une partie des droits civiques des citoyens locaux face à la loi chinoise.

Autant vous dire que les tarifs douaniers, actuellement on s’en moque comme de notre premier poisson rouge à Hong Kong. Ce matin le Hang Seng est À NOVEAU en baisse de 1.2%, le Nikkei suit le mouvement en reculant de 0.8% et la Chine, qui est un peu responsable de tout ça, subit une baisse de 0.44%. Purement par sympathie et pour montrer que 30 ans après Tien An Men, ils sont toujours au TOP niveau droits de l’homme.

Dans les nouvelles neuves

Pour ce qui nous attend aujourd’hui, on commence par le chapitre inévitable, celui de Trump. Aux dernières nouvelles, le Président US s’attend à rencontrer le patron de la Chine d’ici la fin du mois et exprime ses « espoirs » de voir un deal aboutir. Ce qui est génial c’est que pendant des mois y a trente mecs qui se sont rencontrés jour et nuit et qui ne sont arrivés à RIEN et là, le Tiger Woods de la Maison Blanche va rencontrer Xi et nous planter un birdy en 90 minutes de rendez-vous et régler la Trade War. S’il y arrive, ce type c’est Steve Austin, l’homme qui valait trois milliards.

Au chapitre de Trump toujours, on apprend qu’il va redéployer 1’000 soldats US en Europe – en Pologne pour être précis – « afin de contre-balancer » la présence de l’armée Russe dans la région. C’est vrai qu’après s’être fâché avec les Chinois, après avoir encouragé l’implantation de l’extrême droite en Europe, autant se prendre aussi la tête avec les Russes ! Plus on est de fous, plus on rit !

Italexit

Dans les sujets qui ne parlent pas de Trump on notera que les bruits de couloir sont de plus en plus insistants, l’Europe serait au bord de « blâmer » l’Italie parce qu’ils ne respectent pas les « lois européennes » et, selon d’autres rumeurs, l’Italie serait en train de leur préparer la traduction belge de « vaffanculo ». Comme c’est bon d’être Européen et comme ça fonctionne BIEN !!! Et quand je vois que la Suisse perd encore du temps à parler avec ce débile de Juncker, j’hallucine, tout simplement. Et je rêve de n’être qu’un chiot qui rêverait d’être le chien de Federer pour courir après des balles.

La Chine, les taux, les pommes

Toujours au sujet des bruits de couloir, la Chine devrait mettre en place toute une batterie de mesures économiques pour soutenir l’effort de guerre ET l’économie. En même temps, il paraît que le prix des pommes augmente dangereusement là-bas et que le gouvernement s’en émeut. Et pour une fois, ça n’est pas la faute de Tim Cook. On parle aussi de Trump (encore lui) qui envisage des sanctions économiques contre les pipelines russes… Tiens, il ne l’avait pas encore faite celle-là.

En tous les cas le jour où le reste du monde met une taxe douanière sur la connerie de Trump, la croissance économique du reste du monde sera assurée pour des siècles et des siècles. Notez que Draghi et Lagarde se sont montrés inquiets des « développements de la Trade War » – pas les tensions liées à, juste les développements. Et pour terminer dans la série « j’enfonce des portes ouvertes et je trouve ça follement drôle », on apprend ce matin que selon une enquête journalistique pointue hors du commun et dans les bas-fonds de Wall Street, la communauté des analystes pense (dans sa grande majorité) que si les tensions liées à la Trade War escaladaient encore ; la FED n’aura pas d’autre choix que de baisser les taux…..

L’eau ça mouille, le feu ça brûle

Putain ils sont FORTS !!!! Je n’ai pas d’autre mot pour conclure cette chronique. Ah si, les futures sont en baisse de 0.2% à cause de Hong Kong et il n’y aura pas de chiffres économiques qui tiennent la route aujourd’hui, par contre le CPI américain d’hier qui était super-important-parce-qu’il-aurait-pu-être-décisif-dans-un-scénario-de-baisse-des-taux-rapide n’aura finalement été qu’un non-event parce que parfaitement en ligne avec les attentes, du coup on s’est rabattu sur les « tensions liées à la Trade War ». Eh oui, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

Passez une excellente journée et on se retrouve demain à la même heure pour boucler la semaine !

Thomas Veillet
Investir.ch

« Si Trump n’était pas là, je me demande ce quoi on parlerait »
― Albert Einstein

L’article La mémoire et la capacité de concentration d’un jeune chiot est apparu en premier sur investir.ch.