L’Audio du 15 janvier 2020

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-15-janvier-2020.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

Surtout, gagner du temps en attendant mercredi

Je ne vais pas chercher à inventer des histoires, hier nous nous sommes concentrés sur deux choses : le Trade Deal, parce que c’est notre raison de vivre, et les chiffres de JP Morgan, Citigroup et Wells Fargo. En ce qui concerne le Trade Deal on est un peu en stand-by parce que selon les personnes bien informées et proches du dossier, c’est aujourd’hui que ça se passe, on a donc dû encore attendre avant de fêter ça en allant manger chinois. Oui, je sais, elle est facile.

Par contre à ce sujet, on retiendra quand même qu’un journaliste mal intentionné chez Bloomberg a tenté de faire du mal en disant que (encore une fois) « une source bien informée et proche du dossier » aurait déclaré que les tarifs douaniers resteront en place pendant encore dix mois, histoire de voir si les Chinois se plient biens aux exigences du deal qui sera signé tout à l’heure. Ce fabuleux article digne de Paris Match a mis un peu le doute dans la tête des traders durant un moment, mais globalement ça nous a surtout décidé à ne pas se précipiter en attendant les communiqués officiels et puis en attendant aussi de voir ce que le marché décide ; est-il temps de vendre la nouvelle ou tout simplement de péter les plombs à la hausse dans l’euphorie ambiante ???

Oui parce que l’euphorie arrive. Ou alors même qu’elle est là

Souvenez-vous, plusieurs fois durant l’année 2019, je vous ai dit que ce marché ne pouvait pas baisser juste parce que tout le monde était en mode krach – que les bourses ne se pétaient pas la figure quand tout le monde était au courant et que les Krachs annoncés, ça n’existait pas. J’ai aussi souvent ajouté, en me basant sur la vieille citation de Templeton – que les Bull Market naissent dans le pessimisme et meurent dans l’EUPHORIE et que l’EUPHORIE, on n’y était pas !!!

Je sais, je me répète, mais toujours est-il que l’euphorie n’est pas ce que nous avons vécu l’an passé. Par contre, il y a quelques signes qui commencent à poindre à l’horizon qui laissent penser que nous sommes gentiment en train d’entrer dans cette zone. Ce n’est pas encore le signal de l’hallali, puisque le 20 Minutes et Le Matin Dimanche n’ont pas encore lancé un cahier spécial « Comment Investir en bourse pour les nuls », mais on n’y arrive gentiment. Hier une analyste a déclaré – à propose de Tesla – que personne n’avait rien compris et que le titre allait monter jusqu’à 6’000$ sous 5 ans. Soit 12 fois son prix actuel. Ça me rappelle un type qui s’appelait Blodget qui avait annoncé qu’Amazon irait à 400$ en 1999… Si Wall Street commence à balancer des trucs comme ça régulièrement et que Main Street commence à y croire et à courir derrière, l’EUPHORIE sera là. Ce qui veut dire que l’on peut encore monter très vitre très haut, mais que l’orgasme final sera de courte durée.

Et le Q4 est officiellement lancé

La saison des chiffres du trimestre est donc officiellement lancée. Hier JP Morgan et Citigroup ont fait mieux que les attentes et les deux titres terminaient en hausse de respectivement 1.17% et 1.57%. En revanche Wells Fargo a encore une fois déçu les analystes et cette dernière commence à devenir l’IBM de la finance à force de décevoir. Le titre plongeait de plus de 5% durant la séance. À noter encore que le secteur est de plus en plus populaire depuis que le journal Barron’s fait un push là-dessus. Tout le monde est en train de se dire que « finalement c’est pas très cher » pour acheter des boîtes avec plein de compliances officers dedans.

Toujours au chapitre des chiffres du trimestre et de l’euphorie, hier soir après la clôture, Organigram qui est un producteur de marijuana a sorti des chiffres qui montrent que leurs ventes ont doublé. Le reste n’est pas très important, puisqu’il n’y a pas assez d’analystes qui la suivent. Par contre, sur la nouvelle, le titre a pris 30%. En gros, on ne sait pas trop s’ils ont gagné ou perdu de l’argent, les chiffres ne sont pas simples à interpréter parce que personne ne la suit vraiment, mais sur la nouvelle, le titre prend 30%. Je prends note.

L’angoisse nous étreint en Asie

Ce matin l’angoisse nous étreint en Asie. En plus des journalistes de Bloomberg qui viennent annoncer que les tarifs douaniers ne sont pas prêts de baisser, il y a aussi pas mal de monde qui profite de l’occasion pour faire parler d’eux. Dans la nuit il y a un illustre inconnu qui a déclaré que le Trade Deal c’est bien, mais que la route est encore longue. Et puis un peu plus tard, un autre inconnu a déclaré des trucs similaires à l’AFP. Du coup on entend dire qu’il faudra « des années » pour que l’on voit le bout du tunnel de ces négociations. Et comme nous, dans la finance, on n’a pas le temps d’attendre des années parce qu’on a signé pour devenir très riche très vite, sinon on aurait fait Roger Federer comme métier, les marchés asiatiques sont en baisse.

Les trois compères du Far-East sont tous plus ou moins en baisse de 0.6-0.8% – difficile de vous donner un chiffre, ça bouge tout le temps. Et puis, comme l’angoisse est dans la presse ce matin, l’or remonter à 1552$ qui semble être son point pivot. En dessus des 1550 on s’ouvre la porte aux records, en dessous ; c’est compliqué. Le pétrole lui, ne fait strictement rien, lui tant qu’il n’y pas d’attaque de drones, il est en mode ultra-timide. Actuellement il s’accroche sur les supports des 58$.

Nouvelles du jour

Pour ce qui est des nouvelles du jour, on parle des chiffres des bancaires, surtout ceux de JP Morgan, du fait qu’ils ont battu les attentes et que c’est de bonne augure pour la saison des résultats – sauf que ça ne veut strictement rien dire – mais ça nous fait TELLEMENT plaisir d’y croire. Ailleurs, tout le monde parle de Tesla, du fait que dans 6% elle aura atteint les 100 milliards de capitalisation boursière et que ça va déclencher la première partie de l’énorme bonus que le board a promis à Musk. Le titre est en plein délire et le buzz qui tourne autour fait presque peur. La plupart des analystes ont des objectifs en dessous des 400$ et on peut clairement se demander si tout cela est bien réel.

Boris Johnson a admis hier que ça ne serait pas facile – voir impossible – de striker un deal avec l’Europe pour arriver au BREXIT encore cette année – encore une fois, le serpent de mer du BREXIT est en train de faire son office. Mais on a tellement l’habitude que ça ne fait presque plus rien. Autrement les médias sont à fond sur le Trade Deal, ils n’ont rien à dire, vu qu’on ne sait encore pas grand-chose, mais ils ont tous sorti des articles spectaculaires sur le sujet, un peu comme s’ils avaient participé aux négociations, qu’ils savent tout mais qu’en fait ils ne peuvent rien dire. La déontologie, toujours la déontologie. Quoi qu’il en soit, on en saura plus ce soir et on se réjouit de lire toutes ces analyses profondes et fouillées matinées d’une réflexion de 25 minutes.

Chiffres à venir

Côté chiffres économiques, il y a du monde aujourd’hui CPI en France, en Espagne, en Angleterre. Mais aussi production industrielle et Trade Balance en Europe. Aux USA il y aura le PPI, le NY Empire State Manufacturing et les inventaires pétroliers. Mais bon, soyons réalistes, on ne va attendre que les détails du Trade Deal.

Côté chiffres du trimestre, il y aura Goldman Sachs, BlackRock, Bank of America et Alcoa. Pour le moment les futures sont légèrement en baisse à cause de l’Asie et des journaux qui spéculent sur qui pourrait éventuellement peut-être se faire ou se dire.

En attendant d’aller au bout du suspense je vous souhaite une très belle journée et à demain.

Thomas Veillet

Investir.ch

“If everyone is thinking alike, then somebody isn’t thinking.”

George S. Patton

L’article Le mardi qui sert à rien et l’euphorie qui pointe avec le Krach en toile de fond est apparu en premier sur investir.ch.