Cette chronique vous est offerte par :

AURIS-logo-gestpri-rvb

Plus le mois d’août avance, plus les chroniques se raccourcissent, moins il y a des choses à dire. Nous sommes en plein désert de l’information, mais peu importe, le marché monte quand même.

Hier c’était une avalanche de bonnes nouvelles pour les statisticiens. Le Nasdaq au plus haut, le S&P au plus haut, le DAX qui passe en positif pour l’année (ça, au mois de février on n’aurait pas parié là-dessus). Tout continue d’aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Oui, bon, d’accord, peut être pas dans le meilleur des mondes, mais tout va pour le mieux.

Durant la séance de lundi, il fallait chercher les raisons de la hausse dans le pétrole pour ce qui est des USA et chez Volkswagen pour ce qui du DAX.

Ce qui est bien avec les séances d’été, c’est que c’est assez simple et rationnel, avec une rumeur et une nouvelle, vous battez des records et vous tenez occupés tout un parterre de journaliste financiers spécialisés.

L’économie et le marché boursier russes ont été sous forte pression au cours des deux dernières années, notamment en raison de la baisse du pétrole et des prix des métaux. Cette situation est aggravée par le conflit en Ukraine, les sanctions occidentales, et une relation détériorée avec l’OTAN et l’UE. La hausse des prix des matières premières et les données économiques actuelles semblent indiquer que le pire en termes économiques est maintenant derrière nous – et que la situation n’est pas aussi dramatique qu’on ne l’avait craint. Le point de la situation avec Stéphane Matile de Raiffeisen Capital Management.

L’économie et le marché boursier russes ont été sous forte pression au cours des deux dernières années, notamment en raison de la baisse du pétrole et des prix des métaux. Cette situation est aggravée par le conflit en Ukraine, les sanctions occidentales, et une relation détériorée avec l’OTAN et l’UE.
La hausse des prix des matières premières et les données économiques actuelles semblent indiquer que le pire en termes économiques est maintenant derrière nous – et que la situation n’est pas aussi dramatique qu’on ne l’avait craint.
Le point de la situation avec Stéphane Matile de Raiffeisen Capital Management.

Le pétrole continue donc son rallye entamé il y a 10 jours lorsque tout le monde s’est rendu compte que le baril était entré en « Bear Market », depuis il a repris 10% – allez comprendre. En même temps, chercher à vouloir comprendre comment fonctionne le pétrole équivaudrait à essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un athlète qui fait du triple saut, enfin surtout comprendre comment à un moment dans sa vie il s’est dit : « tiens, je vais faire triple saut comme sport »… Il y avait foot, basket, volleyball, natation, motocross, course à pied, VTT, boxe, arts martiaux et j’en passe et des meilleurs, mais lui, il s’est dit : « je vais faire triple saut »… Tout ça pour dire que ce n’est pas simple de comprendre pourquoi le pétrole réagit comme ça, ce que l’on sait c’est que le prix fondamental du baril c’est « quelque part entre 20 et 200$ » – ce qui nous aide vachement vous en conviendrez.

Bref, hier le baril est monté. Encore. Du coup les pétrolières sont montées. Encore. Et du coup, les indices américains – enfin, deux sur trois – ont battu des records. Encore. CQFD.
En Allemagne, on n’a pas de pétrole, mais on a des voitures. Et hier, comme Volkswagen a obtenu la validation de son plan de sauvetage de près de 500’000 diesels par les autorités, le titre est monté et le DAX est monté. En même temps, pour monter de 0.24% en fin de journée, il n’en fallait pas beaucoup.

bubble

Pour le reste, il ne se passe rien. Ce matin l’or est à 1351$, mais ça ne vaut même pas la peine d’en parler tant qu’il ne casse pas les 1385$ à la hausse et vite… Le pétrole est à 45.50$. Pour le reste l’Asie semble faiblarde ce matin, le Japon recule de 0.8% alors que le $/Yen est au bord du gouffre à 100.50, Hong Kong recule de rien du tout et la Chine est en baisse de 0.5%.

Dans les nouvelles du jour, on retiendra que le Hedge Fund ValueAct a amassé une position de 1 milliard en Morgan Stanley – peut-être qu’il est temps de revenir sur les banques, maintenant que l’on a envisagé le pire depuis des semaines – Google lance un service qui s’appelle DUO pour concurrencer le FaceTime d’Apple, personnellement je n’utiliserai jamais ni l’un ni l’autre. Berkshire, la société de Warren Buffet, a augmenté encore sa position en Apple et réduit celle en Wal-Mart – il est intéressant de noter que Warren Buffet augmente sa position en Apple, alors que tout le monde réduit les siennes. On parle Merger à nouveau, puisque Praxair serait en train de tomber amoureux de Linde en Allemagne, ce qui créerait un conglomérat de 60 milliards. Ce n’est pas encore annoncé, mais Linde a pris 10% en une semaine, on peut supposer qu’il y a des gens qui sont plus égaux que les autres qui étaient bien informés.

Toujours dans l’affaire Volkswagen, le Département de la Justice américain a trouvé des preuves de malversations « criminelles » dans l’histoire du diesel, cela pointe encore en direction d’un procès en dommages et intérêts pour Volkswagen, procès qui va leur coûter quelques Golf GTI. Et puis le Barron’s se demande si le rallye actuel a encore des jambes pour aller plus haut. Au cas où vous vous le demandez, ils ne sont pas les seuls.

Il y aura un wagon de chiffres économiques en Angleterre, CPI, PPI, RPI, aïe, aïe, aïe… Oui, c’était facile. Puis il y aura le ZEW en Allemagne et en Europe, puis le trade balance européen. Aux USA nous aurons le CPI, le Redbook et la production industrielle et manufacturière.

Pour le moment, les futures sont en baisse de 0.10%, l’Euro/$ est à 1.1206, tentant le break-out pour la xième fois. Le $/Yen approche dangereusement des 100 à 100.42, le GBP est à 1.2910, l’Euro/Suisse vaut, comme d’habitude, autour de 1.08-1.09… 1.0884 pour être précis. Et le $/Suisse est à 0.9710 pendant que le Bitcoin s’échange à 563$. Le rendement du 10 ans US est de 1.54%.

Voilà. Waterloo morne plaine, sauf qu’il fait soleil ce matin. Pour le reste, je crois que la meilleure chose que je puisse vous souhaiter, c’est un bon début de journée et un excellent café, sur la terrasse des Bains des Pâquis, ça doit être pas mal ce matin.

Moi-même personnellement tout seul, je vous retrouve demain à la même heure, histoire de meubler votre début de journée et de vous faire croire qu’il y a vraiment des trucs à raconter sur la finance, en plus du fait que ça monte encore etencore que c’est que le début, d’accord, d’accord.

Belle journée à tous et à demain.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Go ahead, make my day »

Inspecteur Harry Callahan


// <![CDATA[ document.write('<scr'+'ipt language="javascript1.1" src="http://adserver.adtech.de/addyn/3.0/1135/6076290/0/3907/ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=[group];misc='+new Date().getTime()+'"></scri'+'pt>'); // ]]&gt;

Cet article L’oxygène se fait rare, mais on monte quand même est apparu en premier sur Investir.