L’Audio du 13 septembre 2022

https://www.investir.ch/app/uploads/laudio-du-13-septembre-2022.mp3

Télécharger le podcast

Pile ou face, ou la tranche

Hier les marchés ont donc vécu une très belle journée de hausse, avec une mention toute spéciale pour l’Europe. Oui, parce que pendant que les USA se montrent CONFIANTS pour les chiffres du CPI de cette après-midi, estimant que tout est dans les prix et que – selon les futures – les « experts » ont déjà anticipé le fait que tout à l’heure, le CPI US sera annoncé à 8.1% – ça tout le monde le sait – mais là où nous sommes plus forts que tout, c’est que « le marché » a déjà anticipé le niveau du CPI pour les mois à venir. Ils prévoient également une baisse progressive du taux à 7,7 % pour septembre, 6,9 % pour octobre, près de 6,4 % pour novembre et 6,1 % pour décembre. Le problème, c’est que cette baisse ne sera probablement pas suffisante pour mettre fin aux hausses des taux de la FED ou à la volatilité des marchés qui les accompagne. Mais pour être franc, comme nous vivons au jour le jour, ça n’est pas très important.

Mais toujours est-il que c’est quand même bien de savoir EXACTEMENT à quoi s’attendre ces prochains temps. Nous qui avions tendance à être dans le flou d’habitude, là en quelques jours nous avons une vision de l’avenir qui n’a jamais été aussi claire. En tous les cas aux USA, on n’a plus qu’à recevoir confirmation des chiffres du CPI et après on peut monter de 10%. Sans compter que selon un sondage effectué par la première banque allemande ces derniers jours, 74% des « investisseurs sondés » pensent que le marché va se faire défoncer d’à peu près 20% dans les mois qui viennent. Et avec une nouvelle pareille, autant ces derniers temps j’avais commencé à avoir peur, autant si 74% des gens pensent que l’on va se péter la figure, je suis pratiquement certain que ça n’arrivera pas. On le sait tous, quand c’est évident et que tout le monde le sait, autant vous dire que ça ne se produira pas. Enfin, pas tant que l’on est convaincu que ça va se passer.

L’Europe en mode turbo

Si les Ricains sont sereins au sujet de l’inflation, l’Europe est sereine, mais plus. Hier les bourses européennes ont littéralement explosé pour commencer la semaine. Il y a plusieurs raisons à cela et aucune n’a à voir avec le fait que nous aurons un anticyclone au-dessus de l’Europe jusqu’en mars et qu’il fera 25 degrés tout l’hiver. Non, hier les Européens ont mesuré toute la chance qu’ils avaient d’avoir une banque centrale aussi efficace que celle de Madame Lagarde et de Ô combien ça allait être facile de liquider le problème de l’inflation maintenant que les Forces Spéciales de la BCE avaient pris les choses à bras-le-corps. Dans quelques semaines, l’inflation ne sera réduite qu’à un mauvais souvenir que l’on trouvera dans les archives de journaux vieillissants au fond d’une cave abandonnée. Et en plus ça ira très vite, puisque nous, dans la finance nous avons cette capacité de ne RIEN APPRENDRE du passé et de tout oublier, presque aussi facilement que l’on oublie le fait que l’on s’est envoyé une boîte de 500 grammes de chocolat hier, pour lutter contre la dépression saisonnière.

Donc les Européens ont fait la fête à la BCE et tout le secteur bancaire a explosé parce que l’on s’est rendu compte, je cite : « Que maintenant que les taux directeurs européens sont à 0.75% sur les facilités de dépôt, les banques vont pouvoir placer leurs excédents et se faire de l’argent facile ». YOUPIE !!! 0.75% de rendement sur un an, c’est du délire, ça va être trop facile de devenir riche !!! T’imagine, à coup de 0.75%, tout paraît soudainement si simple et merveilleux !!! On est quand même revenu de loin. Il y a 4 mois, on voulait tous faire de la crypto et faire du 200% par mois pour les plus défensifs et aujourd’hui nous sommes au bord de l’orgasme économique parce que les banques vont se faire du 0.75% PAR AN ! ça paraît presque trop beau pour être vrai.

Et puis y a la guerre qui est (presque) terminée

Et puis sans compter qu’un miracle ne vient jamais seul parce qu’un scénario digne de meilleurs films de Jean-Claude Vandamme est en train de se dérouler en Europe : les Ukrainiens sont en train de mettre la pâtée aux Russes. À en croire les experts des plateaux télé – les experts MILITAIRES qui ont TOUS un passé sous les balles qui remonte à très très loin – bien que pour certains, je soupçonne que ce soit des balles de tennis. À la limite des balles de ping-pong. Mais toujours est-il que depuis hier les Ukrainiens ont attaqué les Russes par le Nord-Ouest et pas par le Sud comme les Russes s’y attendaient et que du coup, la guerre est presque gagnée – c’est en tous les cas ce que l’on peut lire dans la presse de ce matin (bon, d’accord c’est du niveau du 20 Minutes et on sait que Poutine est capable de s’énerver deux fois plus et de transformer le pays en grand parking, mais pour l’instant on se croirait presque la veille du jour où les Américains sont entrés dans Paris en 44). Oui, ce matin à en croire certains médias, nous sommes le 24 août 1944 et demain Zelensky devrait prendre d’assaut le Kremlin avec une grenade et un couteau.

Donc si vous ajoutez le fait que l’on est heureux que la BCE soit entrée en guerre pour de vrai contre l’inflation – même si le fait de monter les taux à fond va nous amener directement récession – que vous saupoudrez le tout du fait que vous êtes confiant sur les chiffres du CPI de tout à l’heure et que vous savez EXACTEMENT où l’inflation sera au mois de décembre – même si il y a encore trois semaines on était convaincu que Powell allait se détendre, c’était un « COUP SÛR », mais en fait, non – et qu’en plus les Ukrainiens vont gagner la guerre, renverser la Russie, forcer Poutine à rouvrir le robinet du gaz et sauver l’Europe d’un hiver glacial, s’ouvrant automatiquement la porte de la grande Europe comme « membre salvateur », il n’en fallait pas plus pour que le DAX et le CAC terminent au plus haut depuis le 1er septembre. 5.4% de hausse pour la France depuis le début du mois et 6.2% pour l’Allemagne qui se demande déjà ce qu’elle va faire de tout ce gaz qui va arriver chez elle quand les Ukrainiens remonteront en direction de Moscou et que Biden sera déjà en train d’envoyer ses tractopelles Caterpillar pour reconstruire le pays et planter un ou deux parc Disney par-ci, par-là.

Bref

Bref, vous l’aurez compris, hier tout allait bien et il faut juste que le CPI sorte EXACTEMENT comme on l’avait prévu pour que tout continue à aller super-bien. Il faut donc noter de Ô combien nous sommes passés de la fin de monde et d’un hiver glacial, de restrictions de consommation d’énergie et de la peur de la destruction d’une centrale ukrainienne. À : la Russie a (presque) perdu et l’hiver sera chaud, l’inflation sera faible et la récession ; on s’en tape.

Reste juste à que le CPI fasse ce qu’on lui dit de faire et tout est plié. Alors je ne sais pas si nous sommes un peu en train de nous emballer – un peu comme nous avons fait entre le 15 juin et le 15 août, mais lorsque l’on prend le temps d’éplucher un peu les médias financiers de ce matin, on se dit que l’on a changé de monde en l’espace de 7 jours et tout ça grâce au fait que nous sachions EXACTEMENT ce qui va se passer dans l’avenir et que, comme nous l’avons prouvé par le passé : comme on ne se trompe JAMAIS, ça va bien se passer.

Ailleurs, dans le monde qui suit

Ce matin le Nikkei est en hausse de 0.16%, le Hang Seng avance de 0.4% et la Chine progresse de 0.3% sans avoir confiné personne. À priori. Côté matières premières, on notera que Madame Yellen pense que le pétrole pourrait encore violemment monter cet hiver parce qu’il va faire froid et que les sanctions sur le pétrole russe pourraient faire baisser l’offre. On est content de voir que Madame Yellen est AUSSI experte en hydrocarbures, mais on ne peut pas s’empêcher de penser qu’elle a fait ces commentaires alors qu’elle ne savait pas que Zelensky était en route pour Moscou, debout sur un char d’assaut russe, avec le drapeau ukrainien sur les épaules.

D’ailleurs le pétrole n’a même pas bronché sur la déclaration de Madame Yellen. Le baril est actuellement à 87.57$ sur le WTI. L’or est à 1732$ et le Bitcoin est à 22’300$ et n’intéresse (presque) plus personne, maintenant que l’on sait que l’on peut se faire du 0.75% par an en posant son fric à la BCE ; il n’y a plus AUCUNE raison de faire de la crypto (avant que vous m’envoyiez des menaces de mort, je précise que je fais du second degré ET de l’ironie à ce sujet).

Nouvelles neuves

Oracle a publié des chiffres mitigés pour le trimestre. Le chiffre d’affaires a dépassé les prévisions, mais les bénéfices n’ont pas atteint l’objectif de la société, en grande partie à cause de la force du dollar américain par rapport aux devises étrangères. Le titre ne faisait rien hier soir after close. Il y aussi les fondateurs de Peloton qui quittent la société alors qu’elle est en pleine restructuration et que c’est un beau bordel. Ils ont visiblement décidé de prendre un vélo et d’aller faire du sport dehors. Autrement on a Jim Cramer qui pense que les plus bas du mois de juin vont tenir, malgré « tout ce qui va mal dans le monde » et le Crédit Suisse annonce que « l’effondrement de l’inflation » va déclencher un rallye massif. Et ça n’est pas moi qui ai choisi le mot « effondrement », l’analyste de la banque aux deux voiles a carrément parlé « d’effondrement » de l’inflation.

Même si tout va bien dans le meilleur des mondes depuis hier, on notera quand même que Goldman Sachs va virer des centaines de personnes ce mois, probablement à cause de l’argent, puisque c’est important l’argent. Surtout pour eux. Encore un signe supplémentaire que les entreprises ont quand même tendance à se mettre en position d’atterrissage d’urgence, même si tout le monde sait que ça va bien se passer depuis 3 jours. Et puis, on retiendra aussi que l’analyste de Wedbush pense qu’Apple peut monter de 38% parce que « tout le monde va acheter l’iPhone 14 PRO MAX LGBTQ ». On voit que le mec il a bossé son argumentaire et que ça vaut bien 1 million par année de salaire. Et puis pendant que l’un pense qu’Apple va s’envoler, il y a BlackRock qui pense que l’Europe va plonger dans une récession plus que sévère lorsque le problème de la crise énergétique va toucher le paquebot Europe. Le seul problème, c’est que quand BlackRock a écrit ça, Zelensky n’avait pas encore « presque » gagné la guerre et mis la pâtée à Poutine à coup de coups boule.

Reste à que le plan se déroule sans accroc

Ne nous le cachons pas, aujourd’hui c’est donc CPI, CPI et un peu de CPI aussi. À 8h00 du matin il y aura le CPI en Allemagne qui ne peut plus être une référence depuis la victoire de l’Ukraine. Ensuite, il y aura le ZEW en Allemagne, là aussi, tronqué par la victoire et puis le PPI en Suisse. À 14h30, nous aurons le CPI US attendu à 8.1%, alors que l’allemand est attendu à 8.8%. Préparez-vous à la seconde partie du nouveau bull market et au renouveau de l’économie post-COVID ou alors, préparez-vous au fait que l’on a été un peu vite en besogne et que le CPI va nous faire reparler des supports. Laissons-nous 24 heures pour y penser et on fait le point demain à l’heure du café !

Bonne journée à tous !

Thomas Veillet
Investir.ch

“The only time success comes before work is in the dictionary.”

-Harvey Specter.

L’article L’Ukraine a (presque) gagné – et on sait tout du CPI est apparu en premier sur investir.ch.