L’Audio du 24 mai

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-24-mai-1.mp3

La saison des publications trimestrielles qui nous remplissait de joie et qui nous permettait de nous concentrer sur autre chose que les déclarations à l’emporte-pièces du Président Américain est définitivement derrière nous.

Envolées les théories macro ou micro économiques, les intervenants n’ont plus qu’une chose qui leur permet de prendre des décisions d’investissement : les déclarations « géopolitiques » de tout un chacun. Surtout s’il se nomme Trump ou Kim Jong Un.

La journée de mercredi aura été placée sous le signe de la guerre économique avec la Chine, des tarifs d’importation et du sommet USA-Corée du Nord et pour être franc avec vous, les Minutes du FOMC Meeting nous aurons sauvé la mise à la dernière minutes, mais seulement aux USA. Oui, parce qu’encore une fois, le décalage horaire fait que nous, pauvres Européens n’avons pas pu bénéficier des annonces de la FED avant la clôture du DAX, du CAC et du MIB – oui, je cite le MIB, parce que depuis quelques jours c’est le centre de l’Europe – même s’il ne bouge pas pour les mêmes raisons que le reste.

Hier matin, la principale préoccupation des Européens était les déclarations de Trump qui, durant la nuit, avait déclaré que les négociations avec la Chine ne se passaient pas aussi bien que son Secrétaire du Trésor le laissait entendre. Dans la foulée il a aussi déclaré que le sommet avec Kim Jong Un n’était pas encore « vraiment » confirmé, parce que la Corée du Nord ne semblait pas prête à se plier aux conditions préalables demandées par les USA. Ce qui, sans parti-prix aucun, pourrait largement se comprendre.

Qui a envie de rentrer dans un round de négociations en commençant par baisser son pantalon et se plier aux requêtes de l’adversaire ?

Mais peu importe, ces déclarations tranchées et qui tiennent en moins de 140 caractères auront suffit à l’Europe pour prendre l’eau – sans compter que les chiffres économiques publiés durant la séance étaient moyennement encourageant et que l’Italie n’avait toujours pas choisi son Premier Ministre.

Le DAX finissait dans les choux, le CAC, l’IBEX, le MIB et même le SMI faisaient de même. Et le pire c’est que l’Euro/Dollar partait à la casse également et que même cela ne suffisait plus à l’Europe pour tenir le choc. Vous savez la bonne vieille théorie qui dit que si l’Euro est faible, les exportations iraient bien ??? Eh ben que nenni. Tout est oublié et l’on sait bien que plus personne ne vendra rien nulle part si Trump se fâche avec les Chinois et qu’il pète la gueule au petit-gros Nord Coréen.

On peut pratiquement parier que les Européens vont tourner la veste dans les 48 heures, surtout que l’Italie a donc officiellement demandé à Conte de devenir Premier Ministre et de former un gouvernement, même s’il a menti sur son CV. Comme quoi, plus c’est gros plus ça passe. Parce que je ne suis pas sûr que « dans le privé » cela soit aussi bien pris, à moins que vous ayez des photos compromettantes du chef du personnel sous la main.

L’arrivée de Giuseppe Conte ne va pas changer la face du monde, mais au moins c’est une incertitude de moins et reste plus qu’à voir s’il ne demande tout de suite la sortie de l’Europe, mais ça pourrait éventuellement aider à tourner la veste et à rebondir d’ici ce week-end.

Les USA avaient également commencé leur journée dans le rouge pour les mêmes raisons que les Européens, mais les Minutes du FOMC Meeting aurons sauvé la journée. Pour faire simple on a appris que les membres de la FED sont d’accord de monter les taux en juin encore une fois et qu’ils sont sereins par rapport à l’inflation et à la croissance économique. Tout va bien à la FED et on n’a pas de doute, juste une confiance inébranlable.

Les indices américains terminaient donc en terrain positif malgré que GE se faisait décimer de 7% après les commentaires excessivements neutres du CEO lors d’une conférence organisée hier. Il n’a rien dit de mal, il a juste dit que la restructuration prendrait du temps (trop selon les intervenants) et que le dividende n’était pas « vraiment » remis en question (un simple oui aurait suffit pour les intervenants, un trop grand développement instilant trop de doutes dans les esprits).

Et ce matin on continue dans la thématique Géopolitique et Guerre Économique, puisque les USA laissent entendre qu’ils pourraient mettre en place une taxe d’importation de 25% sur les voitures. Juste au moment où la Chine baisse la sienne à 15%. Les marchés asiatiques n’ont pas aimé, la nouvelle n’aidait pas à commencer un bon jeudi pour le secteur automobile… On peut d’ailleurs se dire que les voitures qui avaient salué l’annonce chinoise d’il y a trois jours pourraient faire demi-tour sur route en Europe aussi.

L’or est à 1293$, comme hier, avant hier et la semaine dernière. Le pétrole recule « ENCORE » de 20 cents et s’éloigne encore un peu plus de son objectif officiel et obligatoire de 100$, parce que l’on s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un accord secret pourrait être conclu pour que l’OPEP augmente la production. Le tout au conditionnel avec des si et des peut-être un peu partout.

Et pour terminer, les Cryptomonnaies se sont faites démonter la tête un peu partout et dans tous les sens. À la seconde où je vous parle, le Bitcoin est à 7610$, après avoir payé sous les 7500 hier. Un « expert » de la chose a déclaré qu’après que le support des 9’000 ait été enfoncé, celui des 8’000 l’avait été aussi et que maintenant, on regardait le « support » des 7’000. Mais qu’en revanche, l’objectif des 25’000 était toujours maintenu, parce qu’actuellement, les acheteurs « institutionnels » de Cryptomonnaies se replient juste en attendant de voir comment le chapitre réglementation sera appréhendé par les gouvernement et les législateurs.

Mais une fois que tout cela sera clair, ça sera la fête au village pour tout le monde, champagne, cotillons et caviar à la louche et Bitcoin à 25’000 au moins. Si ça se trouve, le pétrole y sera aussi. À la fête, pas à 25’000…

On notera aussi qu’un « expert » en bulles financières a déclaré qu’historiquement, une bulle met entre 12 et 24 mois pour se dégonfler complètement – moi j’ai essayé avec du produit vaisselle, ça va bien plus vite, mais passons – et que si la bulle des Cryptomonnaies a commencé à se dégonfler en décembre 2017, le pire reste à venir… et pour au moins 6 mois.

Donc, ce matin les marchés asiatiques sont dans le rouge à cause des éventuelles taxes douanières américaines sur les voitures, les Cryptomonnaies sont au plus mal – 50 milliards de capitalisation a tout de même été effacé en quelques jours sur le secteur Crypto – et puis on attend de voir ce qui va se passer en Italie et ce que va publier la BCE sur ses Minutes à elle, histoire de voir si QE kaputt en juin ou pas.

Dans les nouvelles du jour, UBER a publié ses chiffres du trimestre, même si la société n’est pas cotée en bourse, ils ont annoncé des ventes en hausse et une réduction de leur perte de 50%, sans compter qu’un nouvel investissement dans la société valorise UBER à 62 milliards contre 49 l’an dernier.

Autrement, Apple a signé un contrat de développement avec Volkswagen pour les voitures sans conducteur. La Corée du Nord annonce que le sommet du 12 juin ne dépend que des USA et de personne d’autre. En résumé, on va parler géopolitique et taxes douanières ces prochaines heures, mais ça, j’aurais pu vous le dire dès les premières lignes de cette chronique.

Le marché est donc à nouveau connecté sur Twitter en attendant mieux.

Côté chiffres économiques, nous aurons le GDP en Allemagne, les Retail Sales en Angleterre, les Jobless Claims aux USA. Il y a Carney qui parlera pour la Banque d’Angleterre et la BCE publiera sa version des Minutes de la BCE.

Pour le moment, les futures sont en baisse de 0.3% et être exportateur de voiture ce matin, sera moyennement populaire, même si l’Euro/Dollar va à 1.15.

C’est à peu près tout ce qu’il y a à dire ce matin et demain sera un autre jour. Je vous souhaite une excellente journée et on se retrouve demain, si tout va bien .

Thomas Veillet
Investir.ch

“The stock market is filled with individuals who know the price of everything, but the value of nothing.” – Phillip Fisher

L’article Mon nom est Politique, Géopolitique. est apparu en premier sur investir.ch.