L’Audio du 22 mars 2018

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-22-mars.mp3

Hier il y avait clairement un AVANT la FED – les marchés européens – et un APRÈS la FED – les marchés US. Forcément les Européens ont fermé leurs marchés AVANT que Powell monte à la tribune pour nous annoncer la nouvelle que l’on connaissait déjà à 97.9% et les Américains étaient en « direct live », il y avait donc deux poids, deux mesures.

L’Europe a terminé sa séance légèrement en baisse sans trop savoir quoi faire, imaginant quelque part que le discours du patron de la FED allait résoudre tous les problèmes, répondre à toutes les questions et nous dire quoi faire pour les siècles à venir, amen.

On s’est donc occupé la tête en trouvant super-intéressant le fait que Vivendi ait vendu sa participation dans Ubisoft, on nous a fait croire que les (mauvais) chiffres de Kingfisher étaient important et on se motivait pour acheter Hermès parce que le trimestre était bien. Mais ne nous leurrons pas, le seul truc que l’on aurait vraiment voulu, c’est qu’exceptionnellement les marchés européens ouvrent plus tard en ce mercredi matin et compensent en fermant à 21h, ce qui nous aurait permis d’écouter en live et surtout de réagir en live aux commentaires de Jerome Powell.

Bon, en même temps, quand tu vois les marchés US qui EUX ont pu réagir en live aux commentaires de Powell et qui ont fermé à peu près comme les Européens – légèrement en baisse – on se dit que, finalement on n’a pas raté grand-chose et quand on décortique les communiqués de presse ainsi que les opinions des uns et des autres, on se dit que franchement ça valait pas la peine de se lever rien que pour ça et surtout on se demande bien ce qui va pouvoir nous motiver pour les semaines à venir, tellement il n’y a rien à dire.

Heureusement, c’est les vacances de Pâques et quand on reviendra, ça sera les publications du trimestre, ça va nous occuper.

Donc hier soir la FED a monté les taux. Comme prévu.

De un quart de point. Comme prévu.

À la dernière minute il y a bien trois pelés et un tondu qui avaient estimé qu’il y avait peut-être une infime chanche de voir la FED monter les taux de 0.5%, mais c’était surtout pour faire parler d’eux et qu’au cas où un miracle se produisait et que dans un coup de folie Powell fasse deux hausses d’un coup, ils puissent venir sur CNBC dire : JE VOUS L’AVAIT DIT. Là, en l’occurrence ça ne s’est pas produit et tout le monde a déjà oublié leurs noms, mais comme on les connaissait pas avant, c’est pas grave.

Donc Powell a monté les taux, puis il a fait une conférence de presse. On n’a pas eu plus de réponses à nos questions. On a même carrément plus de questions après que nous en avions avant.

Dans sa déclaration solanelle, le patron de la FED a laissé entendre qu’il y aurait encore deux hausses cette année – comme prévu – mais qu’en revanche il se pourrait que la FED soit plus aggressive l’an prochain. Mais comme nous avons une visibilité à trois jours autant vous dire que les projections à l’an prochain c’est une peu comme vouloir aller sur ebookers pour réserver son siège dans le premier vol sur Mars organisé par Elon Musk..

Lors de la phase des questions réponse on a bien vu que Powell n’en savait pas plus que nous et voir plus loin que le premier avril semble une farce. Il a surtout moyennement aimé quand un intervenant lui a demandé pourquoi le coup de boost de 3% prévu par la Maison Blanche par la mise en place de la réforme fiscale ne se reflète pas dans les attentes de croissance de la FED.

Question à laquelle il a donné une réponse que même en la relisant 4 fois je n’ai toujours pas compris, il faut dire que c’était 4 heures 30 du matin et qu’avec les yeux collés et une envie proche de zéro, ce n’était pas facile.

Ce que l’on doit retenir de l’annonce d’hier soir c’est que tout était prévu. Que la FED n’en sait pas forcément plus que nous sur la lecture de l’avenir et la seule chose qui se fédérait autour de « la nouvelle du jour » c’est que ça favorisait les financières plus que les valeurs de la consommation. On a aussi bien compris que l’an prochain et ce qui va s’y passer reste un mystère et que Powell pense qu’aucun actif américain n’est trop surévalué pour que cela soit un danger pour l’économie.

En disant cela il pensait surtout au marché immobilier qui est selon lui, cher mais pas trop, et que c’est important.

À la fin on n’est pas forcément plus avancé qu’avant et on peut largement se demander de quoi on va parler ces prochains jours, jusqu’au vacances.

Heureusement, demain soir c’est le week-end. On va déjà gagner 48 heures en attendant et on va pouvoir relire en détail les discussions d’hier soir. Ou pas. Surtout qand on voit que l’on est incapable d’avoir une vue à trois jours, mais que la FED pense déjà qu’en 2020, la croissance économique va se calmer. Personnellement je pense que ça ressemble à un sacré brassage d’air. Je suis extrêment déçu que Powell n’ait pas donné sa vue sur les taux en 2057. Petit joueur.

Dans la foulée des taux, le dollar s’est affaiblit, du coup l’or est monté à 1336$ – comme quoi l’or peut encore bouger et il n’est pas figé dans la pierre contrairement à ce qu l’on pourrait croire depuis 3 semaines ou 3 mois, je ne sais plus. Le pétrole est à 65.22$ et le Bitcoin a tenté la rupture des 9’000$ à la hausse mais a lamentablement échoué. Enfin, pour le moment, avec lui on ne sait jamais. Il est quand même bien en embuscade sur les 8’950$ et n’a pas encore rendu les armes.

Ce matin les marchés asiatiques saluent les déclarations de la FED, visiblement c’est bien pris et bien interprété, il faut dire que les Asiatiques n’avaient pas l’air d’être au courant du fait que ce qui s’est passé hier soir était tout de même globalement attendu. Peut-être que la presse américaine met trop longtemps pour être par bateau là-bas et qu’ils lisent encore les nouvelles du mois d’octobre 2016. Peut-être qu’ils ne savent même pas que c’est plus Yellen le patron de la FED.

Toujours est-il que ce matin l’Asie est en hausse pour « saluer la décision et les annonces de la FED », je n’invente rien. Je suis désolé de me moquer, mais je ne vois pas une seconde en quoi ce qui a été annoncé hier soir me ferait changer ma vision de la veille et remanier la totalité de mes portefeuilles sous prétexte que tout a changé. Le Nikkei est en hausse de 0.72% et entre le moment ou j’ai commencé à écrire et maintenant Hong Kong et la Chine ont revu le discours de Powell en « replay » et semblent avoir changé d’avis puis les deux marchés « chinois » sont en baisse de 0.5%.

Pour les nouvelles du jour, c’est vite vu, c’est 50% Zuckerberger qui s’excuse au nom de Facebook et qui nous explique que tout va bien et que l’on peut retourner sur nos profils et continuer à publier des choses importantes comme des photos de chatons ou nous en train de se filmer en train de chanter pour les auditions de « The Voice », plus personne n’utilisera nos données pour truquer les élections de n’importe quel pays que ce soit, sauf la Russie, parce que la Russie c’est pas pareil.

Bien sûr, Zuckerberg n’est pas biaisé en nous disant ça.

L’autre 50%, c’est l’analyse du discours de la FED et ses implications à long terme, à savoir jusqu’à demain soir. Tout le monde analyse la moindre phrase de Powell, le moindre geste et tout le monde en tire des conclusion hâtives qui apportent à peu près autant de valeur ajoutée au marché que de connaître la couleur des caleçons du patron de la FED.

Autant vous dire que quand on voit ce qu’on voit, qu’on entend ce qu’on entend. On a bien raison de penser ce qu’on pense : on n’est vraiment pas plus avancé qu’hier matin et on se demande bien de quoi nous allons parler jusqu’au 9 avril.

Autrement, Glaxxo est sur le point de remporter la course au rachat de la division « Consumer Healthcare » de Pfizer pour un montant de 20 milliards et le perdant se Reckitt Benckiser. Grande nouvelle qui va nous changer la vie. Surtout si on prend de l’Advil au petit déjeuner. Pendant ce temps vous noterez que le rendement du 10 ans US est toujours au-dessous des 2.90% et qu’on ne parle plus de la zone TERRIFIANTE des 3% de rendement, qui devrait d’ailleurs devenir une évidence dans la tête des investisseurs d’ici cet été. Il nous faut juste du temps pour nous habituer.

Sarkozy est donc mis en examen. Après tout pour trois fois rien puisqu’il est simplement accusé d’avoir pris du fric des Lybiens pour financer sa campagne et d’avoir ensuite déclenché une guerre personnelle avec Kadhafi juste pour effacer les traces. Même les plus grands patrons de la Mafia n’auraient pas osé. Mais il va sans doute obtenir le non-lieu ou au pire on lui retirera son permis de conduire pour trois mois avec sursis.

Au chapitre fusion et acquisition, on a atteint le montant de 1 trillion de dollars depuis le début de l’année, c’est un record. Et à entendre les déclaration de Tencent ce matin, ça devrait encore continuer au même rythme. Dans les nouvelles qui font plaisir, on a apprend aussi que le revenu median du CEO moyen aux USA est de 12 millions par année. 1 million par mois, je ne sais pas si ça va suffire et dans le cas contraire, je suggère que l’on ouvre un CCP à la Chaîne du bonheur pour cotiser pour les CEO’s en détresse.

L’UBS a trouvé un arragement pour solder une fois pour toute les conneries du « subprime », la facture s’élève à un peu plus de 200 millions – ce qui est une bricole par rapport à ce que la banque à coûté à la Confération à l’époque, mais ce qui est rassurant c’est que Monsieur Ospel continue de fort bien se porter.

Et puis ce matin CNBC révolutionne la finance en publiant les 5 plus gros risques Géopolitiques pour 2018. Dans la liste nous avons :

– Une enquête un peu trop approfondie sur l’histoire russe et Trump
– Une potentielle guerre économique
– Valdimir Poutine qui prend confiance en lui
– Le sommet Corée du Nord – USA
– Et les tensions en Iran

Autrement CNBC nous confirme également que l’eau ça mouille et que le feu ça brûle, sans compter qu’ils ont oublié de nommer LE PLUS GROS RISQUE GEOPOLITIQUE DE 2018 : Laisser Trump accéder à Twitter.

Trump va d’ailleurs annoncer des nouveaux droits de douane contre les Chinois pour lutter contre « l’aggression économique chinoise ». Ou comment se faire des amis et prévoir ses prochaines vacances à Pékin. On ne se lasse pas des méthodes de Donald.

Côté chiffres économiques nous aurons toute la journée l’analyse du discours de Powell en plusieurs langues et avec des crayons de couleur et des Stabilo Boss, il y aura aussi plein de Manufacturing PMI et de PMI des Services… ça va sûrement nous changer la vie. Pour le moment les futures sont en hausse de 0.10%, représentant tout l’excitation que l’on ressent après la hausse des taux d’hier soir.

Je crois que ça suffit pour aujourd’hui… Je m’en vais donc vous laisser vaquer à vos occupations, moi je vais aller printer les rapports sur les annonces d’hier et allumer un feu avec pour me réchauffer et ensuite je vais attendre le prochain meeting de la FED en avril. Que la force soit avec vous…

À demain !!!

Thomas Veillet
Investir.ch

“Politics is more dangerous than war, for in war you are only killed once.” -Winston Churchill

L’article #Onlesavaitdeja #Riendeneufsouslesoleil #quellesurprise #vivementlesvacances #questcequonfaitmaintenant ? est apparu en premier sur investir.ch.