L’Audio du 22 janvier 2021

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-22-janvier-2021.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

Record sur le Nasdaq

On ne va pas dire qu’hier nous avons vécu ce qui pourrait être un retournement de tendance dans ce marché qui ne fait que monter. On ne peut pas dire ça, puisque le Nasdaq termine quand même au plus haut de tous les temps et que les poids lourds de la technologie moderne sont en train de prendre le relais, eux qui n’avaient plus fait grand-chose depuis un moment. C’est d’ailleurs peut-être ça ; le nouveau monde des marchés financiers sous Biden Premier, peut-être que les gens, quand ils veulent vendre dans un marché euphorique, ils vendent tout le reste et achètent Apple, Amazon, Microsoft, Facebook et Google, cette liste de titres sont peut-être en train de devenir des assets qui sont dans la catégorie « sans risque », en tous cas avec moins de risques qu’avec les titres qui sont « à la mode » en ce moment. C’est éventuellement le début d’une piste – en observant le marché hier on avait en tous les cas l’impression que même si l’envie n’était plus forcément là, les gens achetaient quand même les valeurs précitées. Morgan Stanley a même déclaré que les prochains chiffres d’Apple – qui seront publiés le 27 janvier –pourraient être beaucoup, beaucoup, plus impressionnants que prévu. Le titre a en tous les cas porté le Nasdaq et a même traité brièvement au plus haute de tous les temps. On sent aussi le réveil d’Amazon.

En Europe on aura même terminé en baisse après avoir passé la journée à soupeser le pour et le contre. À savoir à se demander s’il valait mieux sauter de joie à l’idée de voir Biden redécorer le bureau ovale, ou est-ce qu’il fallait s’angoisser en voyant les mesures de restrictions qui continuait de se resserrer en Europe, réduisant le concept de « liberté » à pratiquement rien, sans compter que du côté obscur de la force, il y a aussi eu les déclarations de Madame Lagarde qui ont également pesé sur le moral des investisseurs européens. À propos de Madame Lagarde, je voudrais – si vous le voulez bien – partager avec vous une découverte quasi-scientifique que j’ai observé ces dernières années : lorsque l’on devient patron de la BCE – on tombe systématiquement dans une profonde dépression et on n’a qu’une seule envie ; entraîner la plupart de l’Europe et des marchés boursiers avec.

Analyse de la BCE

À priori, Madame Lagarde était quelqu’une qui avait l’air relativement bien dans sa peau – avant de prendre ses fonctions à la BCE, elle avait réussi à choper un job assez sympa au FMI. Non seulement ça lui avait évité de tomber dans le sillage des casseroles de Sarkozy et ça lui avait permis de faire « genre », je ne connais pas ce Monsieur et d’ailleurs ce n’est pas moi qui faisait de la politique en France, mais c’était ma sœur. Mais en plus, elle avait un salaire assez sympa et un appart de fonction à New York et des nuits gratuites dans le Sofitel de la même ville. Mais depuis qu’elle a pris ses fonctions de Présidente de la Banque Centrale Européenne, elle a pris dix ans, on dirait qu’elle est au bord du burn-out et parfois, on la confond presque physiquement avec Draghi. Draghi, souvenez-vous, le mec il arrivait sur la scène pour faire un discours, la température chutait de 14 degrés, les verres d’eau des journalistes gelaient et ils distribuaient des kleenex dans la salle. La seule fois que l’on s’est marré dans une conférence de presse de la BCE, c’est quand Draghi s’est fait attaquer à coup cotillons et que, pendant un bref instant, il a souri. Non, sérieusement, je crois que devenir patron de la BCE, c’est pire que choper le COVID – au moins avec le COVID tu as statistiquement une chance de t’en sortir. La BCE ; c’est à perpétuité.

MORNINGBULL LIVE – NUMERO 100 – avec le concours.. 

Tout ça pour dire que la BCE n’a rien fait hier et qu’elle se montre très très très prudente sur les conséquences du COVID et que c’est pas parce que Biden imprime des dollars dans sa cave que ça va arranger les bidons de l’Europe. Madame Lagarde, avant de sombrer dans l’alcool, a encore précisé qu’elle surveillait « attentivement » le cours de l’Euro/Dollar. Nous voici donc rassurés. En conclusion, hier les USA sont montés, mais surtout grâce aux big techs et l’Europe a merdouillé à la baisse à cause du COVID et de ses conséquences, ainsi que d’une meeting de la BCE aussi déprimant que possible, à tel point que j’ai passé la journée sur le site  www.choisitonantidepresseur.com

Des chiffres économiques à interpréter

Les quelques chiffres économiques d’hier méritent un poil d’attention et qui nous rappellent encore une fois que les données économique et fondamentales ne sont rien sans une bonne dose d’interprétation et une analyse profonde de l’endroit où nous nous situons pour les observer. En ce qui concerne les chiffes des nouvelles mises en chantier et des permis de construire, c’était nettement mieux que prévu – sûrement parce que les gens avaient anticipé et saluaient l’arrivée au pouvoir de Joe Biden. Le Philly FED faisait pareil : mieux que prévu en l’honneur de POTUS – ben oui, ça aurait été un manque de respect sinon – pour ce qui est des chiffres des Jobless Claims, ils valent vraiment la peine que l’on s’y intéresse. Pas aux chiffres en eux-mêmes, mais à l’interprétation que l’on en fait.

Les Jobless Claims sont donc sortis à 900’000 nouvelles demande d’indemnités chômage. C’était 26’000 de moins que prévu par les analystes – les mêmes analystes estimaient donc que s’ils s’étaient gourés dans leurs prévisions, c’était une « bonne nouvelles » et on pouvait donc aller de l’avant. Mais c’est là que ça devient drôle – parce que oui, c’est une bonne nouvelle que moins de gens « QUE PRÉVU » aient besoin du chômage – mais j’aurais tendance à dire que c’est surtout « MOINS PIRE », mais que ça rester globalement merdique. Surtout que la semaine dernière, nous étions à 865’000 demandes. Donc en relatif, cette semaine c’est pire – mais comme c’est moins moche que ce qu’on craignait – on nous fait passer ça pour « une bonne nouvelle » et puis surtout, c’est NETTEMENT moins qu’en août dernier où nous étions à plus d’un million de demandes. Du coup, ça donne presque envie de vendre la Playstation 5 du petit dernier pour acheter des actions.

Je vous le dis, c’est une question d’interprétation et en ce moment, je ne vous dis même pas comment on est fort en interprétation. Y a qu’à voir ce que l’on fait des chiffres du COVID.

En Asie ce matin

Ce matin en Asie c’est assez simple à résumer ; c’est prise de profits pour tout le monde. La Chine voit une résurgence des cas de COVID – pas de morts pour l’instant et s’il y en a un qui fait mine de vouloir mourir, on le condamnera à mort AVANT, comme ça il n’entrera pas dans les données des « décédés » du COVID. C’est quand même étonnant de voir comme en Occident les gens ne meurent PLUS QUE DU COVID et qu’en Chine, on leur interdit de mourir de ça, sinon on les suicides avec une balle dans la nuque avant. Bref, le Nikkei recule de 0.4%, le Hang Seng de 1.5% et la Chine est en baisse de 0.7% avec la thématique du retour du virus et du pangolin en plat du jour en première page.

L’or est à 1862$, l’argent vaut 25.60$ et le pétrole baisse parce que les « gens » ont peur que si la Chine ralentit à nouveau, ils vont moins consommer de pétrole – on voit que l’on a mis tout ce qu’on avait dans le bide au niveau recherche fondamentale et avec cette puissante réflexion, on a su qu’il fallait vendre le pétrole. Et puis si ça ne suffit pas, on dira que la montée puissance des voitures électriques aura raison du baril. C’est vrai quoi, en plus Mercedes a présenté son nouveau concept de voiture électrique, c’est dire. Et puis on ne peut pas parler de baisse sans parler du Bitcoin – ce dernier s’est fait défoncer et traite à 30’600$. Apparemment, les 35’000 étaient bien un niveau pivot – en tous les cas, entre les déclarations de Yellen qui veut réglementer et contrôler le Bitcoin et la rumeur qui courrait comme quoi, il semblerait qu’il a un moyen d’utiliser deux fois le même Bitcoin – rumeur qui a été démentie par les experts dont je ne fais pas partie – toutes ces bonnes nouvelles ont eu raison du Bitcoin et il se retrouve en Bear Market à nouveau. Pourtant, si je réfléchis bien, si j’achète un Bitcoin à 30’000 et que je peux l’utiliser DEUX FOIS, c’est comme si j’avais 60’000$ que j’aurais payé 30, ça me paraît un bon deal. Sans compter que les frères Winkelvoss, les fondateurs de la plateforme Gemini estiment qu’un objectif CONSERVATEUR du Bitcoin serait autour des 500’000$ – donc du million – si tu peux le dépenser deux fois…  Du coup, c’est presque plus intéressant que d’acheter du Signal Advance qui n’a rien à voir avec Signal tout court…

Graphique du Bitcoin – Source : Tradingview.com

Nouvelles du jour

Pour ce qui est des nouvelles du jour, il faudra noter que l’Europe ne veut pas fermer les frontières, mais ils aimeraient mieux que les gens ne voyagent plus. On sent tout de suite cette air frais qui nous dit que si on pensait que 2021 sera mieux que 2020 – y a pas besoin d’être analyste pour prévoir que ça sera pire. Ensuite Biden travaille sur le renouveau américain et il a commencé par enlever le buste de Churchill du bureau ovale – le seul truc de marrant qu’il restait là-bas. Il y a aussi Intel qui a cartonné sur ses chiffres du trimestre – par rapport aux attentes, toujours – mais qui décevait « after close » parce que les nouvelles restructurations à venir ne plaisaient pas aux analystes – analystes qui savent mieux que le CEO, parce que eux ils ont géré plusieurs sociétés de semi-conducteurs, c’était sur simulateur, soit, mais quand même. C’est une peu comme le mec qui a 600 heures de vol sur FlySimulator de Microsoft, il veut expliquer au leader de la patrouille de France comment on vole en formation.

Autrement on notera que les officiels japonais ont démenti la rumeur qui dit que les Jeux Olympiques seront annulés cette année – enfin, démenti « pour le moment ». Et puis le dernier James Bond « No Time to Die » sera encore repoussé au mois d’octobre « AU MIEUX » – ça serait quand même bien que le film sorte avant que Daniel Craig tourne dans le remake d’Harry Potter en tant que Dumbledore pour fêter ses 90 ans. Côté Biden, on apprend que la nouvelle administration semble plutôt conserver la ligne agressive contre la Chine – c’est assez logique, Biden doit quand même se trouver une guerre pendant son mandat, ça serait quand même dommage qu’il soit le premier Président démocrate à ne pas attaquer quelqu’un – alors autant voir grand. Et pour conclure, le vaccin de Johnson & Johnson avance bien et le gros avantage, c’est qu’ils ont préparé des millions de doses. On espère juste que ça ne soit pas en suppositoire.

Chiffres du jour

Côté chiffres économiques, nous aurons une avalanche de PMI’s un peu partout dans le monde et sous toutes ses formes et puis il y aura les chiffres trimestriels de Schlumberger. En attendant, les futures sont en baisse de 0.3% et il y un peu trop de nouvelles qui laissent à penser que le confinement de l’an dernier aura été des vacances si l’on compare à celui qui nous attend.

Comment on disait au début du mois ?

Ah oui; BONNE ANNÉE !

Et surtout bonne santé. Parce que c’est important la santé.

Par contre, soyez rassurés – même si on ne peut plus sortir, plus manger au resto, plus changer de pays, plus aller en week-end, plus skier, plus aller en boîte de nuit ; on pourra toujours aller bosser et s’entasser dans le métro et le marché montera quand même, parce qu’on nous fera plein de stimulus en veux-tu en voilà…

En ce qui me concerne, il me reste à vous souhaiter une très belle journée, un excellent week-end et moi je vous retrouve dans 2 heures pour la 100ème du Morningbull Live sur la chaîne Swissquote Suisse – comme tous les matins, sauf que c’est la 100ème et qu’il y a un concours.

Prenez soin de vous et à lundi pour une prochaine chronique du monde fabuleux de l’économie à deux vitesses.

Thomas Veillet

Investir.ch

“My psychiatrist told me I was crazy and I said I want a second opinion. He said okay, you’re ugly too.”

– Rodney Dangerfield

L’article Optimisme prudent et pessimisme hésitant est apparu en premier sur investir.ch.