l’Audio du 25 février 2020

 

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-25-fevrier-2020.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

 

La prise de conscience

Les bourses mondiales se sont donc faites démonter propre en ordre hier. On n’a pas fait de prisonnier et les intervenants ont tiré à vue, un peu comme si un bus de patients infectés par le Coronavirus tentait de forcer le passage pour venir faire ses courses dans le même magasin que vous. Soudainement nous avons donc pris conscience que des quarantaines au travers de la planète – mais surtout en Chine pourrait impacter les chaînes de production, un peu comme Apple l’a annoncé le lundi 17 février – il y a une semaine – là où tout le monde s’en est moqué comme si soudainement Apple était devenu stupide. Mais tout à coup, une semaine plus tard on a compris et on en a rajouté une couche, surtout depuis que l’on s’est rendu compte que le virus pouvait venir chez nous en Occident et paralyser l’Italie à lui tout seul.

Soudainement les gens deviennent idiots, arrêtent de voyager, vident les stocks des magasins et annulent leurs vols pour Rome, parce que Rome c’est soudainement trop proche du Nord de l’Italie. Oubliant au passage que le Nord de l’Italie c’est plus proche de la Suisse que Rome ne l’est du Nord de l’Italie. Bref, on devient con et la peur l’emporte. Et puis les médias se font plaisir, c’est un peu comme l’opportunité d’une vie, l’occasion de sortir des chiens écrasés et venir parler de pandémie, de contamination mondiale et surtout, mais alors surtout de « récession extrêmement violente », parce que soyons honnêtes, c’est quand même vachement plus cool de parler de la bourse dans les médias quand il y a du sang sur les murs.

Des spécialistes pour mettre le feu

Et puis alors c’est facile, c’est vraiment très facile de trouver des « experts en virologie » qui nous font des règles de trois en disant que « statistiquement, à terme le COVID-19 pourrait infecter 1 milliard de personnes et que vu le taux de mortalité, cela signifierait 20 millions de morts ». C’est un peu comme les analystes financiers qui disent n’importe quoi sachant que si leurs prévisions ne se réalisent pas, ça ne changera rien à leur vie, mais si par hasard ils ont raison, ils seront immédiatement érigés au rang de Demi-Dieu de la finance ou, en l’occurrence, de l’épidémiologie. Donc tout le monde y va de son scénario catastrophe, sans compter que tous ceux qui sont négatifs depuis 5 ans et qui prédisent un krach boursier tous les trois jours depuis 2015, sentent venir l’opportunité d’avoir ENFIN raison.

Hier nous avons eu droit à Monsieur Pain – de Pain Research – (je ne ferais aucun commentaire sur son nom qui est prédestiné à être négatif, quand on s’appelle « douleur » en anglais, on ne peut pas être heureux quand tout va bien, on doit se complaire dans le mal, la douleur et la dépression, sans compter le nombre de fois où ses camarades de classe ont dû l’appeler « Pain in the ass », mais je ne ferais aucun commentaire sur son nom). Toujours est-il que Monsieur Pain a annoncé hier que « c’était parti » et que l’on s’ouvrait la porte pour une correction de 20 à 25% dans le mois qui vient. On prend donc note ; il est venu annoncer ça alors que l’Europe se faisait déjà démonter de 4% – on va donc commencer à compter depuis aujourd’hui et escompter que d’ici le 31 mars, les bourses mondiales seront 20% plus bas. À ce moment, je m’inclinerai devant lui et je reconnaîtrais ses compétences visionnaires. Le S&P500 devrait donc être à 2500 pour que ça soit valable.

Le diable sur la muraille et le verra à moitié vide

Donc oui, on s’est fait démonter hier. Le DAX perdait 4%, le CAC40 plongeait de 3.94% -surtout que la France est le prochain pays à y avoir droit rien que parce que l’Olympique Lyonnais va rencontrer la Juventus demain soir et que 3’000 Italiens sont attendus à Lyon – 3’000 Italiens de Turin, donc du Nord de l’Italie, il y en a bien un qui va venir avec son ami le Coronavirus. Le marché italien s’est fait décalquer de 5.3%. Ailleurs c’est aussi l’hécatombe, le Dow Jones perdait 3.56%, le S&P500, 3.35% et le Nasdaq reculait de 3.7% et c’est sans compter le SOX qui plongeait de 4.75% puisqu’évidemment, avec 20 millions de morts à venir, c’est tout ça comme clients qui ne vont plus acheter de composants électroniques.

Alors autant vous dire que ce matin ce n’est que du bonheur à lire la presse. Rien qu’avec tous ces abrutis qui font des comparaisons avec « les autres fois où le Dow Jones a perdu 1’000 points » et que ce n’est QUE la seconde fois dans l’histoire que le Dow Jones perd 1’000 points et c’est donc forcément HORRIBLE. Ce que ces imbéciles oublient de préciser c’est que PLUS LE DOW JONES MONTE, PLUS LE NOMBRE DE POINTS DEVIENT INSIGNIFIANT PROPORTIONNELLMENT PARLANT !!! – espèce de débiles – le jour où le Dow Jones sera à 100’000 points – parce que ça arrivera, faites-moi confiance – 1’000 points ça sera 1% – ils ne vont donc pas nous faire une théorie sur la fin du monde à chaque fois !!!

Et pourtant si, ils vont le faire ! Puisque ça fait vendre, ça fait peur et ça fout les jetons à ceux qui n’y comprennent rien. Ce matin, j’ai même réussi à lire un truc phénoménal ; un journaliste qui disait que « la journée d’hier était violente, puisqu’à titre de comparaison, en 1987 – lors du krach – le Dow Jones n’avait perdu QUE 500 points » – l’idiot en question précise tout de même plus bas que le Dow Jones partait de 1500 points – comparons donc ce qui est comparable et venir dire que la nouvelle Stradale de chez Ferrari est tout de même nettement plus performante que la dernière version de la 508SW diesel de chez Peugeot ne fait aucun sens. Sauf visiblement en finance où l’on est capable de comparer tout avec à peu près n’importe quoi sans aucune conséquence. Non, l’important c’est de faire parler de soi.

Le Japon rattrape le retard

Ce matin l’Asie est évidemment dans le rouge. Le Japon qui était fermé hier rattrape son retard et plonge de 3.4%. Hong Kong ne fait rien –  déjà largement assez cotisé hier et la Chine qui semble immunisée grâce à son médicament qui s’appelle « BANQUE CENTRALE » ne perd que 2% après une séance fort bien maitrisée la veille. On a presque l’impression qu’ils ne sont plus concernés maintenant qu’ils ont balancé la patate chaude à l’étranger. Et puis, avec la Chine on met le doigt sur un truc important : l’intervention des banques centrales.

Je ne sais pas combien de temps cette nouvelle panique va s’emparer du psyché des intervenants – actuellement les futures pointent déjà sur un rebond d’un pourcent – mais une chose est sûre, je suis prêt à parier que dans les dix jours à venir on va parler de Powell et d’une éventuelle intervention de la FED. Voir même d’une baisse des taux nécessaire au mois de mars. C’est presque un scénario qui est déjà écrit. Après le nombre de choses qui se sont passées ces 30 dernières années dans les marchés financiers, je serais extrêmement surpris que l’on soit capable de réagir différemment tellement notre mémoire est courte et tellement nous sommes incapables d’apprendre des erreurs du passé.

Nous pouvons également faire un petit détour par l’or qui a touché les 1690$ hier et qui s’est dégonflé pour se traiter à 1658$ ce matin. Le pétrole résiste toujours autour des 51$ car même si tout le monde reste convaincu que plus personne ne fera jamais le plein d’essence et que plus JAMAIS on ne fabriquera des produits chimiques, il semblerait que la demande mondiale reste relativement conséquente et qu’il y encore des gens qui ne s’arrêtent pas chez Total par hasard.

Les nouvelles du jour

Pour ce qui est des nouvelles du jour, pas besoin de vous dire que l’on ne parle que de Coronavirus ou de COVID-19, voir un peu de COVID-19 ET de Coronavirus. Entre les compagnies aériennes qui se font défoncer dans tous le sens que l’on dirait qu’ils volent tous sur 737 MAX et entre les « experts » qui cherchent les liens avec la Chine de toutes les sociétés du monde, juste pour avoir une raison de tout vendre, on ne parle pas de grand-chose. Même Weinstein #balancetonporc qui a été condamné pour viol n’intéresse plus personne, on ne parle que de virus.

Trump a demandé 2.5 milliards au Congrès pour lutter contre le virus, l’armée Sud-Coréenne a mis 7’000 soldats en quarantaine après avoir découvert 11 cas de coronavirus dans ses rangs, etc, etc…. On ne parle que de ça. Même à Genève on se demande comment ils font pour maintenir le salon de l’auto, puisque certains génies commencent à se demander si c’est bien raisonnable d’y aller puisqu’il y a « tout de même des constructeurs chinois qui sont là ».

Non mais sérieusement ???? Il y a réellement des gens qui sont éduqués, qui vivent à Genève et qui ont accès à internet et qui se demandent si c’est « RAISONNABLE » d’aller au salon de l’auto parce qu’il y a des constructeurs chinois ????? Je peux comprendre à la limite que l’on ne veuille pas y aller parce qu’il y a trop de Suisses Allemands, mais à cause des constructeurs chinois, là je reste pantois. Il semble donc qu’en plus du fait que le Coronavirus peut nous refiler une pneumonie infectieuse et que rien que le nom de donne pas envie, mais il y a une chose que le coronavirus nous a donné – ou en tous les cas – AMPLIFIÉ chez certains ; c’est la connerie.

Et qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

Donc, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Eh bien on va continuer à faire des calculs à deux balles, se demander ce qui se passe après une baisse de 1’000 points sur le Dow Jones, se rendre compte que depuis 11 ans, à chaque fois que ça s’est produit, on a rebondi comme une balle de tennis et que 12 mois plus tard on était toujours plus haut. Et il y en a qui diront que oui, mais cette fois c’est pas pareil, parce que cette fois c’est différent et que cette fois on va tous mourir dans d’atroces souffrances et là, Sir Templeton va redescendre du royaume des morts et ça fera le second qui ressuscite en 2000 ans et il viendra nous dire que les mots qui lui font le plus peur dans les marchés boursiers sont :

« Cette fois c’est différent ».

Je propose donc une séance de méditation collective, que l’on respire profondément et que l’on se calme. Encore une fois ; oui on pourrait éventuellement tous mourir à cause d’un virus, mais au moins ça règlera le cas du réchauffement climatique – il y a donc du positif !  Alors oui, on pourrait rentrer dans une récession noire qui nous empêcherait de manger 6 fois par semaine du caviar et nous forcer à stopper les douches au champagne, mais à partir de là, ça voudrait aussi dire que les banques centrales nous laissent tomber. Ce qui serait bien pire que si le COVID-19 se transmettait par les réseaux sociaux.

Alors en attendant que la FED, la BCE et la Banque Centrale Chinoise nous laissent tomber, on pourrait peut-être se calmer et cesser les comparaisons à deux balles et les théories basées sur l’extinction des dinosaures.

CI-dessus les performances du Dow Jones après une baisse de plus de 2% ces 11 dernières années :- Source : Bespoke

Chiffres économiques

Aujourd’hui, il y aura un chiffre économique, le GDP en Allemagne, mais autant vous dire que personne n’en n’aura strictement rien à faire, surtout quand on voit que c’est tellement plus marrant de jouer à se faire peur avec les scénarios catastrophes que les médias nous vendent toute la journée.

Pour le moment nous semblons donc être en mode rebond. En ce qui me concerne je crois que je vais partir en week-end en Italie, juste pour être tranquille et ne pas être dérangé par la foule. En attendant je vous souhaite une très belle journée, profitez-en bien, parce qu’on ne sait vraiment pas de quoi demain sera fait.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Don’t wake me for the end of the world unless it has very good special effects.”

― Roger Zelazny,

L’article Please, someone call 911 est apparu en premier sur investir.ch.